15/02/2007

Où sont les sous ?

Mais où sont passés les comptes du FN ?
Martin Buxant

Mis en ligne le 15/02/2007
- - - - - - - - - - - 

Il n'y a aucune trace des comptes de campagne électorale de la formation d'extrême droite en 2006.
Erreur de transmission ? Ou nouvelle bourde du Dr Féret ?

C'est gros comme un camion. Et pourtant, personne n'a vu les comptes de campagne du Front national pour les élections communales du 8 octobre dernier à Bruxelles. A part peut-être son président, le docteur Daniel Féret. Mais pas de traces de ces comptes, en tout cas, là où ils devaient être 45 jours maximum après le scrutin : au Parlement bruxellois. Et la formation francophone d'extrême droite pourrait écoper, pour cette "erreur", d'une suspension d'un à quatre mois de sa dotation annuelle.

Selon le procès-verbal de la réunion du 18 janvier 2007 du Collège de contrôle du Parlement bruxellois, organe habilité à vérifier les dépenses des partis, "à l'exception du FN, tous les partis ont rentré leur déclaration", a fait savoir le président Eric Tomas (PS) aux députés bruxellois. "Le Collège de contrôle constate que le parti politique FN, qui se présentait aux élections communales du 8 octobre 2006 dans la Région de Bruxelles-Capitale sous le numéro de liste 11, n'a pas rentré de déclaration", peut-on lire dans ce PV qui a maintenant été transmis à la Chambre.

"Quelques ratés"

Le non-dépôt des comptes de campagne entraîne une suspension d'un à quatre mois de la dotation annuelle d'un parti politique. Mais l'organisation des scrutins communaux a été confiée aux Régions depuis 2001 et le FN ne bénéficie pas de dotation ni à la Région wallonne (4 députés) ni à Bruxelles (4 députés)... En revanche, la commission des dépenses électorales de la Chambre - à qui les comptes sont transmis pour avis - pourrait voter la suspension de la dotation fédérale du FN. "On nage en plein flou juridique, admet un expert. C'est la première fois que les Régions organisent ce scrutin et il y a quelques ratés"... En Région wallonne, le FN n'a pas eu à justifier les comptes de sa campagne pour les communales puisqu'une plainte l'avait finalement empêché de disposer d'un numéro de liste électorale.

"Il y a erreur"

Interrogé mercredi soir par "La Libre", le président du FN, Daniel Féret, a assuré avoir envoyé les comptes de la campagne électorale d'octobre dernier. "Je les ai envoyés moi-même au tribunal de première instance dans les délais impartis", jure-t-il. "Ce n'est pas de ma faute si ce Parlement ne fonctionne pas correctement. Peut-être y a t-il eu une erreur dans la transmission des comptes", termine le chef du parti d'extrême droite.

"C'est impossible !, rétorque Denis Grimberghs, chef de file du CDH au Parlement bruxellois. Nous recevons absolument tous les comptes qui sont déposés à Bruxelles ou à Namur." Ainsi les comptes du parti Ecolo déposés au tribunal de Namur ont-ils été transmis à Bruxelles. "C'est une pratique inacceptable de la part de mandataires qui se piquent de prôner la transparence. C'est inadmissible". "Incivique", se borne à commenter le vice-président de la commission des dépenses électorales de la Chambre, Francis Délpérée. "C'est du mensonge pur et simple, dénonce Magda De Galan (PS). Cela va même au-delà de l'incivisme : nous en avons plus qu'assez des pseudo-mensonges du Front national. Cela devient franchement inacceptable" , enrage la parlementaire bruxelloise.

Rappel, cette année le Front national a d'ores et déjà été amputé (provisoirement) d'un mois de sa dotation annuelle. Car une enquête en cours à l'encontre de M. Féret et de sa compagne Audrey Rorive portant sur une confusion de patrimoine et sur d'éventuels abus de biens sociaux a été ouverte. En février, donc, le FN n'a pas perçu les quelque 42 000 euros auxquels il avait droit.

Source : http://lalibre.be/

 

Où sont les sous ?  C'est la question du jour...   a+Lpv

11:04 Écrit par Lpv dans Nauséabond | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : politique, fn, presse |  Facebook |

17/08/2006

Un ruminant au tribunal

"Opacité totale" des comptes du FN
Belga

Mis en ligne le 17/08/2006
- - - - - - - - - - - 

Daniel Feret était présent à l'audience mais ne s'est pas exprimé. Il a été réprimandé par le président, qui, agacé de le voir mâchouiller un chewing-gum, lui a demandé de cesser.

 

Des dissidents du Front national (FN) ont demandé jeudi au tribunal des référés la désignation d'un administrateur provisoire pour l'AFFN, l'association de financement du Front national.

Parlant "d'opacité totale des comptes" et rappelant que la justice pénale s'intéresse aux comptes du FN, les défenseurs des dissidents estiment que cette mesure est la seule à même de "stopper un hold-up sur la démocratie" car l'argent vient en grande partie de la dotation publique aux partis.

 

Le tribunal devrait se prononcer cette semaine sur cette demande.

L'avocat de l'AFFN et du président du FN Daniel Feret a estimé que le tribunal ne devait pas donner suite à cette demande et a mis en doute les intentions des dissidents. "Ce sont des mousquetaires ambitieux, qui n'obtenant pas l'avancement au sein du parti qu'ils espéraient, jouent à vouloir faire tomber le parti", a dit Me Jean-Claude Goblet.

 

Daniel Feret était présent à l'audience mais ne s'est pas exprimé. Il a été réprimandé par le président, qui, agacé de le voir mâchouiller un chewing-gum, lui a demandé de cesser. Comme à l'accoutumée, il a violemment pris à partie hors audience des journalistes de télévision qui lui demandaient des explications.

 

Les dissidents critiquent notamment l'octroi de 250.000 euros par l'AFFN à Audrey Rorive, compagne de M. Feret. Cette somme a servi à l'achat d'une villa sur la Côte d'Azur. Ils assimilent cette opération à un détournement. Pour la défense du parti, les deux parties - Mme Rorive comme l'AFFN - trouvent leur compte dans ce qu'elle qualifie de prêt à 4 pc sur une période inférieure à un an.

Pour Me Jean-Claude Goblet, il s'agit d'un placement intéressant car le parti n'a pas besoin de cet argent avant les législatives de 2007. Les campagnes pour les communales d'octobre sont en effet financées par les candidats FN eux-mêmes, a-t-il dit.

Le député wallon FN Jean-Pierre Borbouse et Patrick Sessler, qui a un long passé au FN, figurent parmi ces dissidents. Le second a été exclu après avoir voulu connaître les comptes du FN et de l'AFFN. Ces comptes ont depuis lors été saisis à la mi-juillet par la justice bruxelloise qui a ouvert une instruction.

 

Un des avocats des dissidents, Me Jean-Paul Dumont, a souligné jeudi que M. Feret fait exclure du parti tous les administrateurs de l'AFFN qui s'intéressent à ses comptes. "L'AFFN ne sert que les intérêts privés de M. Feret. Depuis des années, il y a détournement d'argent", a-t-il dit. Il a notamment parlé des 1.000 euros mensuels qu'un député bruxellois versait sur les comptes d'une autre parlementaire, sous prétexte d'un emprunt consenti par la députée au FN.

 

Leur autre avocat, Me Frédéric Clément de Cléty, a dénoncé le "système FN qui se confond avec le système Feret. Il y a un clan et un chef. Le système fonctionne au seul et unique profit de Daniel Feret. Les 250.000 euros, c'est pour Daniel Feret et Audrey Rorive."

Me Jean-Claude Goblet a répliqué que la comptabilité de l'AFFN avait été qualifiée "d'excellente" par un réviseur d'entreprise. Il a contesté l'urgence de l'action en justice des dissidents. De plus, a-t-il poursuivi, il ne serait pas sain qu'un administrateur provisoire doive se prononcer sur des dépenses de l'AFFN à deux mois des communales.

"Comment pourrait-il refuser de payer une affiche? Le FN est un parti. Il a le droit, qu'on l'aime ou pas, de s'exprimer. Et cette expression passe par l'argent", a-t-il conclu.

Source : http://lalibre.be/

17:01 Écrit par Lpv dans Nauséabond | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : politique, nauseabond, fn |  Facebook |