31/03/2007

Propos de carême (3)

Jésus Christ et la morale  

 

Toute l’ambiguïté des choix et relations humaines se retrouve dans la nébuleuse appelée « morale ».

 

Morale de ceci, de cela, patati et patata…

Les pharisiens n’ont jamais disparu, ils sont toujours les chantres moralisateurs d’antan.  François pensait que l’espèce était en voie de disparition, et sa conclusion penche maintenant vers une recrudescence.  De ce côté là, si Jésus revenait, il ne serait pas trop perdu !  La morale  est devenue trop souvent le repaire des hypocrites. 

Jésus a déclaré (Mc 12,31) : « Voici le second (commandement), tu aimeras ton prochain comme toi-même.  Il n’y a pas de commandement plus grand  que ceux-là ».  Avec ces quelques mots, Jésus réussit une synthèse d’une rare simplicité.  Les grands discours intellectuels peuvent retourner à leurs  chères études.

Une autre innovation de Jésus est le pardon, c’est sans aucun doute, l’acte le plus difficile à mettre en pratique.

Aimer son prochain sans avoir intégré le pardon n’est pas possible. 

Il faut ajouter un « ingrédient » : le partage.

Ce thème est abordé à plusieurs reprises durant la vie de Jésus.  Sans ces trois préceptes, le christianisme n’a plus de raison d’être. 

 

Pour le reste, Jésus n’est pas très bavard, les apôtres le seront plus.  Toutefois, la conformité de leurs propos au message-même de Jésus est parfois difficile a établir.  Au vingt et unième siècle,  il n’est plus raisonnable de déclamer une morale sur une tradition…   Il ne faut pas éclipser d’un coup de crosse magique l’évolution de l’existence.  A entendre les bonzes de Rome, l’homme serait incapable de penser ce qui pourrait être bon pour lui.  Il faut croire qu’ils nous prennent pour des débiles amoraux.  Par chance, il nous reste encore Jésus…  Il est plus facile  d’édicter une « morale » rigide et éternelle que de faire face aux défis présents et a venir.   

 

La dernière campagne électorale présidentielle des Américains a été le théâtre du retour de la  morale.  Le candidat le plus « vertueux » a gagné les faveurs des citoyens d’Amérique.  La morale la plus « vertueuse » a fait pencher la balance dans le camp de l’intolérance.  Ainsi, la guerre de l’axe du bien contre l’axe du mal a été conforté.  Cet exemple montre parfaitement la limite de la morale.  Comment est-il pensable que des millions de personnes croient faire partir de l’axe du bien ?  Il faut croire que leur Dieu est issu de l’époque des Croisades.

Cet état de choses ne satisfait pas François qui, lui, pense que pour adhérer à cette « croyance », il est nécessaire de concevoir le monde uniquement à partir de soi et pour soi.  Avec un peu de logique, il est facile de s’apercevoir que concevoir un monde à partir de soi-même est voué à l’échec ; cela équivaudrait à ce qu’ une partie des humains soit au-dessus de tout et tous.  Dans notre vie quotidienne n’est-ce pas déjà ce principe qui prédomine ?

Dans cet exemple, force est de constater que la morale mal interprétée est devenue immorale.  Ainsi donc la morale devient facilement une tueuse silencieuse…  

 

François a, comme beaucoup, des obsessions ; la sienne est la morale économique.  Ce sujet, nous préférons le rencontrer dans les livres, articles…  Et pourtant, Jésus dans sa vie publique, à bien essayé de convaincre de la nécessité d’établir une morale économique.  Mais, les puissants de cette époque ont vu le danger se rapprocher, nous connaissons l’option qu’ils ont préférée…   Les puissants de notre époque n’ont guère changé les méthodes.  Les procès ne sont même plus nécessaires.

Pour s’en convaincre, constatons simplement les « disparitions »  et « suicides », des personnes qui réclament plus de justice.  En Amérique du sud et Afrique, les Etats tiers n’hésitent pas à  prêter main forte.

Vouloir établir une morale économique est dangereux, pourtant le besoin n’est plus à prouver.  Jésus n’a jamais arrêté son combat pour plus de justice et équité.  C’est sans doute par manque d’intelligence, que François ne comprend pas qu’il soit possible d’être  chrétien et en même temps, être un puissant de ce monde. 

 

Jésus durant sa vie publique ne s’est pas permis d’ ériger une liste d’interdits moraux.  Il a montré au travers de sa vie terrestre la miséricorde du Père.  L’origine de la morale catholique ne trouve donc pas sa provenance en la personne de Jésus.  Elle a été établie par l’homme durant  vingt et un siècles.  Nous pouvons établir qu’elle a évolué durant cette longue période.  Pour ne pas perdre son emprise sur le clergé et le peuple des baptisés, la morale s’est endurcie, et un chapelet d’interdits vu le jour.

Le plus révoltant pour François, c’est que l’intolérance a pris de l’importance au nom de Jésus Christ.  L’objectif de vie fraternelle de Jésus a très vite été remplacé par une morale intolérante, et la libération de l’homme par l’homme renvoyé au placard… 

 

La morale tueuse et silencieuse, occupe une place en vue dans le fonctionnement de notre société actuelle.

L’enseignement de Jésus est détourné au profit de conceptions de vie intolérantes.  La science devient pour certains une œuvre du Malin, alors que son objectif est d’assister l’homme durant les épreuves de sa vie.

L’homme n’est pas immature. Lorsqu’il estime qu’un problème éthique peut survenir,  il prend le temps de réfléchir.  La connaissance du bien et du mal, les religions pensent en être dépositaires.  François comprend très bien cette position : les religions telles que conçues actuellement ont peur de perdre leur monopole.  Pour ma part confie François, je ne peux que me réjouir de cette situation.  Où est Jésus dans ce débat ?  Il ne faut pas le chercher : sa préoccupation est de rendre l’homme responsable face au choix qu’il doit effectuer.  Jésus n’a jamais enseigné sur : l’avortement qui existe depuis toujours, la procréation assistée, l’homosexualité…  Par contre, il n’a jamais caché son opinion sur les pauvres (matériellement et moralement), les gardiens de la doctrine, l’argent…

Bref, les préoccupations de Jésus ne sont pas les mêmes que celles des religions.  Lpv

18:45 Écrit par Lpv dans Religion | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : religion, careme |  Facebook |

Patriotisme ou tentation nationaliste ?

patriotisme ou tentation nationaliste (Small)

Merci à Flo : http://www.florian-roulies.info/

17/03/2007

Si si, je vous assure c'est moi...

Clipboard01

Merci à Pierre Kroll

13/03/2007

La politique des grands fonds

promesses-dechet-mer-poisson (Small)

Merci àErby : http://erby.free.fr/

20:00 Écrit par Lpv dans Écologie | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : ecologie, dessin, humour, politique |  Facebook |

11/03/2007

Coupure de presse

Il faut sauver la planète !

 

Pollutions, réchauffement du climat et épuisement des ressources : la catastrophe universelle est annoncée. Les chrétiens peuvent-ils rester au balcon ? Les écologistes veulent sauver la nature. Les religions sauver l'homme.  Est-ce compatible ?

 

Dans le combat pour sauver la planète, il y a eu des voix prophétiques qui longtemps ont eu l'impression de prêcher dans le désert.  Les gens "raisonnables" les prenaient pour de doux utopistes ou des oiseaux de mauvais augure quand il annonçaient des catastrophe si l'homme ne changeait pas radicalement de mode de vie, de production et de consommation.

Jean-Marie Pelt "prêche" ainsi depuis plus de trente ans pour un autre rapport de l'homme avec la Nature. Botaniste-écologiste de renom, professeur émérite de Nancy, président de l'Institut européen d'écologie de Metz, ils est connu pour ses nombreux ouvrages sur les plante mais aussi sur les dangers qui menacent la vie sur terre. Parmi ceux-ci, un titre explicite : Après nous le déluge ? C'est aussi un catholique. Écologie et spiritualité peuvent-ils converger ? C'est le credo de Jean-Marie Pelt.

 

- On a l'impression qu'on a jamais autant parlé d'écologie et d'avenir de la planète que ces derniers mois?

- Nous avons créé l'Institut européen d'écologie en 1971. Cela fait 36 ans que je suis dans le bain de l'écologie et cela n'a jamais bougé comme maintenant. Nous sommes arrivés à un stade où les prises de conscience sont généralisées et où surtout les gens voient le réchauffement climatique. Ils constatent les automnes ou les hivers trop doux, les ouragans sur La Nouvelle Orléans. On ne réagit qu'à ce qu'on voit vraiment.

- Cela ne risque-t-il pas d'être un feu de paille ?

- Je ne pense pas que ce sera un feu de paille. Il y a dans les opinions publiques un changement très profond, quel que soit en France le prochain président. Un exemple. Dans le domaine de la lutte contre le réchauffement climatique, tous sont maintenant d'accord pour dire qu'une isolation thermique optimale des maisons permettra de diminuer la facture d'énergie, de diminuer les gaz à effet de serre, créer un grand nombre d'emplois. Dans tous les secteurs, il y a une convergence possible entre écologie et économie.

- Dans les domaines comme l'usage de la voiture, ou imagine plus difficilement des changements radicaux...

- C'est plus difficile. Les constructeurs pourraient proposer plus énergiquement des voitures qui ne consommeraient que quelques litres. On a perdu beaucoup de temps. On pourrait faire beaucoup mieux.

- D'où vient cet intérêt pour l'écologie chez vous ?

- Petit enfant quand j'étais à la maternelle, j'allais beaucoup dans le beau jardin de mon grand-père. J'ai reçu de lui un amour profond des plantes et de la nature. Je me suis mis à aimer jardiner. Et puis j'ai aussi reçu de ce grand-père un bel exemple de foi chrétienne. L'amour de la nature et la foi. Ce furent les deux piliers constants et essentiels de ma vie.

- Vos convictions religieuses expliquent aussi votre engagement écologique ?

- Je n'ai jamais séparé les deux choses et je suis peut-être le dernier avatar de ces naturalistes qui dans leur jeunesse ont hésité à devenir religieux ou botaniste. Un grand nombre de naturalistes ont eu cette hésitation dans leur vie parce qu'ils avaient une vision très spirituelle du monde et en même temps un grand intérêt pour la découverte scientifique. C'était comme cela pour moi aussi.

- Y a-t-il dans la Bible ou l'évangile des signes qui confortent votre conviction écologique ?

- Je trouve dans la Bible cette idée constante que le sort de l'homme est celui de la nature sont intimement liés et que les dérèglements que l'homme suscite entraînent des perturbations dont il est ensuite la victime. D'une manière symbolique, puisque nous sommes dans les mythes fondateurs, quand Adan et Eve sortent du Paradis terrestre parce qu'ils ont fait un bêtise, immédiatement la terre se met à produire des chardons. Je trouve cela très significatif... A l'inverse, dans le mythe du déluge, Noë est sauvé avec toute la création, toutes les espèces. Le sauvetage de l'humanité s'est fait en même temps que le sauvetage de la nature. Entre parenthèses, on peut se demander pourquoi Noë n'a pas amené des plantes sur l'arche. Les anciens savaient que les plantes peuvent résister à l'état de graines pendant très longtemps et repartir toutes seules. L'histoire raconte aussi qu'une branche d'olivier a été ramenée par un oiseau sur l'arche. Là aussi, le sauvetage de l'homme s'est fait avec celui de la nature. Dans l'évangile, tout l'environnement est plongé dans un milieu pastoral, rural et j'aime beaucoup cette idée du pain quotidien, cette dépendance pour notre survie ou jour le jour des fruits de la terre... Si vous voulez profiter de votre vie sur terre, vivez en relation étroite, amicale avec le monde des plantes qui vous nourrit. Il y a beaucoup de ressemblance entre la sensibilité de Jésus et la sensibilité indienne à propos de la nature et des plantes nourricières. Jésus a pris d'innombrables exemples pastoraux. Dans l'univers évangélique, on est dans une relation constante avec l'environnement naturel.

- Beaucoup de chrétiens ont aussi cru lire dans la Bible que Dieu confiait à l'homme sa création et qu'il pouvait ou devait même la dominer... Cela a entraîné peut-être des comportements d'exploitation à outrance de la nature.

- Certains on été un peu loin et on dit : Si tout va mal dans le monde occidental, c'est la faute de la Bible. J'entends cela très souvent dans les milieux écologiques. A cela, quelques réponses... Dominer a deux sens. Le "dominus", le seigneur, c'est celui qui domine mais protège en même temps. Certaines phrases ne sont pas heureuses, c'est sûr.  Les écritures ont été inspirées mais ce n'est pas le Père éternel qui a tenu le porte-plume...  L'interprétation littérale doit être dépassé pour découvrir l'esprit, le sens des textes. C'est vrai qu'il y a des textes qui paraissent tout à fait excessifs mais ce n'est pas une spécificité de la Bible. Les Grecs ont déboisé la Grèce entre le VIIIe et VIe siècle avant J-C avec une vision prométhéenne de l'homme. Les Chinois ont déboisé tout l'ouest de la Chine pendant des millénaires.

- Est-ce que vous ne trouvez pas que les Églises chrétiennes sont absentes ou trop discrètes dans les discours sur l'avenir de la planète ?

- C'est mon impression en particulier de l'eglise catholique qui se réveille maintenant.  Il y a enfin en France des réactions qui partent ici et là des paroisses et d'autres catholiques où on me demande de venir parler d'écologie et de spiritualité. Les orthodoxes et les Pères du premier millénaire ont par contre toujours eu une sensibilité très forte à la nature considérée comme un livre où on lit Dieu. Cette vision s'est perdue en Occident petit à petit où l'homme s'est éloigné de plus en plus de la nature. Il y a un retard du monde catholique qui doit maintenant être rapidement rattrapé.  Les protestants ont été en France très présents sur les questions de la nature et de l'écologie dans les années 1970 avec Denis de Rougemont, Jacques Ellul, Théodore Monod et d'autres. J'essaye de porter cette réflexion, en tant que chrétien catholique.

- Saint-François est un précurseur ?

- Il a fait trois choses tout a fait remarquables. Par rapport à une Église riche et vivant richement, il a promu la sobriété d'une vie de pauvre, retrouvant ainsi l'Evangile. Il a promu la beauté du rapport de l'homme et des créatures avec Dieu. On connaît son cantique des Créatures. Il a été aussi non-violent, allant voir le Sultan et tentant le dialogue avec lui. C'est une personnalité prophétique et d'une actualité exceptionnelle. A un moment où la terre est menacée, la sobriété écologique, les respect de la nature et le dialogue avec les autres religions s'imposent.

- Votre dernier livre, qui vient de paraître chez Fayard, s'intitule : C'est vert et ça marche...

- J'y explique qu'il n'y a pas seulement à se lamenter mais qu'on peut faire face et qu'il y a beaucoup d'exemples où des activités dans le domaine du développement durable sont des réussites merveilleuses dont on peut s'inspirer. On peut agir avec forces pour inverser  les tendances.  Source : L'appel

 

 

 

 

20:27 Écrit par Lpv dans Écologie | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : ecologie, religion |  Facebook |

09/03/2007

Voiture "propre"

P_735

Merci à Barrigue : http://www.barrigue.ch/

19:21 Écrit par Lpv dans Écologie | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

05/03/2007

Le droit international

 
 
humour06

Source : ???

20:26 Écrit par Lpv dans Dessin humour | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : dessin, humour |  Facebook |

Propos de carême (2)

L'omelette

On a l'habitude de dire : "Il n'est pas possible de faire une omelette sans casser des oeufs".  Je serai tenté de dire également qu'il n'est pas possible de traiter la problématique de la pauvreté uniquement sous l'angle de l'assistance.  Laissons cette manière d'agir au "monde politique".

L'illusion du bien être matérialiste nous entraîne vers une autre illusion : celle de la réalité perçue.  Cette dernière n'est pas uniquement ce qui est montrè à la télévision ; non, elle est pire !  Afin d'éclaircir les choses, parlons dès à présent de "réalité réelle".

Si nous espérons devenir un jour chrétien, nous devrons réaliser que (pour moi on ne devient pas chrétien par le baptème) devenir chrétien c'est le temps de l'existence terrestre.  En d'autres termes, être chrétien n'est jamais acquis, et que le "chrétien en devenir" doit se démarquer des autres. Traitons la pauvreté avec l'esprit de Jésus, c'est-à-dire, lorsque cela s'avère nécessaire, redevenons des rebelles.  Oui, j'ai bien dit REBELLE.Avoir les pieds et la tête dans la réalité réelle sans être rebelle, est pour moi chose impossible, et heureusement pour mon équilibre psychique...

Le capitalisme fonctionne en grande partie grâce au lobbying exercé sur les dirigeants de ce monde.  Le moins que l'on puisse écrire est que la formule a du succès et de beaux jours devant elle... mais les bénéficiaires de cette méthode sont une frange minuscule de la population globale. Il est grand temps que tous les "chrétiens en devenir" utilisent un égal lobbying sur les dirigeants politiques, mais surtout chez les décideurs économiques. L'authenticité du "chrétien en devenir" est à ce prix. Combattre la précarité dans son quartier ou à des milliers de kilomètres demande une telle organisation.  Alors une question me revient sans cesse à l'esprit : "Quattendons-nous pour casser des oeufs...?"    a+Lpv

16:32 Écrit par Lpv dans Religion | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : religion, careme |  Facebook |

01/03/2007

La sagesse du décideur

decideur

Source : http://jememarre.com

19:50 Écrit par Lpv dans Dessin humour | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : dessin, humour |  Facebook |

21/02/2007

Propos de carême

L’homme reflet de Dieu

 

 

Chaque homme a potentiellement les mains et le visage de Dieu,  c’est l’après Jésus-Christ.

 

Sans les mains de l’homme, Dieu ne sait pas faire de miracles…     Lorsque nous voyons à la télévision des carcasses humaines déambulant devant les camions d’aide humanitaire, nous ne sommes pas uniquement en présence d’une tragédie humaine, nous sommes également  en présence de nouvelles crucifixions, et d’un  S.O.S. venant de Dieu.  Nous devons comprendre et voir Dieu à partir de la personne humaine : chaque personne possède une petite parcelle de Dieu. 

 

Jésus a été l’incarnation de Dieu sur terre, et l’homme a voulu montrer sa supériorité en le crucifiant !  Deux mille ans après, les crucifixions ont toujours lieu sous d’autres formes : passivité, inaction, chaise électrique, pendaison, décapitation…  Les bien-pensant ont pris l’habitude d’attendre Jésus ; François en eu marre d’attendre, maintenant c’est au quotidien qu’il voit Jésus partout : il lui suffit de regarder les nouvelles du monde.  C’est plus qu’une différence de conception de Dieu, ce n’est pas le même Dieu !  Le Dieu des bien-pensant, est le même que celui des pharisiens.

 

Ce qui devrait différencier les chrétiens des autres religions, c’est la proximité de  Dieu avec les  hommes. 

Nous ne devons pas attendre des signes extraordinaires venant de Dieu, cela a eu lieu il y a vingt et un siècles lorsqu ’il a envoyé son Fils Jésus au… casse pipe. 

Durant sa vie, Jésus a manifesté son espoir en l’homme, sa confiance  en son Père.  La libération de l’homme par l’homme est un des thèmes préférés du message de Jésus.  Un autre est le pardon ; en effet sans celui-ci, toute tentative de vie fraternelle est impossible.

A l’aube de ce troisième millénaire, le christianisme a plus que jamais sa place ; et si comme François, nous pensons que l’humanité doit se transformer en fraternité, ce n’est pas le travail qui manque.

Ancien post du 17.04.06

18:01 Écrit par Lpv dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : religion, careme, actualite |  Facebook |

Individualistes...

individualiste

Merci à : http://jememarre.com

08:51 Écrit par Lpv dans Dessin humour | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : dessin, humour, societe |  Facebook |

17/02/2007

Bénéfice et déficit...

total-benefice-petrole-essence

Merci à Biz : http://www.biz-humour.com/

18:16 Écrit par Lpv dans Dessin humour | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : dessin, humour, total |  Facebook |

Il en fera une fois de plus à sa (tête)

Vote symbolique de la chambre des représentants contre l'envoi de renforts en Irak 

 

 

La Chambre des représentants, à majorité démocrate, s'est exprimée vendredi 16 février contre l'envoi de renforts militaires américains en Irak, défendu par le président républicain George W. Bush. Votée après trois jours de débat, la résolution adoptée par 246 voix contre 182 n'est toutefois pas contraignante pour le président américain, qui compte envoyer 21 500 militaires en renfort afin de stabiliser l'Irak, près de quatre ans après le début de l'intervention militaire américaine.

Dix-sept des 201 élus républicains se sont joints à la quasi-totalité des 233 démocrates pour faire passer cette résolution. Un symbole de l'isolement croissant du président américain sur le dossier de la guerre en Irak.

Les défenseurs de ce texte espèrent que, malgré son caractère non contraignant, sa portée symbolique amènera le président à revoir ses projets et à commencer le rapatriement des militaires américains déployés en Irak. "L'adoption de cette législation va indiquer un changement de direction en Irak, qui mènera à la fin des combats et au retour de nos soldats", a déclaré la présidente de la Chambre, la démocrate Nancy Pelosi.

LE BRAS DE FER CONTINUE

Après leur victoire symbolique vendredi, les démocrates souhaitent continuer à gêner le président. Samedi, le Sénat doit décider s'il se prononce sur la résolution de la chambre des représentants. L'enlisement des débats à la chambre haute l'avait poussée à laisser la priorité du vote à la chambre basse, contrairement à l'habitude en matière de politique étrangère.

Si la Maison blanche paraissait résignée au vote de défiance vendredi, le président Bush s'apprête à en combattre toutes les éventuelles conséquences sur le financement de la guerre, seul réel levier d'action pour le Congrès.

"Bientôt, le Congrès aura l'occasion de manifester son soutien aux troupes en Irak en approuvant les fonds requis par le président et sur lesquels comptent nos hommes et nos femmes engagés au combat", a rappelé Tony Snow, le porte-parole de Bush. Les dirigeants démocrates se sont engagés à ne pas réduire les fonds des forces américaines à l'étranger mais ils souhaitent attacher des conditions à ce financement, afin de contraindre Bush à renoncer à tout renforcement des effectifs.

Le "vote de défiance" de vendredi "pose les bases d'un affrontement encore plus sévère et lourd de conséquences", entre le Congrès et le président, prédit le New York TimesSource : http://lemonde.fr/

10:20 Écrit par Lpv dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : actualite, presse, w, usa, irak |  Facebook |

15/02/2007

Artistes en campagne : appel à projets

17:23 Écrit par Lpv dans Soutien | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : artistes, politique |  Facebook |

Où sont les sous ?

Mais où sont passés les comptes du FN ?
Martin Buxant

Mis en ligne le 15/02/2007
- - - - - - - - - - - 

Il n'y a aucune trace des comptes de campagne électorale de la formation d'extrême droite en 2006.
Erreur de transmission ? Ou nouvelle bourde du Dr Féret ?

C'est gros comme un camion. Et pourtant, personne n'a vu les comptes de campagne du Front national pour les élections communales du 8 octobre dernier à Bruxelles. A part peut-être son président, le docteur Daniel Féret. Mais pas de traces de ces comptes, en tout cas, là où ils devaient être 45 jours maximum après le scrutin : au Parlement bruxellois. Et la formation francophone d'extrême droite pourrait écoper, pour cette "erreur", d'une suspension d'un à quatre mois de sa dotation annuelle.

Selon le procès-verbal de la réunion du 18 janvier 2007 du Collège de contrôle du Parlement bruxellois, organe habilité à vérifier les dépenses des partis, "à l'exception du FN, tous les partis ont rentré leur déclaration", a fait savoir le président Eric Tomas (PS) aux députés bruxellois. "Le Collège de contrôle constate que le parti politique FN, qui se présentait aux élections communales du 8 octobre 2006 dans la Région de Bruxelles-Capitale sous le numéro de liste 11, n'a pas rentré de déclaration", peut-on lire dans ce PV qui a maintenant été transmis à la Chambre.

"Quelques ratés"

Le non-dépôt des comptes de campagne entraîne une suspension d'un à quatre mois de la dotation annuelle d'un parti politique. Mais l'organisation des scrutins communaux a été confiée aux Régions depuis 2001 et le FN ne bénéficie pas de dotation ni à la Région wallonne (4 députés) ni à Bruxelles (4 députés)... En revanche, la commission des dépenses électorales de la Chambre - à qui les comptes sont transmis pour avis - pourrait voter la suspension de la dotation fédérale du FN. "On nage en plein flou juridique, admet un expert. C'est la première fois que les Régions organisent ce scrutin et il y a quelques ratés"... En Région wallonne, le FN n'a pas eu à justifier les comptes de sa campagne pour les communales puisqu'une plainte l'avait finalement empêché de disposer d'un numéro de liste électorale.

"Il y a erreur"

Interrogé mercredi soir par "La Libre", le président du FN, Daniel Féret, a assuré avoir envoyé les comptes de la campagne électorale d'octobre dernier. "Je les ai envoyés moi-même au tribunal de première instance dans les délais impartis", jure-t-il. "Ce n'est pas de ma faute si ce Parlement ne fonctionne pas correctement. Peut-être y a t-il eu une erreur dans la transmission des comptes", termine le chef du parti d'extrême droite.

"C'est impossible !, rétorque Denis Grimberghs, chef de file du CDH au Parlement bruxellois. Nous recevons absolument tous les comptes qui sont déposés à Bruxelles ou à Namur." Ainsi les comptes du parti Ecolo déposés au tribunal de Namur ont-ils été transmis à Bruxelles. "C'est une pratique inacceptable de la part de mandataires qui se piquent de prôner la transparence. C'est inadmissible". "Incivique", se borne à commenter le vice-président de la commission des dépenses électorales de la Chambre, Francis Délpérée. "C'est du mensonge pur et simple, dénonce Magda De Galan (PS). Cela va même au-delà de l'incivisme : nous en avons plus qu'assez des pseudo-mensonges du Front national. Cela devient franchement inacceptable" , enrage la parlementaire bruxelloise.

Rappel, cette année le Front national a d'ores et déjà été amputé (provisoirement) d'un mois de sa dotation annuelle. Car une enquête en cours à l'encontre de M. Féret et de sa compagne Audrey Rorive portant sur une confusion de patrimoine et sur d'éventuels abus de biens sociaux a été ouverte. En février, donc, le FN n'a pas perçu les quelque 42 000 euros auxquels il avait droit.

Source : http://lalibre.be/

 

Où sont les sous ?  C'est la question du jour...   a+Lpv

11:04 Écrit par Lpv dans Nauséabond | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : politique, fn, presse |  Facebook |

14/02/2007

Devenir roi des cons

P_716

Merci à Barrigue : http://www.barrigue.ch/

12:25 Écrit par Lpv dans Dessin humour | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : dessin, humour, actualite |  Facebook |

08/02/2007

C'est encore autorisé ?

P_710

Merci à Barrigue : http://www.barrigue.ch/

07/02/2007

"Si on ne peut plus rire des..."

"Si on ne peut plus rire des terroristes, on est foutu"
BELGA

Mis en ligne le 07/02/2007
- - - - - - - - - - - 

Longuement interrogé durant la première matinée de ce procès, M. Val a affirmé, dans une salle comble et globalement acquise au prévenu, que le choix de publier des caricatures du prophète Mahomet répondait à une volonté de "critiquer la religion en tant qu'idée"

D.R.

Philippe Val, directeur de Charlie Hebdo, a justifié mardi devant le tribunal correctionnel de Paris la publication de caricatures controversées de Mahomet pour laquelle il est poursuivi en affirmant: "si on ne peut plus rire des terroristes, on est foutu! ".

"Qu'est-ce qu'il reste au citoyen si on ne peut plus rire des terroristes ? Si on ne peut pas en rire, on est foutu! ", a lancé le directeur de publication de l'hebdomadaire satirique qui comparaissait devant la 17ème chambre du tribunal correctionnel, présidée par Jean-Claude Magendie.

Longuement interrogé durant la première matinée de ce procès qui doit durer trois demi-journées, M. Val a affirmé, dans une salle comble et globalement acquise au prévenu, que le choix de publier des caricatures du prophète Mahomet répondait à une volonté de "critiquer la religion en tant qu'idée".

"En aucun cas, cela n'exprime du mépris à l'encontre des croyants d'une religion quelconque", a-t-il ajouté, revendiquant son "désir de l'époque (de la publication, ndlr) de démontrer qu'en France, on pouvait critiquer la religion en tant qu'idéologie".

M. Val a reçu un soutien inattendu au cours de l'audience. Alors que son interrogatoire touchait à sa fin, l'un de ses avocats, Me Georges Kiejman, a pris la parole pour lire un courrier sans en préciser l'auteur.

"Je tiens à apporter mon soutien à votre journal qui s'inscrit dans une vieille tradition française, celle de la satire", a lu Me Kiejman. Remarquant avoir été "très souvent la cible privilégiée" du journal dirigé par Philippe Val, l'auteur du courrier affirme l'accepter "au nom de la liberté de rire de tout".

"Je préfère l'excès de caricature à l'absence de caricature", ajoute-t-il, selon les propos lus par l'avocat qui a conclu: "et c'est signé par Nicolas Sarkozy, suivi du slogan: +ensemble, tout est possible+", suscitant rires surpris et sourires, dans le public comme parmi les parties civiles.

De nombreuses autres personnalités, telles que François Bayrou, candidat UDF à l'élection présidentielle, et François Hollande, premier secrétaire du parti socialiste, doivent également intervenir en tant que témoins cités par Charlie Hebdo.

Trois caricatures, publiées par le journal, sont poursuivies par la Grande Mosquée de Paris et l'Union des organisations islamiques de France (UOIF) sur le fondement du délit d'"injure stigmatisant un groupe de personnes à raison de sa religion", passible d'une peine maximale de six mois d'emprisonnement et de 22.500 euros d'amende.

Le premier dessin est signé Cabu - présent à l'audience sur les bancs de la presse - et a été publié en une de Charlie Hebdo le 8 février 2006. Il représente Mahomet se prenant la tête dans les mains et déclarant: "c'est dur d'être aimé par des cons".

Les deux autres dessins poursuivis avaient été déjà publiés dans le journal danois Jyllands-Posten en septembre 2005. Ils faisaient partie de la série de dessins ayant provoqué une flambée de violence anti-danoise dans le monde musulman.

L'un représente le prophète accueillant des kamikazes au paradis avec la légende: "arrêtez, arrêtez, nous n'avons plus de vierges". L'autre Mahomet portant un turban représenté sous la forme d'une bombe dissimulant une mèche et un détonateur allumés s'apprêtant à exploser. Les parties civiles se sont concentrées sur cette dernière caricature qui, selon elles, crée un amalgame entre musulmans et terroristes.

Pour M. Val, ce dessin "ne s'adresse pas à des hommes, il s'adresse à des idées défendues par des hommes qui légitiment la violence par l'islam".

Le procès se poursuit l'après-midi.

Source : http://lalibre.be/

17:36 Écrit par Lpv dans Soutien | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : presse |  Facebook |

04/02/2007

Le sponsoring en chaire et en os

18

Merci à : http://www.umour.com/

18:37 Écrit par Lpv dans Photo humour | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : humour, photo |  Facebook |

02/02/2007

Sport-dit-vert

sport dit vert

Merci à : http://www.humour.com/

19:27 Écrit par Lpv dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : humour, photo |  Facebook |

31/01/2007

Coupure de presse

Une écologie sans politique
Guy LEBOUTTE

Mis en ligne le 31/01/2007
- - - - - - - - - - - 

Le discours de Nicolas Hulot se veut "transpolitique". Illusoire. Sous un prétexte écologique, il ne fait surtout que renforcer les inégalités toujours plus criantes entre les populations. 

Membre d’ "Une Autre Gauche"

 

L'appui unanime des médias aidant, Nicolas Hulot fait un tabac avec les malheurs de la planète. Sous le titre d'un "pacte écologique", qu'il veut "transpolitique", son livre et son site (1) font recette. Nicolas Sarkozy et Ségolène Royal ont annoncé leur adhésion : voilà toujours entre ces deux-là une pomme de discorde écartée, un bout de terrain déminé - à moins que ce ne soit une vraie convergence.

 

Sophie Divry a publié (2) une excellente mise en perspective des actes et discours de l'animateur vedette, ses pompes et ses oeuvres, amis et projets. Marketing et sponsoring, produits dérivés, lignes de véhicules 4x4 labellisées Ushuaïa... l'argent, le pétrole et le CO2 coulent à flot dans le sillage du télé-écologiste de TF1.

 

Il faut, face à cette grande machine médiatique, recentrer la question écologique, loin de l'image du monde lénifiante que nous construit jour après jour l'industrie omniprésente du spectacle. Il faut rendre leur place à quelques constats massifs et accablants, qui pèsent sur l'humanité mais sont quotidiennement marginalisés dans la représentation collective. Si, comme on peut le penser, la question climatique est en passe de secouer, outre nos paysages, nos modes de vie et de vivre ensemble, tout enjeu tenu secret ou inconscient pourra prêter à des manipulations considérables.

 

Or un interdit "transpolitique" hante la politique officielle, consensuelle et télévisuelle. Chacun le respecte. Il porte sur les vraies causes de la pauvreté.

 

Prenons un exemple. En 2002, des enfants sont morts de faim en Argentine. Pourtant, ce pays au nom emblématique, de 38 millions d'habitants, assure une production agroalimentaire permettant de nourrir 180 millions de personnes, d'après "Le Monde", ou 300 millions d'après "L' Humanité" . D'autres cas sont répertoriés, de contrées connaissant des famines mortelles alors qu'elles exportent du riz ou des biens de subsistance. L'Indochine française en était, vers 1947. Comment comprendre ces drames ?

 

Réfléchissons. La seule explication satisfaisante réside dans les rapports d'appropriation qui permettent aux uns, de disposer de la production, et aux autres, de vivre dans la misère. (Au passage, les discours patriotiques de solidarité nationale montrent ici leur fausseté, qui est leur vérité.)

 

La faim dans le monde n'a pas d'autre logique. Aujourd'hui, l'Inde exporte des céréales alors que la moitié de ses enfants souffrent de malnutrition (3). Et sur une planète où la production alimentaire est de taille à largement suffire à l'humanité, 24 000 personnes meurent chaque jour des conséquences de la faim (4).

 

Chacun comprendra qu'il en va ainsi pour la question sociale dans son ensemble. La faim et la misère ne sont dues, ni à un manque de croissance économique, ni aux limites de la productivité agricole, elles sont un effet de la répartition sociale des ressources, une conséquence des rapports sociaux. Leur résorption n'est pas un défi technique ou scientifique, mais un problème de société, l'affaire de tous, une interrogation éminemment politique. La question sociale ne relève pas de l'expertise, mais du débat.

 

Alors débattons. Certaines vérités sont soigneusement occultées. Depuis l'Antiquité, les élites ont consacré des efforts constants à travestir la réalité de la pauvreté, à l'adresse des gouvernés bien entendu, mais aussi pour leur propre paix de l'âme. John Kenneth Galbraith, économiste honnête alors au sommet d'une carrière où il a connu tous les honneurs, un Joseph Stiglitz avant la lettre en somme, l'affirme dans un article célèbre, "L'Art d'ignorer les pauvres". Il nous explique comment, de tout temps, les pouvoirs se sont attachés à "évacuer la pauvreté de la conscience publique".

 

L'ami des multinationales, Nicolas Hulot, s'inscrit sans conteste dans cette lignée ancestrale trop respectueuse - et trop profiteuse ! - des injustices sociales. Il travaille avec d'autres à un capitalisme vert qui sauvera l'essentiel : les inégalités. Rien de plus. Les Grünen allemands sont déjà largement gagnés à cette mouvance, et avec eux un nombre chaque jour croissant de patrons intelligents ou cyniques. Sophie Divry nous donne la liste des marchands de canons et de pollution qui soutiennent l'animateur de TF1.

 

Dans une page aujourd'hui disparue de son site figurait la question : "Les Parisiens fortunés qui se rendent chaque week-end à Marrakech cesseront-ils d'y aller parce que leur billet d'avion coûtera 400 euros de plus ?" Audacieuse franchise ! La réponse donnée était positive, en raison d'un "effet d'entraînement" prétendument déjà observé... L'argument a été abandonné.

 

Si nous suivons des recommandations présentées comme techniques, à l'instar de celles, non pas transpolitiques, mais apolitiques, de Nicolas Hulot, les vrais pouvoirs seront libres de tout questionnement. A ce titre ils imposeront d'autant plus aisément des solutions inéquitables faisant payer le prix de l'ajustement, une fois de plus, aux plus pauvres. On ne pourrait alors qu'assister à une reconduction de la domination sous des formes inédites, avec une mystification idéologique renouvelée, où l'argument d'une contrainte écologique non socialement analysée remplacerait peu ou prou l'actuelle et supposée intangible loi des marchés.

 

Telle est, pauvres de tous les pays, la nouvelle nécessité que les grands médias vont vous vendre, tel est le plan des élites triomphantes.

 

Vous croirez sauver vos descendants, mais vous assurerez leur sujétion au salariat, régime qui a mené l'espèce au bord du suicide. Vous croirez faire des sacrifices pour la Vie et pour la Planète, mais vous nourrirez Moloch. Alors qu'ils iront travailler en bicyclette, vos petits-enfants, par leurs impôts et par leurs achats, financeront la jet society, "carbon dioxyde authorized", des héritiers de Monsieur Hulot et ses soutiens.

 

Les élections sont libres. Elles ne présagent aucune réelle mise en question tant que les dominés font leurs les règles de la domination. Ainsi règne la servitude volontaire, énoncée en 1549 par un Etienne de la Boétie âgé de dix-huit ans. Presque cinq siècles plus tard, vous lui promettez, chers admirateurs de Nicolas Hulot, une gloire éternelle.

 

(1) Web www.pacte-ecologique-2007. org.

(2) "Nicolas Hulot, le pacte médiatique", Cahiers de l'IEESDS n°1. Le premier bulletin de l'Institut d'études économiques et sociales pour la décroissance soutenable est offert en supplément à "La Décroissance" du 22/11/06. voir www.decroissance.org/index.php?chemin = textes/hulot.htm.

(3) Martine Bulard, "L'Inde reprend son rang", "Le Monde diplomatique", janvier 2007.

(4) Allocution d'ouverture du secrétaire général des Nations unies au Sommet alimentaire mondial, Rome, 10 juin 2002.

Source : http://lalibre.be/

19:20 Écrit par Lpv dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : ecologie |  Facebook |

27/01/2007

Enfin !

Après 4 mois et demi, Belgacom à envoyé un technicien à mon domicile...

Je souhaite beaucoup de chance à ceux qui attendent.   Ce blog va donc pouvoir à nouveau vivre.  a+Lpv

19:16 Écrit par Lpv dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

22/01/2007

Salut et bonne route...

07-01-23-abbe-pierre

Merci à Placide : http://www.leplacide.com/

18:57 Écrit par Lpv dans Dessin actualité | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

18/01/2007

L'écologie de droite...

droite-bio-ecologie-carburant

Merci à Dominique GOUBELLE : http://www.goubelle.net/

14:13 Écrit par Lpv dans Politique | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : politique, ecologie |  Facebook |

Réchauffement climatique ou médiatique ?

Manuel G. BIRAN 2

Merci à Manuel G. BIRAN : http://www.mgb-photo.book.fr/

Faut-il en rire ou en pleurer ?  Lorsque le monde politique semble vouloir affirmer qu'il agit contre la problématique du climat changé, posons nous cette question : Devons nous agir contre ou avec ?   Pour ma part, le temps du "contre" est terminé, en conséquence l'expression "courir droit dans le mur"est dépassée, nous sommes à l'INTERIEUR DU MUR !!!   a+ Lpv

13:13 Écrit par Lpv dans Photo | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : photo, actualite, environnement |  Facebook |

10/01/2007

W et l'Irak

irak

Merci à Chappatte : http://www.globecartoon.com/

09/01/2007

Le chemin des certitudes...

Manuel G. BIRAN 1

Merci à Manuel G. Biran :  http://www.mgb-photo.book.fr/

13:59 Écrit par Lpv dans Photo | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : photo |  Facebook |

03/01/2007

Résolution nauséabonde

strip

Merci à FLO : http://www.florian-roulies.info/

13:30 Écrit par Lpv dans Nauséabond | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

... ne vois-tu rien venir ??

Suite et pas fin de  mes problèmes de connexion...

Voici donc 1/3 d'année que j'attends Belgacom pour bénéficier d'une ligne téléphonique et adsl (tout est prévu à cet effet dans mon loft), le jour du rdz le 27/12/2006 je montais la garde en attendant la venue du technicien...

Une fois de plus, rdz manqué !!!

Mais...  le 29/12/06 en rentrant à mon domicile je découvris une carte signalant le passage du technicien; cette carte était non datée...  J'envisage très sérieusement de m'installer avec ma tente de camping chez Belgacom si je n'obtiens pas un rdz rapidement.

A+ Lpv    

 

 

13:01 Écrit par Lpv | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

20/12/2006

Naboléon et les SDF...

06-12-20-sarkozy

Merci à Placide : http://www.leplacide.com/

18:03 Écrit par Lpv | Lien permanent | Commentaires (8) | Tags : actualite, humour, dessin, politique |  Facebook |