31/03/2008

La parjure "Olympique" (1)

_31_kroll
Merci à Pierre Kroll

 

16:30 Écrit par Lpv | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

22/03/2008

Internet et le racisme

Le racisme vérole le Net

LE RACISME sur le Net, c’est comme un « feu de forêt ». Le Centre contre le racisme enregistre les signalements.

Internet : facile, rapide, anonyme. On peut tout s’y permettre. C’est ce que se disent peut-être beaucoup d’utilisateurs de la Toile. Devant son écran, l’internaute perd beaucoup d’inhibitions. Parfois pour le meilleur, parfois pour le pire. Preuve : ces forums de discussion où on lit souvent des propos que peu de gens raisonnables oseraient proférer en public. En 2007, le Centre pour l’égalité des chances et la lutte contre le racisme (CECLR) a reçu 330 signalements de messages racistes, islamophobes ou homophobes. En 2006, son site « cyberhate » (1) avait enregistré 140 alertes. « Auparavant, les contenus racistes étaient surtout le fait d’organisations structurées, indique Marco Van Haegenborgh, coordinateur de la cellule racisme du Centre. De plus en plus, désormais, ces messages se popularisent, notamment chez les jeunes qui ne voient que leur côté “amusant” ». Dans une enquête (1) un quart des jeunes (28,3 %) disent avoir été confrontés à des sites racistes.La famille Bouziane touche chaque mois 9.000 euros d’allocations : rumeur totalement infondée venue de France et qui s’est répandue chez nous. La « danse des macaques », diffusée en Flandre : insultant et condamné par un tribunal d’Anvers. Une vidéo de pseudo-lapidation soulignée par de la musique arabe : manifestement destinée à provoquer un sentiment de dégoût. Un autre sujet d’enquête du Centre.« Beaucoup d’utilisateurs pensent que sur le Net les lois belges ne s’appliquent pas », souligne Edouard Delruelle, directeur-adjoint du CECLR. Il n’en est rien. Plusieurs lois répriment le négationnisme et l’incitation à la haine raciale. Cette dernière est punie d’une amende de 15 à 1.000 euros et d’un emprisonnement d’un mois à un an, doublé si l’auteur est un officier public (notaire, huissier, officier d’état civil).

Former les modérateurs

En juin 2006, les responsables du site assabyle.com étaient condamnés à 10 mois de prison et à 15.000 euros d’amende pour des propos violemment antisémites publiés sur leur site et véhiculé dans leur forum de discussion. Dans son jugement, le tribunal précisait notamment qu’« en tant que responsables du forum, il [leur] appartenait (…) [d’en] contrôler le contenu ».Certes, la plupart des fournisseurs d’accès et des sites qui hébergent des blogs soumettent leurs utilisateurs à l’approbation d’une charte de bonne conduite. Sitôt lue (?), sitôt oubliée… « Les modérateurs sont le nerf de la guerre, insiste Delruelle. Nous leur proposons des formations. Et en cas de problème, nous privilégions l’information et la conciliation. » Informé d’un contenu litigieux, le Centre prend immédiatement contact avec le responsable du site, s’il est connu. « Beaucoup d’entre eux ne se rendent pas compte du problème, dit Haegenborgh. Ils sont débordés devant la quantité de matière. »

« Si nous constatons un appel explicite à la haine et à la violence, nous le signalons à la FCCU. » Cette cellule policière chargée de la cybercriminalité peut dresser des procès-verbaux et prête main-forte au Centre, dans la recherche des auteurs. Mais avec 35 personnes pour traquer tous les vices de la Toile, il faut faire des choix. « Pour la première fois, le plan national de sécurité 2008-2011 érige la cybercriminalité grave au rang des priorités, explique le commissaire Laurent Bounameau. Mais soyons clairs : le racisme et la xénophobie sur le Net ne sont pas une priorité de la police parce que ce n’est pas celle du gouvernement. » Le CECLR qui peut se porter partie civile a fait suivre une dizaine de dossiers devant la Justice.   Source : http://www.lesoir.be/

10:44 Écrit par Lpv dans Nauséabond | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

15/03/2008

Où se cache Naboléon 1er

sarkomunicipaleor0
Merci à Dominique Goubelle : http://www.goubelle.net/

 

 

Pékin et le Tibet

Pékin aux prises avec une révolte au Tibet

 Des chars de l'"armée populaire de libération" surveillaient les rues de Lhassa, samedi 15 mars, au lendemain des violentes émeutes antichinoises qui ont éclaté dans la capitale tibétaine et au cours desquelles au moins dix personnes ont été tuées, selon un bilan officiel.

Fait inhabituel, la télévision officielle chinoise, CCTV, a diffusé des images des violences, laissant penser que les autorités préparent une campagne publique de condamnation des émeutes. Le chef du gouvernement de la "Région autonome du Tibet", Qiangba Puncog, a d'ailleurs promis de "relever le défi de ce complot fomenté par des séparatistes" et accusé la "clique" du dalaï-lama d'être responsable des troubles.

Le chef de l'Eglise tibétaine, dont le gouvernement en exil siège en Inde depuis 49 ans, a aussitôt nié toute responsabilité dans les émeutes. Ces dernières, a-t-il dit, sont l'expression d'"un profond ressentiment" des Tibétains à l'égard du pouvoir chinois. Le dalaï-lama a appelé la population tibétaine à la retenue et demandé aux autorités chinoises de ne pas recourir à "l'usage de la force" contre la population.

Tout le centre historique de la ville a été placé sous couvre-feu. Les touristes sont désormais interdits de séjour. Les autorités ont annoncé que les permis spéciaux requis pour voyager en Région autonome du Tibet sont suspendus, a fortiori pour les médias étrangers.

L'agence chinoise de presse a assuré que le calme était revenu, samedi, précisant que de nombreuses traces de violences - vitres brisées, voitures renversées, véhicules incendiés - étaient visibles dans les rues. Depuis lundi, période marquée par plusieurs manifestations de moines bouddhistes, Lhassa a connu des violences sans précédents depuis les dernières émeutes de 1989.

A cette époque, l'actuel président Hu Jintao, réélu samedi, dirigeait le Parti communiste pour la région autonome. Il avait alors choisi la manière forte pour ramener l'ordre sur le "toit du monde" en imposant notamment la loi martiale.

Il est difficile de se faire une idée précise de ce qui s'est passé, vendredi. Les témoignages sont épars. Le gouvernement tibétain en exil a communiqué "des informations non confirmées faisant état d'une centaine de morts et de l'instauration de la loi martiale à Lhassa".

Il semble que les heurts les plus violents, qui ont commencé dans l'après-midi de vendredi dans le marché de Tromsikhang, au centre-ville, aient mis aux prises des Tibétains avec des commerçants chinois han - l'ethnie principale de Chine - et avec des Hui, une minorité musulmane. Les émeutiers s'en sont pris par la suite aux échoppes, aux bureaux, aux restaurants tenus par des Han ou des Hui. Une mosquée a été brûlée. Joint par téléphone, le directeur chinois d'une auberge de jeunesse à Lhassa juge que "si les Tibétains essaient de faire sécession, c'est normal qu'on en tue quelques-uns". "Je suis pour que la police tire sur eux !", dit-il.

Plusieurs centaines d'émeutiers ont ensuite affronté un millier de policiers et des membres des forces de sécurité venus en renfort. Radio Free Asia rapporte que ces dernières "ont tiré sur les manifestants antichinois alors que ces derniers mettaient le feu à des voitures et envahissaient les rues." Contactés par téléphone, des infirmiers du service d'urgence d'un hôpital de Lhassa ont confirmé que "de nombreux blessés étaient en train d'être soignés". Désormais, ont indiqué des témoins à des agences de presse étrangères, les rues de la ville sont patrouillées par la police, les forces paramilitaires de la Police armée populaire (PAP) ainsi que par l'armée.

Ces troubles sont un sérieux motif d'inquiétude pour le régime chinois à moins de cinq mois des Jeux olympiques de Pékin. Des répercussions ont été notées dans le monde tibétain, hors de la région autonome. Dans la province frontalière du Gansu, partiellement de culture tibétaine, quatre mille moines bouddhistes ont ainsi manifesté, vendredi, autour du célèbre monastère de Labrang.

 

 

L'Union européenne et les Etats-Unis ont fait part de leurs préoccupations. La Maison Blanche a publié un communiqué appelant les autorités chinoises à "respecter la culture tibétaine".   Source : http://lemonde.fr/

 

16:06 Écrit par Lpv dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

10/03/2008

Touche moi pas...

P_998
Merci à Barrigue :  http://www.barrigue.ch/

06/03/2008

Je porte plaindre...

Je  porte plaindre, oui vous avez bien lu, je porte plaindre !Mes éditos ressemblent rarement à des éditos, ils sont des billets d’humour cynique, et bien tant mieux, ça me convient. Faites l’expérience un jour, allez dans un bistrot que vous ne connaissez pas, choisissez le bien, n’optez pas pour un de ces endroits où l’on fait tout pour dissuader le client de s’installer au comptoir, orientez-vous plutôt vers un débit de boisson où la clientèle s’installe volontiers au coin du zinc.Entrez, installez-vous à un table proche et tendez l’oreille… Si vous avez un bon instinct vous n’attendrez pas longtemps, vous allez entendre toutes sortes de réclamations sur des sujets aussi divers que la politique, le pouvoir d’achat, l’injustice flagrante dont nous sommes l’objet,… Mais si d’aventure vous croyez pouvoir entendre l’embryon d’une solution vraiment transcendante, vous risquez d’attendre longtemps.

Nous avons presque tous un jour ou l’autre plus ou moins refait le monde, c’est humain, c’est même parfois très sain de s’échapper quelques instants de cette réalité encombrante. Mais il faut avouer, et je ne citerai pas de noms, qu’il y a des gens pour qui c’est une véritable passion à laquelle ils s’adonnent sans compter. Il va de soi que chacun fait ce qu’il veut de sa vie, loin de moi l’idée de juger, de critiquer, ni même de montrer du doigt….Je me pose une question, que je vous invite à vous poser lorsque vous aurez un peu le temps et que vous vous ennuierez. Qu’adviendrait-il si toute cette énergie était investie à construire concrètement une situation qui pourrait faire évoluer le schmilblick. Tout le monde -ou à peu près- connaît l’adage « change toi et le monde changera », et si cette phrase sortie tout droit de la sagesse populaire disait vrai ?Et bien, je crois que l’espèce humaine ferait tout le contraire de manière encore plus flagrante ? Je crois que l’espèce humaine est attachée à ses pathologies. Je crois que cette phrase dit la vérité, je crois que la seule chose que l’on puisse changer dans ce bas monde, c’est nous-mêmes. Est-ce que cela peut changer le monde ?Et bien oui. Je n’épiloguerai pas longuement sur le sujet, il est tellement vaste que je le desservirais au lieu de le servir.

Mais…, je voudrais tout de même profiter de cette colonne pour vous dire à qu’elle point la race humaine me pose foncièrement problème. Premièrement, j’en fais partie et je n’en suis pas fier, ensuite, je m’efforce dans la vie de tous les jours de cultiver le plus possible l’amour le plus inconditionnel qu’il m’est possible de vivre sincèrement, mais il y a des jours où c’est plus facile que d’autres.Au hasard, une manifestation, ce troupeau humain uni sous une même bannière, la protestation. Eh bien, vous n’êtes pas  choqués qu’il faille la protestation pour réunir les gens. C’est une des dix constantes dans la propagande de guerre, il faut un ennemi commun. Nous devenons frères face à l’ennemi, mais une fois l’ennemi vaincu, nous redevenons des rivaux qui n’hésiteront pas à se marcher sur la tête si c’est pour le service de nous-mêmes. Tout ceci est grossier et un peu caricatural, mais comment parler autrement du dénominateur commun unissant entre eux les humains : « la stupidité » ! Source : Braloup  pi-r-2@hotmail.com. 

11:17 Écrit par Lpv dans Collaboration | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

05/03/2008

Le nouveau distributeur de café

wrfdfg
Merci à Chappatte : http://www.globecartoon.com/

11:01 Écrit par Lpv dans Dessin actualité | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |