05/06/2008

Une grande perte pour le gouvernement Français

ysl-9b61a-8e63c
Merci à Flo : http://www.florian-roulies.info/

14:59 Écrit par Lpv dans Dessin humour | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : dessin, humour, france |  Facebook |

03/06/2008

A disparaître

N’être pour quoi faire ?

Paraître, la disgrâce de l’Etre

Traître de l’Etre : à disparaître.

16:54 Écrit par Lpv dans Aphorisme | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

02/06/2008

Le souhait de Hillary...

_02_kroll

Merci à Pierre Kroll

28/05/2008

Méfiez vous...

wraaa
Merci à Chappatte : http://www.globecartoon.com/

15:21 Écrit par Lpv dans Dessin humour | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : dessin, humour, nasa, phoenix, mars |  Facebook |

14/05/2008

Cherche graphiste

Bonjour à tous...
Vous trouverez ci-en pas de page un lien qui vous conduira vers de la poésie animée, je sais que certain d'entre vous on déjà vu certain de ces poèmes, je vous envois ce mail pour vous demander de l'aide, d'une part d'avance merci de faire circuler ce lien et de cette manière me permettre de faire découvrir au plus large public possible le concept de poésie animée et qui sait, si par hasard vous connaissez un graphiste que le concept séduit, probablement sera-t-il plus compétent que moi pour animé mes écrits...
Belle journée...
Braloup

13:24 Écrit par Lpv dans Soutien | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

10/05/2008

Édito du journal "le 2 du mois"

Faut-il ou non boycotter les jeux olympiques qui se dérouleront en Chine ? Peut-on répondre à cette question objectivement ? Des voix s’élèvent, bien sûr nous sommes émotifs lorsque la machine de la médiatisation se met en marche, j’ai rarement entendu parler aussi souvent du Tibet. Ces olympiades auront au moins permis de rappeler, voire d’instruire les gens sur le sort du Tibet. Faut-il encore le rappeler, il est sous domination chinoise, un pays où il existe encore des camps semblables à ceux que certains pseudo historiens voudraient que l’histoire oublie. La presse est loin d’y être libre et le régime loin d’être tendre. Rappelons aussi que la peine de mort y est d’application. Toutes ces raisons et toutes les autres dont je ne parle pas ici suffisent-elle à faire pencher la balance vers un boycott ? Je ne sais pas. Et le peuple dans cette histoire, quelle joie pour une nation d’être le nombril du monde pour accueillir une aussi prestigieuse institution. Peut-on au non du régime priver le peuple de cette joie ? Et bien oui ! Pourquoi ?

Il y a un an à peu près j’interviewais un maître chinois résidant en France depuis 20 ans, il était a Liège pour donner un stage, partager la pratique étudiée par lui au pays, nous avons parlé de son art, de la rencontre avec son maître, des avantages curatifs de la pratique qu’il enseigne et jusque là tout c’était bien passé... La discussion s’est étendue sur la politique internationale, la domination de la Chine sur le Tibet est venue assez vite sur le tapis et là, catastrophe. Cet homme ayant fuit son pays et le régime en place pour se réfugier à Paris m’a affirmé qu’il était impossible pour la Chine de rendre sa liberté au Tibet car ces derniers risquaient de se venger et de tenter à leur tour de dominer la Chine. J’étais chez un ami, c’est lui qui organisait le stage et par respect pour lui, je suis parti sans faire état de mon point de vue. L’interview n’est pas parue dans le journal, dans l’incompréhension totale de l’organisateur. Il était impossible pour le rédac’ chef que je suis de faire paraître dans mon journal les propos d’un homme qui prétendait enseigner des techniques curatives dont je ne remets pas en doute l’efficacité, elles sont très efficaces, et qui légitime moralement la bêtise d’un État qu’il a fuit.

Plusieurs centaines de personnes sont mortes ces dernières semaines au nom de la liberté, c’est la jeune génération qui se révolte, peut-être en ont-il assez des persécutions, des humiliations, des privations, de la confiscation des terres cultivables... Mais tout le monde est indifférent, bien sûr, personne ne s’est réellement indigné lorsque le Dallai-lama s’est vu refuser l’entrée sur le territoire Belge. Pourquoi faire ? De toutes façons, le gouvernement chinois le dit, c’est lui qui fomente la révolution, aiguise les esprits pour qu’ils soient prêts à se révolter.

Alors oui, je le clame bien haut, je boycotterai les jeux olympiques, et je vous invite à vous positionner, je ne vous dirai pas ce qu’il faut faire, je crois au libre arbitre, chacun est libre de faire son choix.

Pour finir sur le thème du boycott, je voudrais faire part de mon indignation face à celui qui touche le salon du livre de Paris par de sombres idiots. Je manque d’objectivité sur ce thème, mais je voudrais juste vous faire part d’une toute petite chose. Savez-vous que lors de la création de la ville de Tel-Aviv, ce territoire était un désert inoccupé par dessus duquel 50 cm de terre ont été déposés pour que la vie puisse y naître?

Il me reste à vous souhaiter un excellent printemps, une demi-tonne de belles choses et une vie la plus paisible possible...

“ Le fatalisme n’est pas une fatalité en soi....’’

Source : Braloup

11:34 Écrit par Lpv dans Collaboration | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

07/05/2008

Veuillez laisser un message...

wr1231
Merci à Chappatte : http://www.globecartoon.com/

14:27 Écrit par Lpv dans Dessin actualité | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

05/05/2008

Retour à la normale...

m-affiches_mai_68__1_
Une affiche mai 68

19:45 Écrit par Lpv dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

03/05/2008

Le renard, l'âne et le pigeon

Le renard, l'âne et le pigeon

Renard, tout t'appelle à l'être

Âne, tu es

Pigeon, un jour tu seras.

16:53 Écrit par Lpv dans Aphorisme | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

02/05/2008

Avant et après 68

68-intox_050
Une affiche de 68

20:06 Écrit par Lpv dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : mai 68, affiche, intox |  Facebook |

18/04/2008

Pierre Desproges mort il y a 20 ans

P_1023
Merci à Barrigue : http://www.barrigue.ch/

09:20 Écrit par Lpv dans Dessin humour | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : dessin, humour, desproges |  Facebook |

15/04/2008

Une histoire de tour

Pour une Église en devenir !

L'Église, après 21 siècles d'existence, est à un tournant de sont histoire. Enfermée dans sa tour d'ivoire, elle ne trouve plus la sortie.

Tel un haut parleur au sommet de son minaret, la voix de son "ayatollah" central trouve encore écho dans les médias (ceci n'est pas critique, n'y voyez que perception de la "visibilité"). Étant devenu pèlerin de l'infinitude et vagabond dans la réalité, j'ai pris définitivement distance avec cette partie de l'Église, nommée aussi Institution.

Mais (car il y a souvent des "mais")..., je suis dans l'impossibilité de prendre mes distances envers la personne de Jésus. En effet, Jésus, je le vois partout ! Petite précision : je le distingue particulièrement dans les quartier pauvres, voire "malfamés". Tandis que les personnes qui croient l'avoir "capturé" doivent se trouver également dans la tour d'ivoire.

Mon espoir, est de constater qu'il y a des clercs et laïcs qui prennent leurs responsabilités. Je pense qu'il ne faut pas avoir peur de percevoir cette Église s'écroulant petit à petit. La renaissance viendra avec des personnes qui lisent, vivent et pratiquent les Évangiles, si j'ose parler : à l'endroit. En d'autres termes, je prends le pari d'une espérance placée à l'intérieur d'une nouvelle ère chrétienne évolutive. Cependant, ma principale crainte peut se résumer de cette manière : que cette nouvelle Église, se caractérisant par une réelle ouverture, se renferme, elle encore, au-dedans d'une nouvelle tour d'ivoire...

18:32 Écrit par Lpv dans Religion | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

12/04/2008

A détruire d'urgence !

mosquito-2

En Europe, le répulsif "anti-jeunes" séduit ou inquiète   

 

 

 

Encourager ? Tolérer ? Interdire ? Les pouvoirs publics européens s'interrogent sur l'attitude à adopter face à l'installation de répulsifs "anti-jeunes", qui permettent d'éloigner les adolescents grâce à des ultrasons qu'eux seuls peuvent entendre. Alors que le Royaume-Uni fait preuve d'une grande tolérance, la France, la Belgique et les Pays-Bas critiquent le recours à de tels dispositifs, mais hésitent sur les modes de régulation. Selon le fabriquant, Compound Security Systems, quelque 5 000 appareils fonctionnent aujourd'hui dans le monde.

Tolérance britannique. Baptisé Mosquito ("moustique"), ce système a été mis au point par un ancien ingénieur britannique qui souhaitait mettre fin au harcèlement de sa fille par des jeunes gens. Plus de 3 500 boîtiers, vendus 495 livres la pièce (617 euros), ont été installés par des commerçants, la police, les municipalités, les opérateurs de trains, voire des particuliers, pour éviter les attroupements d'adolescents.Le développement de ce répulsif a provoqué une vive polémique en février. Le commissaire à l'enfance, Al Aynsley-Green, a demandé l'interdiction de ces boîtiers "qui diabolisent les adolescents, peuvent pénaliser des innocents et portent atteinte aux droits de l'homme". La ministre de l'intérieur, Jacqui Smith, a défendu cette initiative au nom du combat contre les comportements antisociaux : "Nous soutiendrons toujours ceux qui respectent la loi, au détriment des bandes de voyous", a-t-elle affirmé.

Enquête aux Pays-Bas. Quelque 300 Mosquito (900 euros pièce) sont installés dans une soixantaine de municipalités des Pays-Bas. Les villes de Rotterdam, Nimègue et Utrecht affirment que leur utilisation aurait fait baisser la délinquance.Au mois de février, des parlementaires ont interpellé le ministre de la jeunesse et de la famille, André Rouvoet. Ce dernier s'est interrogé sur la légalité d'une pratique qui pourrait contrevenir aux dispositions constitutionnelles sur le respect de la vie privée et de l'intégrité physique. Il a diligenté une enquête sur les avantages et les inconvénients du système, ainsi que sur ses effets éventuels sur la santé.

Pétition en Belgique. Un cas a défrayé la chronique en Belgique. Le gérant d'une banque d'Aywaille, en Wallonie, avait installé un Mosquito. Après des plaintes de parents dont les enfants souffraient de migraines, les autorités municipales ont ordonné l'enlèvement de l'appareil. Dans la foulée, des élus flamands d'Anvers ont envisagé l'installation de ces dispositifs avant d'y renoncer. De son côté, le ministre francophone de la jeunesse, Marc Tarabella, a demandé la saisine de la Commission européenne, conformément à la procédure "Ratex", qui permet de faire interdire un produit lorsque sa sécurité est douteuse. La Commission a fait savoir qu'elle n'entendait pas intervenir. Au niveau fédéral, le ministre de l'intérieur a estimé que ce type d'appareils n'offrait pas "une solution correcte". Territoires de la mémoire, une association qui lutte contre les exclusions, a lancé une pétition contre le Mosquito, qui a recueilli 10 000 signatures.

Critiques françaises. Le marché français reste balbutiant. Selon le fabricant, une quarantaine d'appareils seulement ont été vendus en France depuis le lancement de la version française, commercialisée sous le nom de Beethoven (905 euros l'unité). La plupart des clients seraient de petites copropriétés désireuses de limiter des nuisances dues à des groupes de jeunes gens. "Depuis qu'il y a eu des débats sur le sujet, nous avons beaucoup plus de demandes qu'auparavant", note un porte-parole de la compagnie anglaise.

Le gouvernement français a critiqué ce dispositif. "Je souhaite qu'il soit purement et simplement interdit, quelle que soit la forme juridique que cela prenne", a affirmé Roselyne Bachelot, ministre de la santé. Le ministère du logement a aussi condamné le recours à ce matériel. "Nous travaillons pour essayer de mesurer l'ampleur du phénomène et identifier les organismes qui auraient passé commande, mais le recensement est compliqué", explique l'entourage de la ministre, Christine Boutin, sans envisager pour l'instant une éventuelle réglementation.  Source : http://lemonde.fr/

 

 

17:29 Écrit par Lpv dans Nauséabond | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Un endroit très sympa à Liège

"The Senor Duck", est un petit café-restaurant installé dans un bâtiment du 17e siècle. Colombages, poutres et veille briques tracent l'esprit du lieu; cette "petite maison se compose de cinq étages suspendus les uns au dessus des autres dans une harmonie simple.

Une fois la porte franchie, vous découvrez l'espace bar; un comptoir accueillant vous propose une belle gamme de bières spéciales, de vins, thé, café et softs. Mais aussi quelques tapas pour les apéros qui s'allongent.

Quelques pas et vous voici confortablement installé au salon-bibliothèque. L'escalier du salon donne accès à la mezzanine : discrète et cosy, idéale pour les rendez-vous d'affaire ou les dîners en tête à tête.

Encore quelques marches et vous avez accès au resto : 12 places assises; la garantie d'un service personnalisé. Le resto du Duck est ouvert tous les jours à midi et, en soirée les vendredis et samedis.

Le Duck, c'est aussi des soirées à thèmes, des concerts tous les dimanches, une ambiance et une équipe de petits camarades au caractère bien trempé.

Audrey

The Senor Duck - 5, en Neuvice - 4000 LIEGE - 0485/91.44.21 

  

                                     

13:27 Écrit par Lpv dans Collaboration | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : bar, resto, concert, cuisine |  Facebook |

09/04/2008

Coup de gueule aux...

Coup de gueule aux coups de gueules

Pèlerin de l'infinitude et vagabond dans la réalité, je crie haut et fort : STOP !

Ces deniers jours, nous assistons à la "slogantisation virtuelle" de la prochaine Parodie Olympique devant se dérouler malencontreusement au pays des rizières et de la sous-humanité.

Notre faculté de révolte et notre compassion a repris du service à l'occasion du voyage "organisé" de la petite flamme olympique. Car "petite", elle l'est devenue dès l'année de l'attribution des jeux à cet État.

Personnellement, cette balade organisée m'amuse beaucoup. (J'ai même rêvé d'un hélicoptère déversant sont chargement d'eau sur la petite flamme)  Cependant, ce triste spectacle (les "Jeux" de Pékin) me fait réfléchir sur notre manière d'agir. Il me semble que nous somme toujours au stade de l'autosatisfaction citoyenne. C'est cette autosatisfaction qui est dangereuse. Outre le fait du problème tibétain, il y a une bonne partie de la population chinoise qui fait face à un semblant d'existence.  Mais..., elle n'a pas de Dallai lama pou défendre sa reconnaissance à l'existence !

Mon coup de gueule, je le dédie à tous les révoltés de la société bien pensante ! Un chat doit accoucher d'un chat et non d'une souris...   La mondialisation capitaliste nous berce dans un "certain bien-être" en nous aveuglant. Enfermée à l'intérieur d'une "inconscience tranquille", la personne humaine s'est perdue en ce labyrinthe de l'existence. L'homme n'a de cesse à chercher des "solutions" à ses propres problèmes, et, parfois aux problèmes des autres. "Cours toujours mon lapin", suis-je tenté de dire.

La dualité entre conscience et inconscience fait que : l'homme par inconscience est tueur et par conscience bienfaiteur. Nous somme plongés dans la "solidarité du paraître".

17:52 Écrit par Lpv dans Être citoyen... | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

08/04/2008

1936 - 2008

08-04-08-hitler-chine-jeux-olympiques
Merci à Placide : http://www.leplacide.com/

10:32 Écrit par Lpv | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

31/03/2008

La parjure "Olympique" (1)

_31_kroll
Merci à Pierre Kroll

 

16:30 Écrit par Lpv | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

22/03/2008

Internet et le racisme

Le racisme vérole le Net

LE RACISME sur le Net, c’est comme un « feu de forêt ». Le Centre contre le racisme enregistre les signalements.

Internet : facile, rapide, anonyme. On peut tout s’y permettre. C’est ce que se disent peut-être beaucoup d’utilisateurs de la Toile. Devant son écran, l’internaute perd beaucoup d’inhibitions. Parfois pour le meilleur, parfois pour le pire. Preuve : ces forums de discussion où on lit souvent des propos que peu de gens raisonnables oseraient proférer en public. En 2007, le Centre pour l’égalité des chances et la lutte contre le racisme (CECLR) a reçu 330 signalements de messages racistes, islamophobes ou homophobes. En 2006, son site « cyberhate » (1) avait enregistré 140 alertes. « Auparavant, les contenus racistes étaient surtout le fait d’organisations structurées, indique Marco Van Haegenborgh, coordinateur de la cellule racisme du Centre. De plus en plus, désormais, ces messages se popularisent, notamment chez les jeunes qui ne voient que leur côté “amusant” ». Dans une enquête (1) un quart des jeunes (28,3 %) disent avoir été confrontés à des sites racistes.La famille Bouziane touche chaque mois 9.000 euros d’allocations : rumeur totalement infondée venue de France et qui s’est répandue chez nous. La « danse des macaques », diffusée en Flandre : insultant et condamné par un tribunal d’Anvers. Une vidéo de pseudo-lapidation soulignée par de la musique arabe : manifestement destinée à provoquer un sentiment de dégoût. Un autre sujet d’enquête du Centre.« Beaucoup d’utilisateurs pensent que sur le Net les lois belges ne s’appliquent pas », souligne Edouard Delruelle, directeur-adjoint du CECLR. Il n’en est rien. Plusieurs lois répriment le négationnisme et l’incitation à la haine raciale. Cette dernière est punie d’une amende de 15 à 1.000 euros et d’un emprisonnement d’un mois à un an, doublé si l’auteur est un officier public (notaire, huissier, officier d’état civil).

Former les modérateurs

En juin 2006, les responsables du site assabyle.com étaient condamnés à 10 mois de prison et à 15.000 euros d’amende pour des propos violemment antisémites publiés sur leur site et véhiculé dans leur forum de discussion. Dans son jugement, le tribunal précisait notamment qu’« en tant que responsables du forum, il [leur] appartenait (…) [d’en] contrôler le contenu ».Certes, la plupart des fournisseurs d’accès et des sites qui hébergent des blogs soumettent leurs utilisateurs à l’approbation d’une charte de bonne conduite. Sitôt lue (?), sitôt oubliée… « Les modérateurs sont le nerf de la guerre, insiste Delruelle. Nous leur proposons des formations. Et en cas de problème, nous privilégions l’information et la conciliation. » Informé d’un contenu litigieux, le Centre prend immédiatement contact avec le responsable du site, s’il est connu. « Beaucoup d’entre eux ne se rendent pas compte du problème, dit Haegenborgh. Ils sont débordés devant la quantité de matière. »

« Si nous constatons un appel explicite à la haine et à la violence, nous le signalons à la FCCU. » Cette cellule policière chargée de la cybercriminalité peut dresser des procès-verbaux et prête main-forte au Centre, dans la recherche des auteurs. Mais avec 35 personnes pour traquer tous les vices de la Toile, il faut faire des choix. « Pour la première fois, le plan national de sécurité 2008-2011 érige la cybercriminalité grave au rang des priorités, explique le commissaire Laurent Bounameau. Mais soyons clairs : le racisme et la xénophobie sur le Net ne sont pas une priorité de la police parce que ce n’est pas celle du gouvernement. » Le CECLR qui peut se porter partie civile a fait suivre une dizaine de dossiers devant la Justice.   Source : http://www.lesoir.be/

10:44 Écrit par Lpv dans Nauséabond | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

15/03/2008

Où se cache Naboléon 1er

sarkomunicipaleor0
Merci à Dominique Goubelle : http://www.goubelle.net/

 

 

Pékin et le Tibet

Pékin aux prises avec une révolte au Tibet

 Des chars de l'"armée populaire de libération" surveillaient les rues de Lhassa, samedi 15 mars, au lendemain des violentes émeutes antichinoises qui ont éclaté dans la capitale tibétaine et au cours desquelles au moins dix personnes ont été tuées, selon un bilan officiel.

Fait inhabituel, la télévision officielle chinoise, CCTV, a diffusé des images des violences, laissant penser que les autorités préparent une campagne publique de condamnation des émeutes. Le chef du gouvernement de la "Région autonome du Tibet", Qiangba Puncog, a d'ailleurs promis de "relever le défi de ce complot fomenté par des séparatistes" et accusé la "clique" du dalaï-lama d'être responsable des troubles.

Le chef de l'Eglise tibétaine, dont le gouvernement en exil siège en Inde depuis 49 ans, a aussitôt nié toute responsabilité dans les émeutes. Ces dernières, a-t-il dit, sont l'expression d'"un profond ressentiment" des Tibétains à l'égard du pouvoir chinois. Le dalaï-lama a appelé la population tibétaine à la retenue et demandé aux autorités chinoises de ne pas recourir à "l'usage de la force" contre la population.

Tout le centre historique de la ville a été placé sous couvre-feu. Les touristes sont désormais interdits de séjour. Les autorités ont annoncé que les permis spéciaux requis pour voyager en Région autonome du Tibet sont suspendus, a fortiori pour les médias étrangers.

L'agence chinoise de presse a assuré que le calme était revenu, samedi, précisant que de nombreuses traces de violences - vitres brisées, voitures renversées, véhicules incendiés - étaient visibles dans les rues. Depuis lundi, période marquée par plusieurs manifestations de moines bouddhistes, Lhassa a connu des violences sans précédents depuis les dernières émeutes de 1989.

A cette époque, l'actuel président Hu Jintao, réélu samedi, dirigeait le Parti communiste pour la région autonome. Il avait alors choisi la manière forte pour ramener l'ordre sur le "toit du monde" en imposant notamment la loi martiale.

Il est difficile de se faire une idée précise de ce qui s'est passé, vendredi. Les témoignages sont épars. Le gouvernement tibétain en exil a communiqué "des informations non confirmées faisant état d'une centaine de morts et de l'instauration de la loi martiale à Lhassa".

Il semble que les heurts les plus violents, qui ont commencé dans l'après-midi de vendredi dans le marché de Tromsikhang, au centre-ville, aient mis aux prises des Tibétains avec des commerçants chinois han - l'ethnie principale de Chine - et avec des Hui, une minorité musulmane. Les émeutiers s'en sont pris par la suite aux échoppes, aux bureaux, aux restaurants tenus par des Han ou des Hui. Une mosquée a été brûlée. Joint par téléphone, le directeur chinois d'une auberge de jeunesse à Lhassa juge que "si les Tibétains essaient de faire sécession, c'est normal qu'on en tue quelques-uns". "Je suis pour que la police tire sur eux !", dit-il.

Plusieurs centaines d'émeutiers ont ensuite affronté un millier de policiers et des membres des forces de sécurité venus en renfort. Radio Free Asia rapporte que ces dernières "ont tiré sur les manifestants antichinois alors que ces derniers mettaient le feu à des voitures et envahissaient les rues." Contactés par téléphone, des infirmiers du service d'urgence d'un hôpital de Lhassa ont confirmé que "de nombreux blessés étaient en train d'être soignés". Désormais, ont indiqué des témoins à des agences de presse étrangères, les rues de la ville sont patrouillées par la police, les forces paramilitaires de la Police armée populaire (PAP) ainsi que par l'armée.

Ces troubles sont un sérieux motif d'inquiétude pour le régime chinois à moins de cinq mois des Jeux olympiques de Pékin. Des répercussions ont été notées dans le monde tibétain, hors de la région autonome. Dans la province frontalière du Gansu, partiellement de culture tibétaine, quatre mille moines bouddhistes ont ainsi manifesté, vendredi, autour du célèbre monastère de Labrang.

 

 

L'Union européenne et les Etats-Unis ont fait part de leurs préoccupations. La Maison Blanche a publié un communiqué appelant les autorités chinoises à "respecter la culture tibétaine".   Source : http://lemonde.fr/

 

16:06 Écrit par Lpv dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

10/03/2008

Touche moi pas...

P_998
Merci à Barrigue :  http://www.barrigue.ch/

06/03/2008

Je porte plaindre...

Je  porte plaindre, oui vous avez bien lu, je porte plaindre !Mes éditos ressemblent rarement à des éditos, ils sont des billets d’humour cynique, et bien tant mieux, ça me convient. Faites l’expérience un jour, allez dans un bistrot que vous ne connaissez pas, choisissez le bien, n’optez pas pour un de ces endroits où l’on fait tout pour dissuader le client de s’installer au comptoir, orientez-vous plutôt vers un débit de boisson où la clientèle s’installe volontiers au coin du zinc.Entrez, installez-vous à un table proche et tendez l’oreille… Si vous avez un bon instinct vous n’attendrez pas longtemps, vous allez entendre toutes sortes de réclamations sur des sujets aussi divers que la politique, le pouvoir d’achat, l’injustice flagrante dont nous sommes l’objet,… Mais si d’aventure vous croyez pouvoir entendre l’embryon d’une solution vraiment transcendante, vous risquez d’attendre longtemps.

Nous avons presque tous un jour ou l’autre plus ou moins refait le monde, c’est humain, c’est même parfois très sain de s’échapper quelques instants de cette réalité encombrante. Mais il faut avouer, et je ne citerai pas de noms, qu’il y a des gens pour qui c’est une véritable passion à laquelle ils s’adonnent sans compter. Il va de soi que chacun fait ce qu’il veut de sa vie, loin de moi l’idée de juger, de critiquer, ni même de montrer du doigt….Je me pose une question, que je vous invite à vous poser lorsque vous aurez un peu le temps et que vous vous ennuierez. Qu’adviendrait-il si toute cette énergie était investie à construire concrètement une situation qui pourrait faire évoluer le schmilblick. Tout le monde -ou à peu près- connaît l’adage « change toi et le monde changera », et si cette phrase sortie tout droit de la sagesse populaire disait vrai ?Et bien, je crois que l’espèce humaine ferait tout le contraire de manière encore plus flagrante ? Je crois que l’espèce humaine est attachée à ses pathologies. Je crois que cette phrase dit la vérité, je crois que la seule chose que l’on puisse changer dans ce bas monde, c’est nous-mêmes. Est-ce que cela peut changer le monde ?Et bien oui. Je n’épiloguerai pas longuement sur le sujet, il est tellement vaste que je le desservirais au lieu de le servir.

Mais…, je voudrais tout de même profiter de cette colonne pour vous dire à qu’elle point la race humaine me pose foncièrement problème. Premièrement, j’en fais partie et je n’en suis pas fier, ensuite, je m’efforce dans la vie de tous les jours de cultiver le plus possible l’amour le plus inconditionnel qu’il m’est possible de vivre sincèrement, mais il y a des jours où c’est plus facile que d’autres.Au hasard, une manifestation, ce troupeau humain uni sous une même bannière, la protestation. Eh bien, vous n’êtes pas  choqués qu’il faille la protestation pour réunir les gens. C’est une des dix constantes dans la propagande de guerre, il faut un ennemi commun. Nous devenons frères face à l’ennemi, mais une fois l’ennemi vaincu, nous redevenons des rivaux qui n’hésiteront pas à se marcher sur la tête si c’est pour le service de nous-mêmes. Tout ceci est grossier et un peu caricatural, mais comment parler autrement du dénominateur commun unissant entre eux les humains : « la stupidité » ! Source : Braloup  pi-r-2@hotmail.com. 

11:17 Écrit par Lpv dans Collaboration | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

05/03/2008

Le nouveau distributeur de café

wrfdfg
Merci à Chappatte : http://www.globecartoon.com/

11:01 Écrit par Lpv dans Dessin actualité | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

27/02/2008

L'exercice du pouvoir en France

 

 brosseareluireav7
Source : Cardon - Le Canard Enchaîné

16:54 Écrit par Lpv dans Dessin humour | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

16/02/2008

Miroir

Miroir

Miroir que, qui croire?

Miroir noir plein d'espoirs

Contradictoire, n'est-il pas?

 

Misère noire en ce dépotoir

A croire n'est-elle pas?

Les restes sont à bouffer

En cette mangeoire du désespoir

 

La caméra-croire filme le miroir

Illusoire n'est-il pas!

14:29 Écrit par Lpv dans Être citoyen... | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

11/02/2008

Le "Camp de Jésus"

Le « Camp de Jésus » Jesus Camp est un documentaire qui fait froid dans le dos.  Il permet de saisir la dangerosité grandissante des mouvements évangéliques aux Etats-Unis.  La caméra du documentaire Jesus Camp suit deux enfants de moins de dix ans, Rachel et Levi, qui se retrouvent dans les rets d’une prédicatrice évangélique, Becky Fisher. Derrière cette oratrice ébouriffée, aux allures de tantine-gâteau et dans les bras de laquelle on aurait presque envie de se faire consoler, se cache une manipulatrice particulièrement perverse.Elle sait pertinemment bien que c’est entre sept et neuf ans que les enfants sont les plus manipulables. Elle les instrumente littéralement pour en  faire de petits soldats de Dieu, prêts à donner leur vie pour la bonne cause. Elle utilise les moyens propres à séduire cette génération nourrie au son et à l’image : les médias, la musique et les jouets pour marquer les esprits par des images fortes.  Elle joue habilement avec leurs émotions pour les galvaniser et chacun de ses prêches, subtilement mis en scène, se termine dans un véritable déferlement de cris, de larmes et de transes, certains enfants se retrouvant même au sol secoués de spasmes. Le show se termine par une démonstration de danse où les enfants, déguisés en soldats, miment les combats d’une guerre sainte, dans une comédie musicale et guerrière.   Lorsqu’elle organise un camp de vacances, c’est moins pour les déstresser que pour les endoctriner. Ainsi, toutes les activités ludiques sont empreintes d’une religiosité superstitieuse.  L’on voit par exemple une petite fille au bowling prier en ces termes : « Boule, je t’ordonne, au nom de Jésus, de faire un lancer réussi. »  Ils sont également incités au prosélytisme, et les « meilleurs » sont entraînés à devenir eux-mêmes des prédicateurs. Miss Fisher les met en garde contre Satan à l’œuvre dans ce monde, contre Harry Potter, cet ennemi de Dieu qui, selon les lois de l’Ancien Testament, devrait être mis à mort.  Qu’on l’accuse de lavage de cerveau ne l’intimide guère, tant il est vrai que pour elle, la foi semble justifier tous les moyens. Si cette manipulation se cantonnait au domaine privé de la foi, ce ne serait encore qu’un demi-mal. Mais cette mouvance chrétienne, si l’on ose encore accoler cet adjectif à ses méthodes, joue un rôle politique de plus en plus grand. Le poids électoral des Evangélistes va croissant  et Georges Bush leur doit une fière chandelle. Il est d’ailleurs vénéré comme une idole et lorsque son effigie en carton est présentée aux enfants, ils sont priés de chanter sa gloire et de soutenir sa guerre en Irak. Homme pieux, il est vu comme le sauveur providentiel capable de rechristianiser l’Amérique le monde entier. Les mouvements pro-life trouvent là aussi un terreau fertile pour ancrer leurs discours anti-avortement, et ils emmènent des enfants prier devant le Congrès à Washington. « D’ailleurs, dit un prédicateur, pas besoin de parlement puisque tout est dans la Bible ! Pourquoi discuter encore des droits des homosexuels puisque tout est dit clairement ? »La désinformation bat son plein et des cours à domicile, doublés d’émissions de télévision, achèvent de convaincre les petites têtes blondes, au moyen d’images fortes et fausses, que l’école leur ment, que la science les trompe et les déshonore en les réduisant à l’état d’animaux évolués, puisque, en vérité, la création du monde remonte à six mille ans, au jardin d’Eden. Par ailleurs, on remet en cause le réchauffement climatique et l’écologie : on peut violenter la terre et profiter au maximum de ses ressources puisque Jésus viendra nous sauver. Aux Etats-Unis, où la séparation de l’Eglise et de l’Etat garantit la démocratie, une nouvelle génération est un train de monter, dont la foi et les convictions pourraient bien en faire vaciller les bases.

Source : L'appel 304 - Février 2008 (Jean BAUWIN)

19:45 Écrit par Lpv dans Religion | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

08/02/2008

Une nouvelle qui me ravit

Le Pen condamné à trois mois de sursis pour ses propos sur l'occupation (Reuters)

Le président du Front national avait qualifié l'occupation allemande de «pas particulièrement inhumaine».

Jean-Marie Le Pen a été condamné vendredi à Paris à trois mois de prison avec sursis et 10.000 euros d’amende pour complicité d’apologie de crimes de guerre et de contestation de crime contre l’humanité. En 2005, il avait qualifié l’occupation allemande de «pas particulièrement inhumaine», dans les colonnes de l’hebdomadaire Rivarol.

«Il y a 100% de chances que Jean-Marie Le Pen me demande d’interjeter appel», a déclaré son avocat Me Wallerand de Saint-Just, alors que le président du FN était absent au prononcé du jugement, comme il l’avait été durant son procès. Lors de l’audience devant la 17e chambre correctionnelle, le 14 décembre, le parquet avait pris des réquisitions sévères, demandant cinq mois de prison avec sursis et 10.000 euros d’amende.

En janvier 2005, les propos litigieux de Jean-Marie Le Pen avaient été unanimement condamnés par les associations et formations politiques. Le garde des Sceaux, Dominique Perben, avait lui-même demandé au parquet d’ouvrir une enquête préliminaire. Se disant victime de «persécution», Jean-Marie Le Pen avait alors déclaré ne se sentir «absolument pas coupable». Il avait notamment déclaré:
«En France du moins, l’Occupation allemande n’a pas été particulièrement inhumaine, même s’il y eut des bavures, inévitables dans un pays de 550.000 kilomètres carrés.» Source : http://www.liberation.fr/  Source photo : image google


normal_lepen3  

17:03 Écrit par Lpv dans Nauséabond | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

06/02/2008

Le retour de la criée

kroll
Merci à Pierre Kroll

20:24 Écrit par Lpv dans Dessin actualité | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Un enfant oedipien (coupure de presse)

Les pousse-au-jouir de Sarkozy

Jean-Jacques DELFOUR

Un enfant oedipien qui est enfin parvenu à plier la réalité à l'empire de ses désirs. Et exhibitionniste : sa jouissance ne consiste pas seulement à posséder, mais aussi à susciter l'envie. Professeur de philosophieLes discours du président Sarkozy exaltent le travail, l'effort et l'autorité tandis que ses pratiques glorifient l'argent, la jouissance et le narcissisme. Étrange contradiction. Ses déclarations renvoient à des idéaux réfléchis, à des missions universelles ainsi qu'à des devoirs moraux; mais ses actes semblent pulsionnels, particuliers et égoïstes. Curieuse incohérence. En réalité, la jouissance est la vérité du discours de l'effort, tout comme la tyrannie est la vérité du programme présidentiel. Pendant des mois, le même slogan ressassé : "Travaillez plus pour gagner plus". Un éloge bienvenu du travail ? Bien plutôt l'annonce benoîte d'une adoration absolue pour l'argent (confirmée expressis verbis autant que de facto : yacht, jet privé, etc. - où l'on a vu que le président jouit surtout de l'argent des autres). Le but général : gagner de l'argent, à n'importe quel prix. Traduction : rien de moins qu'un esclavage : subjectif pour le riche, objectif pour le pauvre. Toujours plus d'argent, donc toujours plus de servitude, supposée vite oubliée devant la jouissance totale procurée par l'argent. La tyrannie de l'activité (ou le simulacre de l'action) : le président ressemble à un enfant pathologiquement hyperactif, qui dissout son angoisse dans une agitation stérile et acéphale. Inquiet de l'amour qu'on lui porte, souffrant d'un complexe multiforme, il se dépense en efforts permanents de séduction. Séduire les électeurs des autres (Front National et centre droit), les militants des autres (les transfuges du Parti Socialiste), les femmes des autres. Un enfant oedipien en somme, mais qui est enfin parvenu à plier la réalité à l'empire de ses désirs. C'est pourquoi il ne peut s'empêche de s'exhiber : sa jouissance ne consiste pas seulement à posséder mais aussi à susciter l'envie. Je jouis, à la galerie, donc je suis. La morale est désormais désuète, la bienveillance politique caduque : reste la jouissance, le plaisir d'être adulé, obéi, admiré, envié. Triste tyrannie du désir insatiable d'être aimé. Le fondamentalisme religieux personnel élevé au rang de politique de la République : la foi catholique, intense sentiment intérieur, source d'une jouissance rendue supérieure par sa référence présumée à la transcendance et à l'infini (les leurres classiques de la folie mystique), doit donc devenir une règle publique. Jouissance de détourner le lourd appareil de l'Etat au profit de ses petites croyances personnelles. Plaisir de poser son séant sur la Constitution (pied de nez à de Gaulle). Tyrannie de la jouissance religieuse (éprouvée grâce à l'idée d'une valeur suprême, d'une vocation totalement noble - en vérité un héroïsme de bénitier). Immédiatisme, hédonisme, activité morcelée et éruptive, désir d'être apothéosé, culte de la jouissance sans limite. Tel est le programme inconscient du président Sarkozy. D'où une fâcheuse proximité pulsionnelle entre le raptus du roi de la rupture, la jouissance onaniste et la délinquance; le voleur en effet veut lui aussi une satisfaction immédiate : pas de travail, pas d'attente, pas de négociation avec le réel. Jouir hic et nunc. En cela, nulle rupture avec les présidences antérieures qui, cependant, s'exhibaient moins. Une sorte de honte caractérisait les corruptions du président Chirac et le président Mitterrand dissimulait ses prévarications - ce qui laissait encore fonctionner publiquement la norme de la justice et du droit. Le président Sarkozy se distingue d'eux par une telle exhibition de la jouissance qu'elle en acquiert un statut politique, effectivement renversant. A la subalternation juste de la pulsion au pouvoir politique, il substitue une subordination réelle du pouvoir à la pulsion. A promouvoir politiquement la jouissance, on établit la tyrannie. Dès lors, le discours récurrent de l'autorité, l'éloge interminable de l'ordre, deviennent nécessaires. Il faut masquer l'anarchie pulsionnelle à la fois pour contenir sa propagation et en assurer l'existence au lieu seul du pouvoir. C'est pourquoi la demande sociale d'ordre et d'autorité, originairement suscitée par l'illimitation du capitalisme et par l'extension de l'anomie, est accrue précisément par l'hédonisme présidentiel public. Plus le président affiche la tyrannie de ses pulsions, plus le "peuple" désire cette jouissance par procuration et, simultanément, s'effraie de l'inquiétante abolition des limites impliquée par cette jouissance. L'excitabilité sociale augmentant du seul fait du statut normatif du chef de l'Etat, l'attente de contentions répressives s'en trouvera automatiquement accrue. Ainsi, loin d'être mystérieusement concomitantes, l'exaltation de l'ordre et la promotion de la jouissance forment un unique système, où la jouissance du maître a pour condition la frustration pour (presque) tous les autres. Source : http://lalibre.be/

09:08 Écrit par Lpv dans Naboléon 1er | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

05/02/2008

Le pouvoir d'achat des familles

sac-caddie-chariot-PM105G_
Source inconnue

12:50 Écrit par Lpv dans Photo | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |