19/07/2006

Elle y pense et puis oublie... 

Merci à Flo : http://www.florian-roulies.info/

300 morts à ce jour (minimum) ; faut croire qu'un être humain Libanais n'a pas, une fois de plus la même importance que celui d'un pays voisin.  Il n'y a aucune justification possible face à cette barbarie qui osons le rappeler est un CRIME DE GUERRE selon le droit international.  Mais...., le droit dans cette région n'est pas le même pour tous.

Il y a une différence entre ce défendre et anéantir un pays !  a+Lpv

18/07/2006

Après la table du G8; pause sandwich...

Merci à Chappatte : http://www.globecartoon.com/

09:37 Écrit par Lpv dans Dessin actualité | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

17/07/2006

Le G8 passe à table...

Merci à Chappatte : http://www.globecartoon.com/

21:49 Écrit par Lpv dans Dessin actualité | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

12/07/2006

 Pas assez "gauloise" pour elle !

L'extrême droite célèbre la défaite de Bleus trop noirs

L'équipe qui a échoué au Mondial n'était pas assez «gauloise» pour elle.

Par Christophe FORCARI

QUOTIDIEN : Mercredi 12 juillet 2006 - 06:00

 

La défaite de l'équipe de France n'attriste pas plus que cela l'extrême droite. Car, pour elle, le onze tricolore ne représente pas vraiment le pays. Et le carton rouge donné à Zidane en finale la réjouirait presque : «Ciao voyou !» titre aujourd'hui l'hebdomadaire Minute, pour qui le capitaine français a conservé des comportements de racaille de banlieue... «Les Romains ont battu des Gaulois qui ne ressemblent pas vraiment à des Gaulois», confie un des responsables du FN. Bruno Gollnisch, numéro 2 du parti d'extrême droite, considère que l'équipe nationale est «peut-être représentative de la France de demain. Elle ne correspond pas à celle d'aujourd'hui.» «J'aurai été favorable à une discrimination positive avec un peu plus de Français d'origine européenne.» 

 

Heureux, Romain Marie ­ qui a longtemps conduit la procession des catholiques traditionalistes du FN ­ ne se sent pas touché par un «quelconque patriotisme sportif pour une équipe en trop grande partie mercenaire qui s'appelle les Bleus. Je ne regarde donc pas avec un total accablement la victoire italienne» . Mieux, le chef de file de Chrétienté-Solidarité voit dans la défaite de la France le triomphe d'une certaine forme de «romanité grandiose» : «On va ainsi célébrer le triomphe au cirque Maxime comme aux meilleures époques de l'Empire. Il n'y manquera que Zidane l'Africain, enchaîné comme jadis Vercingétorix le Gaulois.» 

Le coup d'envoi avait été donné par Le Pen le 26 juin : si la France ne se mobilisait pas derrière son équipe, c'est que «les Français ne se [sentaient] pas complètement représentés par cette équipe» . Au lendemain de la sortie de Le Pen, Minute posait ouvertement la question : «Y a-t-il trop de Noirs dans l'équipe de France ?» En 1996, déjà, Le Pen jugeait «artificiel que l'on fasse venir des joueurs de l'étranger en les baptisant équipe de France». 

L'extrême droite italienne n'est pas en reste. Roberto Calderoli, vice-président du Sénat italien et dirigeant de la Ligue du Nord, après avoir salué la victoire de «l'identité italienne» sur une équipe de France «qui a sacrifié sa propre identité en alignant des Noirs, des islamistes et des communistes», en a remis une louche hier : «Ce n'est pas ma faute si Barthez chante l'Internationale au lieu de la Marseillaise et si certains préfèrent La Mecque à Bethléem.» 

 

Source : http://liberation.fr/

La pensée nauséabonde nie la réalité sociologique.  Mais bon…, il est vrai que pour beaucoup de ces « zouaves », l’intelligence est sortie du dictionnaire !   a+ Lpv

 

10:48 Écrit par Lpv dans Nauséabond | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

09/07/2006

Quinze jours après...

"Nous les immigrés, on est français quand on gagne le Mondial. Mais 15 jours après..."

LE MONDE | 08.07.06 | 16h24  •  Mis à jour le 09.07.06 | 08h38

 

Le rituel est désormais bien rodé. A chaque match de l'équipe de France en Coupe du monde, quelques jeunes de la cité des 3 000 à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) se retrouvent au coeur de la cité : ils installent une télévision dans la cour, au milieu des immeubles, et improvisent un barbecue collectif. A chaque but français, des explosions de joie. Pour chaque victoire, de longs concerts de klaxons et, pour ceux qui disposent d'une voiture, la descente sur les Champs-Elysées afin de fêter Zidane et les siens. Dans ce quartier qui a connu des affrontements extrêmement violents pendant les émeutes d'octobre et de novembre 2005, le soutien à l'équipe de France ne fait aucun doute. Mais ne s'accompagne d'aucune illusion sur l'impact réel du football sur la société française.

Badir, 22 ans, par exemple, est à "200 %" derrière l'équipe de France. Ce vendredi 8 juillet, dans l'après-midi, le jeune homme traîne avec ses copains en bas d'un immeuble, à proximité d'un groupe d'enfants qui jouent au football parmi les déchets éparpillés : "Sarkozy, il dit : "La France, tu l'aimes ou tu la quittes !". Mais nous, on l'aime, surtout quand elle gagne, et on veut y rester." La présence de nombreux Noirs et maghrébins dans l'équipe finaliste est pour eux un incroyable motif de fierté. Une revanche sur une société qui leur semble cantonner habituellement aux seconds rôles les banlieusards des cités. "Cette équipe, c'est le tiers-monde, avec plein de Noirs et d'Arabes. Comme nous ! Et ils gagnent contre tous les autres", s'extasie Nordine, dit Nono, 20 ans.

COHABITATION DES IDENTITÉS

Certains se sont procuré des drapeaux français - ou algériens, pour célébrer le dieu Zidane - ou ont acheté le maillot bleu à un prix officiel (65 euros) qui ressemble pourtant à du racket. Rachid, lui, 21 ans, attend la finale pour se procurer la tunique bleue : "Je fais écrire "93" ou "3KS" (pour 3 "Keu$", c'est-à-dire 3 000, en référence au nom de la cité) dans le dos. Après, je vais au Maroc pour leur montrer !" Une histoire de maillot qui en dit long sur la cohabitation des identités : celle du quartier, la plus concrète, avec une forte solidarité au quotidien mais l'envie, pas toujours assumée publiquement, d'aller vivre ailleurs ; et l'identité française, qui fait hurler de joie lorsqu'un but est marqué mais qui semble disparaître aussitôt.

Car personne ne doute que la bulle sportive se dégonflera aussi vite qu'elle est apparue. "Nous les immigrés, on est français quand on gagne le Mondial. Mais 15 jours après, on n'est plus français : Chirac, Sarko et tous les autres nous oublient", explique Badir. Ses camarades acquiescent : "On se sent plus français pendant le Mondial, on est fiers, on aime bien la France. Mais le reste du temps, on s'en fout : ça va trop mal", complète Abdel, 20 ans, étudiant dans une école de commerce à Paris et symbole, aux yeux de ses voisins, de la réussite scolaire comme de la difficulté à s'insérer après des années d'études supérieures.

Très loin des illusions de la France "black, blanc, beur", ils stigmatisent un pays qui les valorise dans le sport mais se garde bien de leur faire de la place à l'Assemblée nationale. "En 2002, on a fait l'erreur de ne pas aller voter et Le Pen s'est retrouvé au deuxième tour. On ne ratera pas la prochaine élection présidentielle", prévient Sofiane, 20 ans, très fier de montrer la page du Parisien où figure son nom parmi les bacheliers de l'année. Un pays qui les incite à consommer, comme les autres. "Mais seulement en crédit, en dix fois sans frais", comme dit l'un d'entre eux. Dans ce contexte, plusieurs disent rêver de quitter la France. Aller au Canada par exemple ou en Grande-Bretagne, deux sociétés jugées plus ouvertes et plus dynamiques.

Ce désir de fuite ne signifie pas qu'il n'y ait plus d'espoir. Les émeutes, disent-ils, ont eu le mérite de rappeler l'existence des banlieues. Le football, ajoutent-ils, permet de montrer que les "racailles" sont utiles au pays. Reste le chômage, qui continue de noyer les cités sous la pauvreté. Et des rapports avec la police toujours aussi désastreux, où chacun se toise - la veille encore, une voiture a été incendiée à 50 mètres de là.

Badir pense savoir comment agir : "Tout ça, c'est la faute de l'Etat qui a enlevé l'autorité aux parents. Un gamin, aujourd'hui, il a plus peur des flics que de son père parce que les claques ont été interdites. Redonnez l'autorité, une vraie autorité, aux parents et ça ira mieux", conclut le jeune homme. Qui plébiscite l'idée popularisée par Ségolène Royal de faire appel à l'armée pour redonner de la discipline : "La prison ne fait plus peur à personne. A l'armée, tu te lèves à 4 heures et tu fermes ta gueule."

Luc Bronner

Article paru dans l'édition du 09.07.06

Source : http://lemonde.fr/

 

Un article résumant très bien le "sentiment" d'appartenance national...

Bon dimanche et a+.  Lpv

10:59 Écrit par Lpv dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

06/07/2006

C'est trop simple

C’est trop simple

 

C’était vrai hier comme aujourd’hui encore bien souvent.  C’était trop simple.

Les gens, il leur faut de l’extraordinaire, voire de l’exotique : on n’a jamais approfondi voire tout simplement lu les  Évangiles, mais on court vers le bouddhisme ; même si le Dallai Lama, lui-même s’en étonne, car, lui, trouve une grande sagesse en Jésus.  C’était un jeune homme comme les autres ; pour qui se prenait-il donc ?  On le connaissait trop bien, c’était le fils de Marie et de Joseph, le charpentier du lieu, le frère ou le proche de Jacques et des autres.  Il y a peu, il avait quitté le village pour se mettre à prêcher et guérir comme un prophète, il avait déjà fait des disciples autour de Capharnaüm où il s’était plus au moins établi…  Sa mère et ses frères ont déjà voulu aller le rechercher en pensant qu’il était devenu fou.  Ce n’est pas lui qui allait faire la morale, même si on reconnaissait quand même en lui une grande sagesse et art de guérir !

 

C’est qu’il n’y a rien d’évident à être prophète.  Un vrai prophète, n’est pas là pour plaire, mais pour parler au nom de Dieu.  Aussi doit-il parfois dire aux gens que leurs manières de penser et d’agir ne sont pas celles de Dieu, même si, eux, se considèrent comme de grands croyants.  Mais ce n’est peut-être là ce qu’il y a de plus difficile ; le plus ardu est de faire comprendre que Dieu n’est pas dans les manifestations de puissance, mais au cœur de l’homme dans le plus ordinaire et quotidien de sa vie et de ses relations…

L’homme, trop souvent il essaie d’échapper à cette intériorité qui l’oblige à dépasser les apparences et à percer les murs qu’il se construit autour de lui.  Des prophètes comme Amos ou comme Jérémie ont eu les pires difficultés à se faire entendre.  Ceux que les gens admirent, ce sont les auteurs des actions d’éclat.  Et au temps de Jésus, le sauveur qu’on attendait, c’était quelqu’un comme Moïse ou Elie.  On oubliait ce beau récit de la Bible disant que Dieu pour rendre visite à l’auteur de hauts-faits que fut Elie, Dieu n’était pas dans un grand feu, ni l’ouragan, mais dans une brise légère.  Jésus, il honore les enfants et la pauvre veuve, il s’intéresse aux malades et aux pécheurs…  Rien d’exaltant ! Quant aux miracles qui lui sont attribués, on sait comment il faut les comprendre : symboliquement.

 

Dans le message des prophètes déjà et de Jésus à coup sûr, l’extraordinaire ce n’est pas spécialement l’affaire de Dieu.  Il y aura beaucoup plus de croyants le jour où les gens comprendront que, contrairement à ce qui se colporte encore notre culture, Dieu, tel que nous en parle Jésus, c’est un Dieu « pour homme » au sens où c’est l’homme dans ce qu’il est, mais encore tout homme également, qui l’intéresse, dans tout ce qui fait sa vie et ses relations, les plus quotidiennes d’abord.  C’est cela qui, à ses yeux, a valeur d’éternité.

 

Mais après cette première clé qu’est la confiance, il y en a une deuxième : c’est que pour acquérir cette confiance, il faut la simplicité, l’humilité ; il faut que l’homme qui qu’il soit, le seigneur ou le dernier des manants, cesse de se prendre pour le nombril du monde !  C’est là la grande différence entre, d’une part, les fous qui ont suivi Jésus ou ceux qui, comme certains, contre vents et marées des modes contemporaines, continuent à le prendre pour référence… et, d’autre part, ceux qui –se disant croyants ou non- se promènent comme les scribes et pharisiens, très sûrs d’eux même, écrasent les autres de leur suffisance ; voire ces jeunes qui déambulent le nombril en l’air et cheveux dressés plein d’agumina, véritables pantins du capitalisme, son commerce et sa publicité, qui font tout pour leur faire croire qu’ils sont de petits dieux, les petits dieux du sexe, nés d’Eros ou Cupidon…, on retourne au paganisme le plus arriéré sous prétexte d’être moderne !

 

Le rôle du prophète, c’est de tuer chez l’homme l’orgueil qui l’enferme sur lui-même et l’empêche de s’ouvrir à Dieu et consécutivement aux autres.  Ce n’est que dans un cœur simple, devenu simple au plus souvent, que l'évangile peut parler.  Et, toute l’histoire de l’humanité le prouve, cette simplicité, elle ne va pas de soi.

La simplicité, c’est pourtant la condition pour tout véritables progrès.

 

Source : un de mes amis

15:47 Écrit par Lpv dans Religion | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

24/06/2006

Lpv veut déménager (annonce)

Cette annonce est destinée aux Liégeois.

Je cherche un logement avec deux chambres pour poser mon "baluchon" à LIEGE.

Mais..., je cherche via les annonces (vlan...) et ne trouve pas chaussure à mon pied !

Fourchette loyer entre 300 et 450€.  Je privilégie un endroit "calme".

Amis de la cité ardente, je sollicite votre aide.  Si vous connaissez une opportunité, merci de bien vouloir m'envoyer un mail.

a+ Lpv

 

 

14:25 Écrit par Lpv | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

22/06/2006

Les règlements de l'administration...

Noé et l’administration

 

Dans l'année 2006, Dieu visita Noé qui habitait pas très loin de la mer et lui dit :
"Une fois encore la terre est devenue invivable et surpeuplée et je dois agir. Construit une arche et rassemble un couple de chaque être vivant ainsi que quelques bons humains. Tu as six mois pour cela avant que je n'envoie la pluie pendant 40 jours et 40 nuits."
6 mois plus tard, Dieu regarda en bas et vit Noé balayant sa cour, mais aucune arche.
"Noé" gronda t-il "Je vais bientôt envoyer la pluie, où est l'arche?"

"Pardonne-moi mon Dieu", implora Noé "mais les temps ont changé. J'avais besoin d'un permis de construire pour commencer l'arche. J'ai dû me battre plusieurs mois avec l'inspecteur au sujet du système d'alarme pour l'incendie.
Pendant ce temps, mes voisins se sont réunis en association parce que je violais les règles du lotissement en construisant une arche dans ma cour et que j'allais obstruer la vue. On a dû aller devant le conciliateur pour avoir un accord.
Ensuite l'urbanisme a déposé un mémoire sur les coûts des travaux nécessaires pour permettre à l'arche d'arriver jusqu'à la mer. J'ai eu beau leur dire que c'est la mer qui viendrait à l'arche, ils n'ont pas voulu me croire.
Obtenir du bois en quantité suffisante fut un autre problème. Les associations pour la protection de l'environnement se sont liguées pour empêcher la coupe des arbres, sous prétexte qu'on allait détruire l'habitat de plusieurs espèces animales et ainsi les mettre en danger. J'ai tenté d'expliquer qu'au contraire tout ce bois servirait à sauver ces espèces, rien n'y a fait.
Ensuite, l'agence gouvernementale pour le développement durable a voulu lancer une étude sur l'impact pour l'environnement de ce fameux déluge. Dans le même temps je me débattais avec l'administration sur l'emploi de travailleurs bénévoles dans la construction de l'arche. Je les avais embauchés car les syndicats m'avaient interdit d'employer mes propres fils, disant que je ne devais faire appel qu'à des travailleurs hautement qualifiés dans la construction d'arche et si possible syndiqués.
Pour arranger les choses, le fisc a saisi tous mes avoirs, prétendant que je tentais de fuir le pays illégalement, suivi en cela par les douanes qui ont ajouté que je voulais faire passer les frontières à des espèces reconnues comme dangereuses.
Aussi pardonne moi, mon Dieu, mais je ne sais même pas si 10 ans auraient suffit à la construction de cette arche." Aussitôt les nuages se dissipèrent et un magnifique arc en ciel apparut.
Noé leva la tête et dit : "Tu ne vas pas détruire le monde ?

"Pas la peine", répondit Dieu, "l'administration s'en charge".   

Source : reçu par mail

07:34 Écrit par Lpv dans Blague | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

21/06/2006

Deux époux-vantail...

Merci à : http://www.humour.com/

21:00 Écrit par Lpv dans Dessin humour | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

La brouette...

Merci à : http://www.humour.com/

16:11 Écrit par Lpv dans Dessin humour | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

20/06/2006

Fantasmes de statues...

Deux statues d'un jardin de la ville de Paris, l'une masculine et l'autre

féminine, se font face depuis plusieurs siècles lorsqu'un jour, un ange

descend du ciel et leur murmure : 

- Vous avez été exemplaires pendant toutes ces années, je vais vous faire

un cadeau.  Je vais vous donner la vie... Mais pour une demi-heure

seulement.

 

Aussitôt dit, les deux statues s'animent, se  rapprochent l'une de l'autre, 

et se ruent dans un buisson... On entend quelques bruits d'agitation, des

branches qui craquent, des rires et des cris.

Au bout d'un quart d'heure, les deux statues ressurgissent le sourire aux

lèvres.

- Il vous reste encore du temps, déclare l'ange, vous devriez en profiter. 

La statue féminine se tourne alors vers son partenaire et lui dit :

- D'accord, mais cette fois, c'est toi qui maintiens le pigeon par terre

et  moi qui chie dessus.

Source : reçu par mail

10:37 Écrit par Lpv dans Blague | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

19/06/2006

Heureusement, il y avait des bières et du boudin noir...

Série (1/3) « L'arrière-boutique de l'extrême droite en Wallonie »

Les basses manoeuvres du FN au Pays de Charleroi

Le FN et LES PARTIS dissidents se mobilisent en Hainaut. Entre meetings sordides, porte-à-porte et marchandages.

HUGUES DORZÉE

mardi 13 juin 2006, 02:00

 

A u fond à gauche ! » Un « biker » vêtu d'un tee-shirt noir Rottweiler campe dans la rue des Communes. La chaussée est étroite et cabossée. Deux Harley tournent au ralenti. Les chiens « méchants » (sic) du voisin aboient à tue-tête. Il faut contourner deux grilles de chantier et rejoindre l'arrière-cour d'une maison privée. « Non au PS ! Les honnêtes gens savent pourquoi ! », lit-on sur une affiche signée FN.

Il est passé 20 heures, le vendredi 9 juin dernier. Nous sommes à Gouy-lez-piéton, au nord-est de Charleroi. Le Front national tient une réunion publique dans un hangar crasseux « généreusement prêté » par André, un « fidèle serviteur du parti ». Nous y assistons en toute discrétion. Sourire mielleux et bras de chemise, le président Féret accueille chaque militant un à un. Une table en « T » est dressée au milieu des machines-outils. L'air est poussiéreux. Les nappes sont en papier. Un tâcheron fait signer deux nouveaux adhérents. Il y a de la bière à volonté, des cendriers en coquille Saint-Jacques et des numéros du magazine populiste « Terre et Peuple »...

20 h 15, trois gros bras au bar discutent GPS, « sale rebeu » et « branlette espagnole » (sic). Le député wallon Petitjean arrive en berline. Féret s'entretient avec son valet local, Patrick Cocriamont. « Tout va bien ?  », Audrey Rorive, jupe serrée et chemisier rose, assure l'intendance.

L'auditoire du jour ? Des Carolos très modestes, des costauds forts en gueule, deux mémés venues avec leur yorkshire. Une centaine de militants, tout au plus... « Je ne vous l'apprends pas, il s'en passe des choses, à Charleroi... », crachote Féret dans une sono pourrie. Deux petites filles écoutent religieusement. Une bimbo en paillettes passe sous le hangar. Les mecs matent sans vergogne. Et le « chef » lance une diatribe décousue... Le PS, Olivier Chastel, la Carolingie et sa « misère durable »... Féret zappe, le parterre applaudit. Poliment. Sans passion. Condamné le 18 avril dernier pour incitation à la haine raciale à dix ans d'inéligibilité et à 250 heures de travaux d'intérêt général, le président du FN joue les martyrs, défiant effrontément la Justice : « Qu'ils me mettent en prison. Quoi qu'il m'en coûte, je continuerai ». Avant de promettre un « raz de marée » le 8 octobre : « Nous serons le premier parti à Charleroi. Engagez-vous, samedi, dimanche compris ! Le parti vous donnera tous les moyens nécessaires... ».

Dehors, les chiens aboient. Le sénateur Delacroix arrive en retard. Les bières n'en finissent pas de circuler. Le peuple frontiste écoute sans écouter. Les gros bras du fond ricanent grassement. Et Charles Petitjean monte à la « tribune » - un pupitre bancal sur roulettes flanqué de l'oriflamme FN. Humour démago, relents poujadistes, même manipulation du « petit peuple » : « Faites appel à vos amis, votre famille, vos voisins, clame, flatteur et débonnaire, l'ex-maïeur libéral de Pont-à-Celles. Les têtes de liste sont désignées, mais il faut les meubler ! ».

21 h 15, Delacroix prend le relais. En tapant sur la presse, accusée de « mensonges » et de « déni d'information ». En prédisant un « véritable changement » à Charleroi avec l'arrivée de Patrick Cocriamont.

Au micro, le protégé de Féret (« Mon Bruno Gollnisch ! ») ne se sent plus. Il se donne des airs de tribun : « Je ne suis pas Jésus superstar, je ne crois pas en la personne providentielle ! », avoue la future tête de liste sur Charleroi. « Le plus important, c'est vous ! Aidez-nous, tractez sur les marchés, portez fièrement nos valeurs », bredouille encore l'ex-membre du Front de la Jeunesse, bien connu pour ses thèses négationnistes et néonazies.

Cocriamont jouent les Monsieur Propre, promettant d'autres révélations relatives au PS « qui feront l'effet d'un nouveau 11 septembre » (sic). Avant d'enrober le parterre frontiste d'un « ce qui fait notre identité ? Appartenir à une terre, avoir des traditions, être du même sang ». Le tout dans un français lourd et haché... Au bar, trois moustachus affichent un air perplexe. Leurs femmes bayent aux corneilles. Une ado tatouée d'une « croix identitaire » distribue des oeufs durs. « Si vous n'avez pas de questions... », emballe d'une main de fer le président Féret.

Pas l'ombre d'un programme. Pas de débat. Pas de vote sur d'éventuelles listes électorales. Les leaders FN se lèvent. On remercie « André » pour le hangar. On présente en aparté la « candidate de La Louvière ». Mais l'intéressée est blême, hagarde, bien en mal d'entamer la moindre conversation de nature politique...

Les chiens d'à côté aboient toujours. Les langues se délient. Fielleuses, vulgaires, xénophobes. Un plateau de boudin circule avec d'autres bières. « Pas de porc, ma religion me l'interdit ! », ricane un homme en cinglet. Ses comparses pouffent d'un sourire trivial. L'un d'eux enchaîne : « Du Noir, bouffer du Noir. Enfin ! » L'air est vicié. Carrément glauque. Mais la soirée n'est pas terminée à Gouy-lez-Piéton. Le FN doit encore « meubler ses listes ». Sous le hangar, les ronds -de-jambe. Avec Féret à la manoeuvre, des bières et du boudin noir...

Source article : http://www.lesoir.be/

 

Le programme de la pensée nauséabonde se résume à de la bière pour le bon peuple !  Rien à dire de plus.  a+Lpv

15:23 Écrit par Lpv dans Nauséabond | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Le JT et l'actualité...

Merci à FLO : http://www.florian-roulies.info/

07:56 Écrit par Lpv dans Dessin actualité | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

18/06/2006

Le camping...

Merci à FIL : http://filpresse.com/

11:36 Écrit par Lpv dans Dessin actualité | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

16/06/2006

Aucune faute de frappe...

Un régal

 

 

Attention, accrochez-vous car il n'y a aucune faute de frappe. (Entre parenthèses, quelques commentaires de profs)... un régal !


- Les peintres les plus célèbres sont Mickey l'ange et le homard de Vinci. (C'est le nouveau Disney "Mickey et le Homard" !!!)


- Les égyptiens transformaient les morts en momies pour les garder vivants... (C'est pour ça d'ailleurs, qu'elles tournent des films !)


- Les empereurs romains organisaient des combats de radiateurs... (chauds les combats !!!!)


- César poursuivit les gaulois jusqu'à Alésia, car Vercingétorix avait toujours la gaule ... (Vive Astérix !!!!)


- La mortalité infantile était très élevée, sauf chez les vieillards... (ils ont du pot, eux !!!)


- Les nuages les plus chargés de pluie sont les gros cunnilingus ... (pas obsédés du tout !!)


- La Chine est le pays le plus peuplé avec un milliard d'habitants au km carré ... (on comprend mieux pourquoi ils sont tous minces!)


- Pour mieux conserver la glace, il faut la geler ... (c'est bien connu!!!)


- Un kilo de mercure pèse pratiquement une tonne ... (va falloir faire gaffe avec nos thermomètres !)


- Autrefois les chinois n'avaient pas d'ordinateur car ils comptaient avec leurs boules ...


- Les fables de La Fontaine sont si anciennes qu'on ignore le nom de l'auteur ... (ben tiens !!!!)


- Le chien, en remuant la queue, exprime ses sentiments comme l'homme... (voilà enfin une vérité !!!)


- Les lapins ont tendance à se reproduire à la vitesse du son...(vais mieux les observer, maintenant !!!)


- Pour faire des oeufs, la poule doit être fermentée par un coq ... (au vin, naturellement !!!)   

 

 

16:50 Écrit par Lpv dans Blague | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

La poésie et l'humour; un artiste...

Merci à FLO : http://www.florian-roulies.info/

11:56 Écrit par Lpv dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

15/06/2006

Au-revoir Monsieur le funambule

 

Les ris et les pleurs

 

Tant qu'à faire des bombes atomiques, on devrait en inventer une qui détruirait tout de l'homme sauf... les yeux !

Ce qui permettrait aux hommes dont le visage serait méconnaissable de continuer de pleurer toutes les larmes de leur corps.

Pendant qu'on y est, ne pourrait-on pas aussi sauver du désastre la bouche et les dents, ce qui permettrait aux personnes qui n'auraient plus que leurs yeux  pour pleurer de continuer de rire de leurs malheurs ?

Il n'est pas impossible qu'à partir de ces ris et ces pleurs, les hommes qui ont, Dieu merci, l'esprit imaginatif puissent se recomposer un visage humain...

Extrait du livre : Un jour sans moi - Raymond DEVOS

 

 

14:51 Écrit par Lpv dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

14/06/2006

Règlement de compte...

Merci à : http://jememarre.com/

13:34 Écrit par Lpv dans Sport | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

12/06/2006

Plage nudiste et les tel. portables...

Merci à : http://www.humour.com/

21:54 Écrit par Lpv dans Dessin humour | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

Sans complexe...

Merci à : http://www.humour.com/

16:41 Écrit par Lpv dans Sport | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

09/06/2006

Mesdames, à partir de ce soir, je compatis à votre épreuve...

Merci à : http://www.humour.com/

14:59 Écrit par Lpv dans Photo humour | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

08/06/2006

Contre la censure ! 

Levez-vous contre la censure

Amnesty International et "Le Soir" appellent à la mobilisation contre le net cadenassé.

Plus d'infos

Vous pouvez découvrir l'appel d'Amnesty en version intégrale en cliquant sur ce lien (source: Amnesty).

Vous pouvez également découvrir un exemple concret cité par Amnesty en cliquant sur ce lien (source: Amnesty).

Liens:

http://www.irrepressible.be (toutes les infos sur cette campagne d'Amnesty, menée avec le soutien du Soir et de la Première).

http://www.amnesty.be

L 'appel lancé il y a 45 ans par Peter Benenson, et qui allait faire naître Amnesty International, n'a pas pris une ride.

A tel point que l'organisation des droits de l'homme le réitère aujourd'hui, pour sonner la charge contre la censure sur l'internet.

C'est que la toile est devenue leur terrain de chasse privilégié.

Le Soir et La Première prêtent main-forte à Amnesty. Et exhortent à la mobilisation.

Rejoignez, via www.lesoir.be, le site des "irrépressibles". Une pétition vous y attend. Objectif : que l'internet redevienne un espace de libertés. Pas des oppressions.

 

 

L'appel qui reste actuel

Ouvrez votre journal n'importe quel jour de la semaine, et vous lirez que quelqu'un, quelque part dans le monde, a été emprisonné, torturé ou exécuté parce que ses opinions ou sa religion sont inacceptables aux yeux de son gouvernement.

C'est de cette manière que Peter Beneson lançait l'appel fondateur d'Amnesty International, dans les colonnes de The Observer, dans un article devenu célèbre, "Les prisonniers oubliés".

L'auteur invitait le grand public à écrire aux gouvernements pour qu'ils mettent un terme à ces persécutions. Ce qui devait être une campagne d'un an en faveur de la libération d'une poignée de prisonniers se transforma en un mouvement qui compte aujourd'hui plus de 1,8 million de sympathisants dans une centaine de pays, et qui lutte pour la liberté et la justice un peu partout dans le monde.

Quarante-cinq ans plus tard, Amnesty International réédite l'opération, en pointant l'internet comme le nouveau défi de la lutte pour la liberté d'opinion.

A la suite d'une lettre publiée - histoire oblige - dans The Observer le 28 mai dernier par Kate Allen, directrice britannique d'Amnesty International, Philippe Hensmans relaie ce nouveau combat dans Le Soir, en association avec La Première/RTBF.

 

Que l'internet redevienne espace de libertés

Beaucoup de choses ont changé en 45 ans, depuis la création d'Amnesty International. Le rideau de fer s'est effondré, et l'apartheid a disparu. Nous avons été témoins du génocide au Rwanda et du nettoyage ethnique dans les Balkans.

Et le monde a évolué technologiquement aussi : en 1961, les gens exprimaient leurs opinions dans des journaux et des livres. Les membres d'Amnesty répondaient à la répression en écrivant des lettres (et le font encore dans bon nombre de cas). Nous avons aujourd'hui à notre disposition, pour nous exprimer, un nouveau média global, l'internet.

Et Amnesty International est à même de mobiliser ses militants en ligne, de faire pression sur les gouvernements via des campagnes d'e-mails et sur le web. Ce qui n'a pas changé, malheureusement, malgré les avancées de la technologie, c'est que des individus sont toujours emprisonnés pour avoir exprimé pacifiquement leurs opinions.

Peter Benenson a lancé Amnesty après avoir lu dans un journal que deux étudiants portugais avaient été emprisonnés pour avoir porté un toast à la liberté dans un café ; 45 ans plus tard, nous apprenons que trois jeunes Vietnamiens ont été arrêtés pour avoir participé à un chat sur la démocratie. Les gouvernements ont toujours aussi peur des opinions dissidentes, et essayent de les faire taire.

Si l'internet a apporté la liberté de s'informer à des millions de citoyens, certains ont payé cette liberté par un emprisonnement du fait de gouvernements qui essayent de restreindre cette liberté. Des gouvernements ont fermé et censuré des sites web et des blogs. Ils ont créé des firewalls qui empêchent l'accès à l'information, et ils ont limité ou filtré l'accès aux moteurs de recherche afin d'éviter que cette information ne passe sous les yeux de leurs citoyens.

Quarante-cinq ans après la lettre de Peter Benenson, Amnesty relance un nouvel appel à la mobilisation du public. La force d'internet, c'est de transcender les frontières, et de permettre la libre circulation des idées autour du globe. Bien sûr, il est nécessaire de limiter l'expression libre lorsque celle-ci menace d'autres droits - l'incitation à la haine ou la pornographie enfantine ne sont jamais acceptables -, mais le potentiel d'internet reste immense.

D'un simple clic, je peux échanger des points de vue avec des personnes à Pékin ou à Washington. Je peux lire ce que des blogueurs à Bagdad pensent de la situation dans leur pays. Je peux lire des millions de points de vue différents du mien sur n'importe quel sujet.

C'est le plus grand outil de communication qu'on ait inventé depuis la découverte de l'imprimerie, une rencontre entre la technologie, la curiosité naturelle des êtres humains et leur besoin de contact social, et la force irrépressible de la voix humaine. C'est la nouvelle frontière entre celles et ceux qui veulent s'exprimer et celles et ceux qui veulent les faire taire.

Nous devons nous situer du bon côté. Nous demandons à chacun de prendre position en signant cet appel tout simple : J'estime qu'internet devrait être un outil pour la liberté d'expression, pas pour la répression. Les êtres humains ont le droit de chercher et de recevoir des informations, et d'exprimer pacifiquement leurs opinions sans crainte ni pressions. J'en appelle à tous les gouvernements pour qu'ils mettent fin à la censure injustifiée de la liberté d'expression sur internet et aux entreprises pour qu'elles arrêtent de les aider dans leurs fins.

Nous utiliserons toutes ces prises de position pour appeler les gouvernements à libérer les cyber-dissidents emprisonnés pour avoir envoyé des e-mails et exprimé leurs points de vue sur des sites internet. Nous les transmettrons aux Nations unies, lors de la réunion de novembre 2006 sur le futur d'internet. Et nous les utiliserons pour montrer aux entreprises que les utilisateurs d'internet (leurs clients) n'approuvent pas la vision d'un internet aussi fermé à un grand nombre de citoyens de la planète.

La campagne s'appelle irrepressible.be, et nous la relayons aujourd'hui ici. Nous voulons utiliser toute la puissance d'internet pour mobiliser les gens à travers le monde, afin qu'ils s'opposent à la répression. Nous espérons un véritable effet viral et que plus des citoyens s'engageront, plus ils en parleront à d'autres internautes, que ce soit par e-mail ou sur leurs sites web. Irrepressible.be veut utiliser la censure sur internet pour la combattre.

Nous demandons aux citoyens de montrer leur soutien en diffusant sur leur site ou dans leurs e-mails un logo - logo qui contient un fragment d'un site web que quelqu'un, un jour, a essayé de censurer. Ainsi, chaque fois que vous envoyez un e-mail, ou que quelqu'un visite votre site, vous diffusez l'information, ce que les censeurs essayent précisément d'empêcher ! Chaque fois que quelqu'un verra le logo de la campagne, vous aiderez à combattre la censure, et vous permettrez à d'autres personnes de s'engager et de diffuser le message.

La vision de Peter Benenson est toujours aussi valable aujourd'hui qu'elle l'était en 1961. Des individus sont toujours emprisonnés pour avoir exprimé pacifiquement leurs opinions et d'autres, révoltés par cette répression, réagissent et décident de faire quelque chose à ce propos. Les États essaient toujours d'écraser la dissidence. Il y en a toujours qui essaient de réprimer la voix de l'humanité.

Mais nous savons que la capacité de résistance et d'action des gens ordinaires n'a pas changé non plus. AI a été créé à partir d'un article, dans un journal, écrit par une personne. 45 ans plus tard, nous sommes un mouvement global fort de plus de 1.800.000 citoyens de base qui refusent d'être réduits au silence.

Il est plus important que jamais de se mobiliser pour les droits humains. Vous pouvez rejoindre notre mouvement et ajouter votre voix à celle de milliers d'autres membres d'AI.

Si vous croyez en la liberté d'expression et à la force d'internet, nous vous demandons de signer notre pétition et de soutenir Irrepressible.be.

Philippe Hensmans (Directeur Amnesty International Belgique francophone)

Source : http://www.lesoir.be/

 

Action à soutenir sans aucune réserve !

L'assujettissement et le déterminisme sont autant d'entraves à la liberté.  a+Lpv

13:21 Écrit par Lpv dans Soutien | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

04/06/2006

Le danger de l'exhibitionnisme...

Merci à : http://www.humour.com/

20:49 Écrit par Lpv dans Dessin humour | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

La vie tribale et la téléréalité...

Non à la téléréalité chez les peuples autochtones

 

Je vous demande de diffuser cette action si vous vous sentez concernés.
Merci pour les derniers peuples dignes de la planète !

Non au projet de télé réalité au cœur des Tribus !
Réagissons vivement en envoyant un courrier à France Télévisions !

Il semblerait que le monde des peuples autochtones et des dernières tribus soit de plus en plus à la mode et aux goûts du jour. La dernière trouvaille en date des décideurs qui font et défont le monde du PAF (Paysage Audiovisuel Français) n’est autre que la commande par France Télévisions d’un reality show au cœur des dernières tribus !

France Télévisions vient en effet de charger une société de production française, filiale du groupe Endemol, de monter pour France 2 9 émissions de 90 minutes chacune destinées au prime time et qui mettront en scène un casting de 6 à 9 candidats lancés à l’aventure au cœur des tribus.
Ils auront à vivre pendant huit jours la
vie tribale des Hadzabé, celle des Miao de Chine, des cavaliers mongols, etc., et seront jugés par un ethnologue référent et par les chefs des villages ! Koh Lanta chez les tribus ! On imagine déjà nos apprentis explorateurs s’essayer aux mets les plus surprenants, se vêtir de turbans ou de caches sexes, se faire tatouer, ou singer les rites et les traditions les plus sacrés…

Le tournage est prévu pour l’été 2006 et la diffusion à partir de septembre. Voilà de quoi donner bien des idées à nos ethnotouristes en herbe et encourager au final, une clientèle de masse providentielle pour les professionnels de l’ethnotourisme. L’exploitation des derniers peuples sages de la planète atteint ici des sommets affligeants.

ICRA International a décidé de réagir très vite pour tenter de stopper la production de cette série d’émissions en lançant une pétition téléchargeable ci-dessous que nous vous demandons de signer et de faire signer par le plus grand nombre de personnes autour de vous et que nous enverrons au CSA ainsi qu’au Président directeur Général de France Télévision, Patrick de Carolis.

>>> Téléchargez la pétition papier

Envoyez un courrier de protestation à la direction de France 2

En cliquant sur le lien ci-dessous, vous pourrez également envoyer un courrier de protestation à M. de Carolis, PDG de France Télévisions ainsi qu'à la médiatrice de France 2.
Une copie de votre mail sera envoyée à ICRA International afin d'évaluer le succès de la campagne

Cliquez sur le lien, ajoutez vos coordonnées dans le courrier, signez à la fin de celui-ci et changez si possible le sujet : Envoyer un courrier (ne fonctionne avec les webmail, juste avec les logiciels de courier comme outlook ou eudora)

Si le lien ne fonctionne sur votre ordinateur
1. Ouvrez un nouveau message dans votre boîte de courrier électronique
2. Copiez les adresses ci-contre et collez-les dans le message comme destinataires :
p.decarolis@francetv.fr,mediateurinfo@france2.fr,bau@icrainternational.org
3. Copiez le message entre #### ci-dessous et collez le dans votre nouveau message.
4. Ajoutez un sujet/titre
5. Remplissez vos coordonnées, signez et envoyez le message !

####
Nom, prénom :
Adresse :
Code postal, localité
Pays :

Monsieur le Président Directeur Général,

Je viens d’apprendre que France Télévisions a commandé pour la chaîne France 2 à la maison de production Extra Box, filiale du groupe Endemol, une série de 9 émissions de télé réalité mettant en scène un casting de 6 à 9 candidats lancés à l’aventure au cœur des tribus les plus isolées de la planète.

Ce type d’émission ne peut que nuire gravement à l’intégrité et à la dignité de plusieurs de ces communautés qui sont déjà considérablement précarisées et menacées. Ces émissions ne manqueront pas également d’entraîner le développement d’un ethnotourisme de masse au sein des communautés autochtones les plus fragilisées de la planète.

Je demande au Directeur de France Télévisions, M. Patrick de Carolis, de bien vouloir procéder au retrait de ce projet indigne d’une chaîne publique nationale et qui menace l’intégrité morale et spirituelle des communautés autochtones concernées par ce projet.

Un post de Raffa : http://raffa.over-blog.com/

08:50 Écrit par Lpv dans Soutien | Lien permanent | Commentaires (9) |  Facebook |

03/06/2006

Pour ne pas être "dépassé" : vocabulaire...

Signification


* * * * * * * Balle (C'est de la) :
Exprime l'enthousiasme, quelque chose de bien, de beau, de positif. Cette meuf, c'est de la balle (Je ne suis pas insensible aux charmes de cette demoiselle).

* * * * * * * Bouffon :
Qui ne s'apparente pas au clan.
Nique lui sa race à ce bouffon ! (Rabats lui son caquet à cet individu qui ne s'apparente pas à notre milieu !).

* * * * * * * Carotte :
Du verbe carotter (extorquer, voler), mais dans une forme invariable. Il m'a carotte un zedou de teuchi, l'bâtard, tu vas voir comment je vais le niquer grave (Le scélérat m'a dérobé douze grammes de cannabis, il va s'en mordre les doigts).

* * * * * * * Chelou :
Bizarre, inhabituel. Par extension, qui ne s'apparente pas au clan. La prof d'anglais elle a des veuch tout chelous (Ce n'est pas tous les jours que l'on voit une coupe de cheveux aussi inhabituelle et cocasse que celle de la professeur d'anglais, qui par extension ne s'apparente pas à notre milieu).

* * * * * * * Comment :
Exprime l'intensité. Comment je lui ai niqué sa race à ce bouffon ! (Je sors indéniablement vainqueur du combat qui m'a opposé à cet individu qui ne s'apparente pas à notre style de vie, ceci dit en toute modestie, s'entend, et avec la sportivité qui s'impose en de pareilles circonstances).

* * * * * * * Foncedé :
Se dit d'une personne qui vient de consommer du cannabis. Je suis foncedé (Mon regard est vitreux, je perds mes mots, un mince filet de bave s'écoule sur mon menton et je rigole comme un décérébré, sans aucune raison. J'ai payé assez cher pour me mettre dans cet état. Bref: je viens de consommer du cannabis).

* * * * * * * Gun :
Arme à feu. Ziva prête moi ton gun, l'aut'batârd y m'a manqué de respect (Pourrais-tu s'il te plaît me prêter ton arme à feu, afin que je règle son compte à l'importun qui n'a été qu'à moitié urbain à mon égard).

* * * * * * * Kiff (er) :
Apprécier. Comment je kiffe trop son cul (Le sien postérieur n'est pas sans éveiller chez moi des pulsions bien naturelles, qui me mettent dans une humeur joviale, pour ne pas oser dire gauloise).

* * * * * * * Mortel :
Bien, beau, dont on peut se réjouir (invariable). Elles sont trop mortelles tes Nike (Vos chausses s'entendraient fortbien avec mes pieds, aussi vous demanderai-je de m'en faire l'offrande sans opposer de résistance).

* * * * * * * Mito:
Mensonge. Dérivé de mythomane (menteur). On me fait pas des mitos à moi, bouffon ! (Je ne suis pas le genre de crédule à qui vous ferez gober vos sornettes, individu qui n'appartient pas à notre milieu !).

* * * * * * * Race (sa) :
Exprime le mécontentement. Sa race ! (Je suis d'humeur maussade). Sa race, c'bouffon ! (Mon anneau pylorique est complètement fermé. C'est le résultat de la proximité de cet individu).

* * * * * * * Sérieux :
Indique que le propos est grave, solennel, et qu'il faut donc lui accorder le plus grand crédit. Sérieux, j'kiffe trop son cul à votre fille (Monsieur, j'ai l'honneur de vous demander la main de votre fille).

* * * * * * * Tèj :
Jeter, refuser, réfuter, envoyer, promener. T'aurais vu comment Jamel il a tèj la prof d'anglais ! (Le facétieux Jamel ne s'est pas laissé démonter face aux réprimandes de la professeur d'anglais !).

* * * * * * * Trop :
Exprime l'intensité. En cela, synonyme de comment. Trop et comment peuvent éventuellement cohabiter dans la même phrase, pour exprimer une intensité très élevée. Trop la honte, ce blouson (Ce blouson est ridicule, et dans des proportions considérables).
Trop comment je suis foncedé ! (J'ai fumé une quantité déraisonnable de cannabis. Je crains que mon acuité intellectuelle en pâtisse pour la paire d'heures à venir).

* * * * * * * Truc-de-ouf :
Désigne une chose peu commune, qui dépasse l'entendement.
C'est un truc de ouf ! (Mon dieu, mon entendement est tout dépassé !).

* * * * * * * Zyva :
Indique que la demande est pressante.
Zyva, fait méfu, sale chacal (Ne sois donc pas si avare de ta cigarette purgative, et fais en profiter ton vieil ami qui trépigne d'impatience).

09:24 Écrit par Lpv dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

02/06/2006

L'hypocrisie de l'occident !!!!

Merci à Georges MILLION : http://www.millioncartoons.com/

20:32 Écrit par Lpv dans Politique | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

01/06/2006

Femmes et enfants sans papiers

MANIFESTATION NATIONALE

des femmes et enfants sans papiers
ce samedi 10 juin  à 14 heures
 
Rassemblement Maison communale de Schaerbeek,
Place Collignon
 
 
 
Les femmes et les enfants de Sainte Suzanne organisent avec leurs enfants  une manifestation  pour revendiquer la régularisation sans conditions de tous.
Depuis le 7 mai les femmes et les enfants occupent l’église Sainte Suzanne. En Belgique depuis plusieurs années, elles sont souvent seules dans la vie avec des enfants et se débrouillent avec des boulots très précaires, très mal payés. Elles ont vécu l’enfer dans leur pays d’origine et ont toutes été victime d’humiliations graves en tant que femmes. Beaucoup vivent chez des amis avec ou sans papiers. Elles restent dans l’ombre, de peur de se faire arrêter / expulser.
Nous avons demandé aux enfants de dessiner ce qu’ils aimeraient avoir s’ils obtenaient des papiers et tous, sans concertation, ont dessiné une maison.
Les femmes et les enfants de Sainte Suzanne veulent sortir de l’ombre et organisent une manifestation de femme le 10 juin à Schaerbeek.
 
Venez les soutenir, venez les aider à organiser la manifestation.
Réunion pour l’organisation ce jeudi 1 juin à 19 heures à l’église.
 
Toute visite à l’église est la bienvenue, et un soutien logistique pour l’organisation de la manifestation est indispensable (tracts, transports, affiches).
 
Réunion des soutiens tous les lundi à 19 heures à l’église.
Avenue Latinis,60 à Schaerbeek
 
Soutenez les en signant leur manifeste ci-après.
 
------------------------------------------------------------------------- 
Manifeste du Collectif - des Femmes et Enfants Sans Papiers de l’église Sainte Suzanne
 
Une société sans femme équivaut à un échec
 
Citoyenne à part entière mère, épouse, travailleuse, pour sortir de l’isolement, nous, femmes et enfants sans papiers, nous nous sommes constituées en « COLLECTIF DE FEMMES ET ENFANTS SANS PAPIERS ».
Nous sommes des couches vulnérables, marginalisées. Nous subissons toutes formes de discriminations. De ce fait, nous avons décidé de nous faire entendre à travers cet écrit en dénonçant :
 
-La régularisation arbitraire et  au compte goutte, laissant un grand nombre de femmes clandestines en proie aux exploitants et trafiquants qui nous traitent comme des marchandises
 
-L’emprisonnement de femmes et d’enfants dans les centres fermés, ce qui montre combien l’homme dans son orgueil reste indifférent au respect et à la dignité de la femme qui est la source de l’humanité.
 
-L’expulsion au mépris des règles démocratiques de la législation belge en violation à la Convention de Genève.
 
A l’égard de tout ceci :
Nous demandons la régularisation sans conditions de toutes les femmes et enfants sans papiers, car nous voulons en finir avec la clandestinité, travailler et participer à l’économie de l’état belge.
 
Enfin nous interpellons tous les responsables politiques en générale et en particulier Monsieur le Ministre Dewael de jeter un regard humain sur la situation de la femme et de l’enfant clandestin. Nous croyons en lui en tant qu’homme, mari, papa d’une famille, sensible aux problèmes de la femme.
Soutien : Octavia(nl) Mounira(fr)Ilia (udep)
Collectif des femmes et enfants sans  papiers       
Octavia (nl) Mounira (fr) Ilia (Udep)

22:19 Écrit par Lpv dans Soutien | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

Solidarité : point de vue...

20:03 Écrit par Lpv dans Photo humour | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

30/05/2006

La prière de W. Bush

Merci à Chappatte : http://www.globecartoon.com/

21:44 Écrit par Lpv dans Dessin humour | Lien permanent | Commentaires (8) |  Facebook |

26/05/2006

La "pensée" nauséabonde en image...

Source naturelle

17:10 Écrit par Lpv dans Nauséabond | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |