22/03/2008

Internet et le racisme

Le racisme vérole le Net

LE RACISME sur le Net, c’est comme un « feu de forêt ». Le Centre contre le racisme enregistre les signalements.

Internet : facile, rapide, anonyme. On peut tout s’y permettre. C’est ce que se disent peut-être beaucoup d’utilisateurs de la Toile. Devant son écran, l’internaute perd beaucoup d’inhibitions. Parfois pour le meilleur, parfois pour le pire. Preuve : ces forums de discussion où on lit souvent des propos que peu de gens raisonnables oseraient proférer en public. En 2007, le Centre pour l’égalité des chances et la lutte contre le racisme (CECLR) a reçu 330 signalements de messages racistes, islamophobes ou homophobes. En 2006, son site « cyberhate » (1) avait enregistré 140 alertes. « Auparavant, les contenus racistes étaient surtout le fait d’organisations structurées, indique Marco Van Haegenborgh, coordinateur de la cellule racisme du Centre. De plus en plus, désormais, ces messages se popularisent, notamment chez les jeunes qui ne voient que leur côté “amusant” ». Dans une enquête (1) un quart des jeunes (28,3 %) disent avoir été confrontés à des sites racistes.La famille Bouziane touche chaque mois 9.000 euros d’allocations : rumeur totalement infondée venue de France et qui s’est répandue chez nous. La « danse des macaques », diffusée en Flandre : insultant et condamné par un tribunal d’Anvers. Une vidéo de pseudo-lapidation soulignée par de la musique arabe : manifestement destinée à provoquer un sentiment de dégoût. Un autre sujet d’enquête du Centre.« Beaucoup d’utilisateurs pensent que sur le Net les lois belges ne s’appliquent pas », souligne Edouard Delruelle, directeur-adjoint du CECLR. Il n’en est rien. Plusieurs lois répriment le négationnisme et l’incitation à la haine raciale. Cette dernière est punie d’une amende de 15 à 1.000 euros et d’un emprisonnement d’un mois à un an, doublé si l’auteur est un officier public (notaire, huissier, officier d’état civil).

Former les modérateurs

En juin 2006, les responsables du site assabyle.com étaient condamnés à 10 mois de prison et à 15.000 euros d’amende pour des propos violemment antisémites publiés sur leur site et véhiculé dans leur forum de discussion. Dans son jugement, le tribunal précisait notamment qu’« en tant que responsables du forum, il [leur] appartenait (…) [d’en] contrôler le contenu ».Certes, la plupart des fournisseurs d’accès et des sites qui hébergent des blogs soumettent leurs utilisateurs à l’approbation d’une charte de bonne conduite. Sitôt lue (?), sitôt oubliée… « Les modérateurs sont le nerf de la guerre, insiste Delruelle. Nous leur proposons des formations. Et en cas de problème, nous privilégions l’information et la conciliation. » Informé d’un contenu litigieux, le Centre prend immédiatement contact avec le responsable du site, s’il est connu. « Beaucoup d’entre eux ne se rendent pas compte du problème, dit Haegenborgh. Ils sont débordés devant la quantité de matière. »

« Si nous constatons un appel explicite à la haine et à la violence, nous le signalons à la FCCU. » Cette cellule policière chargée de la cybercriminalité peut dresser des procès-verbaux et prête main-forte au Centre, dans la recherche des auteurs. Mais avec 35 personnes pour traquer tous les vices de la Toile, il faut faire des choix. « Pour la première fois, le plan national de sécurité 2008-2011 érige la cybercriminalité grave au rang des priorités, explique le commissaire Laurent Bounameau. Mais soyons clairs : le racisme et la xénophobie sur le Net ne sont pas une priorité de la police parce que ce n’est pas celle du gouvernement. » Le CECLR qui peut se porter partie civile a fait suivre une dizaine de dossiers devant la Justice.   Source : http://www.lesoir.be/

10:44 Écrit par Lpv dans Nauséabond | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

Assabyle, tout un poème... Un ancien élève à moi se trouvait parmi les condamnés : je ne l'ai eu que deux mois mais je pense qu'il ne devait pas avoir très envie de modérer.

Par contre, je m'inquiète de la contamination des idées xénophobes : s'il ne reste que la responsabilité juridique pour nous en prémunir, les jours qui s'annoncent vont être pénibles.

A bientôt

Écrit par : Ubu | 27/03/2008

Les commentaires sont fermés.