20/03/2006

Penser et...

Penser et agir librement 

 

 

« Je pense, donc je suis… »

La formule a de quoi plaire aux personnes en manque de sensations métaphysiques planantes.  On peut ainsi disserter à l’infini.

 

Pourquoi ne pas changer la formule en :

« J’agis, donc je pense ; par conséquent je suis »

Concevoir sans réaliser est pour François du temps perdu. Quant à la (notion de) liberté, ce n’est qu’une négociation aboutissant à un compromis, certes, rendu  nécessaire à notre évolution personnel.

 

Ainsi, sans vraiment le savoir, nous sommes en tractation quasi permanente avec nous-mêmes.

Dans les pays non-démocratiques, les personnes ont la possibilité de négocier uniquement  avec… elles-mêmes !

Pour notre ami, ne pas dénoncer ces régimes revient à les cautionner.  Mais que faire ?

Tout d’abord, sortir les inégalités du tiroir de notre inconscience, ensuite essayer d’ouvrir un rayon de la conscience.  Il reste  de l’espace… et amplement !

 

Les disparités ne sont pas uniquement affaire de pays non ou pseudo-démocratiques, les  inégalités existent dans notre quotidien, cependant il est plus commode de les voir ailleurs que chez soi.

La pauvreté n’a pas de territoire privilégié et encore moins de nationalité ; elle est universelle !

Conscience et inconscience sont également universelles ; la différence pour un homme d’un pays en voie de développement est qu’il a beau avoir conscience de ses problèmes, il ne possède aucun « levier » pour y remédier.  C’est tellement vrai que quand une entreprise occidentale vient s’installer, l’objectif non-avoué est l’exploitation de la main d’œuvre locale, et cela  ressemble trop souvent à de l’esclavage moderne.    Malheureusement, le présent et le futur de ces États, sont dans les mains de l'occident, ce qui est problématique.

 

Un jour (sans doute proche), les habitants de ces pays en aurons marre de se contenter des miettes du « gâteau », servi avec faste.

 

Prochain post : Le forum de l'épouvantail

 

16:17 Écrit par Lpv dans Être citoyen... | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

Miettes Peut-être même qu'il n'y aura plus de gateau du tout

Écrit par : l'oeil vagabond | 21/03/2006

Les commentaires sont fermés.