24/12/2008

Chapeau bas Monsieur

Un Belge gagne à l'Euromillion et joue au Père Noël

Le généreux donateur a demandé à conserver l'anonymat. Mais selon les premières indications, il aurait une cinquantaine d'années et serait le père de deux enfants.

Vainqueur du dernier tirage de l'Euromillion, un Belge a fait cadeau pour Noël de 3,75 millions d'euros --la moitié de sa nouvelle fortune-- à répartir entre les familles en difficultés de sa ville, ont rapporté mercredi plusieurs médias belge.

"Le père Noël habite à Riemst", une commune flamande du Limbourg, à la frontière avec les Pays-Bas, titre le quotidien néerlandophone Het Laatste Nieuws.

A quelques heures du réveillon, le journal de la RTBF a elle aussi consacré un long sujet à ce "cadeau de Noël" aussi généreux qu'inattendu.

Gagnant de la somme mirobolante de 7,5 millions d'euros au tirage du 12 décembre de l'Euromillion, le "père Noël" de Riemst a fait savoir qu'il donnerait la moitié de ses gains aux pauvres de la commune qui compte 16.000 habitants. "Son premier geste: des chèques d'une valeur de 1.000 litres de mazout pour cent familles en difficultés", a raconté Hubert Cleuren, président du Centre public d'aide sociale de Riemst.

Le généreux donateur a demandé à conserver l'anonymat. Mais selon les premières indications, il aurait une cinquantaine d'années et serait le père de deux enfants. "Il a lui-même connu le froid", a précisé Guido Coenegrachts, le libraire qui a vendu le billet gagnant.  Source : http://lalibre.be/

20:01 Écrit par Lpv dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook |

22/07/2008

Lynchage chez Charlie Hebdo

 

 

08-07-22-charlie-hebdo-philippe-val

Règlement de compte à Okay Charlie

Siné, accusé d'avoir tenu dans une chronique des propos antisémites liés au projet de mariage de Jean Sarkozy, a été renvoyé de Charlie Hebdo par Philippe Val.

Dans une chronique publiée le 2 juillet par Charlie Hebdo, Siné ironisait sur une éventuelle conversion au judaïsme de Jean Sarkozy avant son mariage annoncé par la presse avec la fille du fondateur des magasins Darty. Dans son texte, Siné a notamment écrit : "Jean Sarkozy, digne fils de son paternel et déjà conseiller général de l'UMP, est sorti presque sous les applaudissements de son procès en correctionnelle pour délit de fuite en scooter. Le Parquet a même demandé sa relaxe ! Il faut dire que le plaignant est arabe ! Ce n'est pas tout : il vient de déclarer vouloir se convertir au judaïsme avant d'épouser sa fiancée, juive, et héritière des fondateurs de Darty. Il fera du chemin dans la vie, ce petit !".

Dans un communiqué qui sera publié dans Charlie Hebdo daté de mercredi, Philippe Val écrit: "Les propos de Siné sur Jean Sarkozy et sa fiancée, outre qu'ils touchaient la vie privée, colportaient la fausse rumeur de sa conversion au judaïsme. Mais surtout ils pouvaient être interprétés comme faisant le lien entre la conversion au judaïsme et la réussite sociale et ce n'était ni acceptable ni défendable devant un tribunal".

Siné a décidé de porter plainte pour diffamation, a annoncé jeudi à l'AFP son avocat Dominique Tricaud. "Une plainte pour diffamation va être déposée dans les prochaines heures contre le journaliste du Nouvel Observateur Claude Askolovitch et une liste non définitive d'autres personnes", a-t-il précisé. Dans un communiqué l'avocat du caricaturiste ajoute que la plainte sera déposée contre "tous ceux qui en traitant Siné injustement d'antisémite et d'ordure ont provoqué son licenciement par Charlie Hebdo et ruiné l'engagement de toute une vie en faveur de la tolérance, de la liberté d'expression et de l'égalité entre les usagers de la planète terre". 

Merci à Placide : http://www.leplacide.com/

20:06 Écrit par Lpv dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

03/07/2008

La joie et le bonheur retrouvé

file_336646_13787

14:00 Écrit par Lpv dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

17/06/2008

Une fois de plus...

Le G8 ne tient pas ses promesses de doubler l'aide à l'Afrique

Trois ans après le sommet du G8 de Gleneagles (Royaume-Uni), les pays riches n'ont pas tenu leurs engagements en faveur de l'Afrique : tel est le constat de l'Africa Progress Report (APR) dans un rapport alarmiste, publié lundi 16 juin, à l'approche de la réunion des huit nations les plus industrialisées, début juillet, sur l'île d'Hokkaïdo au Japon.

Lors du sommet de Gleneagles, les participants s'étaient engagés à procurer à l'Afrique une aide directe supplémentaire au développement de 25 milliards de dollars (16,2 milliards d'euros). Le G8 était également mandaté pour examiner le doublement de cette dotation au cours de la prochaine décennie.

Chargé du suivi de cette résolution, l'Africa Progress Report, présidé par Kofi Annan, ancien secrétaire général de l'ONU, regroupe onze personnalités très engagées en faveur du continent noir, à l'instar de Tony Blair, l'ex-premier ministre britannique, du rocker Bob Geldof, de Graça Machel, épouse de Nelson Mandela, ou de Michel Camdessus, ancien directeur du Fonds monétaire international.

A écouter ce cénacle créé en 2007, le non-respect des promesses du G8 (Allemagne, Etats-Unis, France, Canada, Italie, Japon, Royaume-Uni et Russie) menace les efforts en cours pour sortir de l'ornière le continent noir. Le rapport identifie un déficit de 40 milliards de dollars (25,9 milliards d'euros) dans l'aide nécessaire qui devrait être apportée pour atteindre les objectifs de Gleneagles.

"L'Afrique a accompli des progrès importants au cours de ces dernières années. Toutefois, la crise alimentaire actuelle menace d'anéantir une bonne partie de ces progrès durement acquis. Avec 100 millions de personnes sur le point de tomber dans une pauvreté abjecte, le coût des denrées alimentaires ne se calculera pas en prix du blé ou du riz, mais en nombre croissant de décès de nourrissons et d'enfants dans toute l'Afrique" : comme l'indique Kofi Annan, le manque de générosité des pays donateurs risque de retarder voire d'anéantir des décennies de progrès économique. L'amélioration de la bonne gouvernance, la réduction de la mortalité infantile, la progression de la scolarisation ou la lutte contre le paludisme ainsi que la pandémie du sida l'attestent.

Les émeutes de la faim provoquées par la crise alimentaire mondiale, dévastatrice pour les populations les plus pauvres, soulignent l'impact très sévère de la flambée des prix des denrées alimentaires et plus largement des matières premières. D'après l'ONG britannique Oxfam, cinq millions d'Africains sont menacés de mort dans les années qui viennent.

REVENUS COMPLÉMENTAIRES

"Accroître l'offre de nourriture dans le monde nécessitera des ressources importantes ainsi qu'une refonte des politiques en matière d'aide, de commerce, d'énergie et de changement climatique", insiste Michel Camdessus. Le groupe reconnaît qu'en raison du ralentissement de leurs économies et des difficultés budgétaires, les membres du G8 ont du mal à augmenter de manière substantielle les fonds de l'aide au développement. C'est pourquoi l'APR insiste sur la nécessité de se procurer des revenus complémentaires de financement.

Ainsi, le panel propose l'imposition d'une taxe sur les revenus du négoce des devises et sur les émissions de carbone dans le cadre de la lutte contre le réchauffement du climat. La généralisation de la taxe sur les billets d'avion, une initiative française, ou sur le fret maritime empruntant les détroits est également à l'ordre du jour. Enfin, l'organisation d'une loterie à l'échelle planétaire en faveur de l'Afrique figure parmi les suggestions.

"A échéance de vingt ans, l'Afrique pourrait être un continent autosuffisant en matière énergétique, compte tenu de ses immenses réserves en énergies renouvelables" : comme l'indique M. Camdessus, le document met en exergue le potentiel "vert" d'un continent doté de vastes ressources d'hydroélectricité, de géothermie, d'énergie solaire et éolienne.  Source : http://lemonde.fr/

13:56 Écrit par Lpv dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : g8, affrique |  Facebook |

Enfin bon en quelque chose

_17_kroll
Merci à Pierre Kroll : http://www.kroll.be/

10:17 Écrit par Lpv dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

10/06/2008

Les dépenses militaires

Une hausse des dépenses militaires "obscène"

 

Six pc en 2007, 45 pc en 10 ans, dit le rapport de l'Institut pour la paix de Stockholm.

Les dépenses militaires mondiales se sont accrues de 6 pc en 2007 en glissement annuel et ont bondi de 45 pc en dix ans, selon le rapport annuel de l'Institut international de recherche pour la paix à Stockholm (Sipri), publié lundi. L'an passé, elles ont atteint 1339 milliards de dollars (851 milliards d'euros), les Etats-Unis représentant à eux seuls 45 pc de ce total, ce qui correspond à 2,5 pc du Produit intérieur brut (PIB) mondial ou encore à 202 dollars (128,4 euros) par personne.

"Les facteurs expliquant l'accroissement des dépenses militaires mondiales sont, entre autres, les objectifs de politique étrangère des pays, les menaces réelles ou supposées, les conflits armés et les politiques destinées à contribuer aux opérations de maintien de la paix multilatéral combinés à la disponibilité des ressources économiques", commente le Sipri. Cette hausse est à la fois "excessive et obscène", a réagi M. Jayantha Dhanapala, membre du Sipri et ancien sous-secrétaire général des Nations unies pour le désarmement, au cours de la conférence de presse organisée à Stockholm pour présenter le rapport.

Pour la période 1998-2007, l'Europe de l'Est a enregistré la plus forte hausse de ces dépenses qui ont plus que doublé (+ 162 pc) et c'est également dans cette région que les dépenses ont le plus augmenté l'an passé (+ 15 pc), note ce rapport. Avec 13 pc d'augmentation en 2007, la Russie compte pour 86 pc de l'accroissement des dépenses régionales.

Le Sipri ajoute que, sur dix ans, les dépenses militaires de l'Amérique du Nord ont bondi de 65 pc, celles du Moyen-Orient de 62 pc, celles d'Asie du Sud de 57 pc tandis que celles d'Afrique et d'Asie orientale se sont accrues de 51 pc. L'institut relève que l'augmentation des dépenses militaires des Etats-Unis a, en 2007, atteint un niveau supérieur à celui enregistré pendant la Seconde Guerre mondiale. "Depuis 2001, les dépenses militaires américaines se sont accrues de 59 pc, principalement en raison des opérations militaires en Afghanistan et Irak mais aussi en raison de l'accroissement du budget de la défense de base", explique-t-il. L'Europe de l'Ouest et l'Amérique centrale sont les deux régions où les dépenses militaires ont le moins progressé avec respectivement 6 et 14 pc de hausse.

Conséquence directe, les ventes d'armes des cent principaux fabricants mondiaux (hors Chine) ont augmenté de près de 9 pc en 2006 sur un an, atteignant 315 milliards de dollars. Les sociétés américaines et d'Europe de l'Ouest (respectivement 41 et 34) ont largement dominé ce marché, réalisant à elles seules 92 pc des ventes en 2006, dernière année pour laquelle le Sipri dispose de données. (AFP)   Source : http://lalibre.be/

13:15 Écrit par Lpv dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

05/05/2008

Retour à la normale...

m-affiches_mai_68__1_
Une affiche mai 68

19:45 Écrit par Lpv dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

02/05/2008

Avant et après 68

68-intox_050
Une affiche de 68

20:06 Écrit par Lpv dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : mai 68, affiche, intox |  Facebook |

15/03/2008

Pékin et le Tibet

Pékin aux prises avec une révolte au Tibet

 Des chars de l'"armée populaire de libération" surveillaient les rues de Lhassa, samedi 15 mars, au lendemain des violentes émeutes antichinoises qui ont éclaté dans la capitale tibétaine et au cours desquelles au moins dix personnes ont été tuées, selon un bilan officiel.

Fait inhabituel, la télévision officielle chinoise, CCTV, a diffusé des images des violences, laissant penser que les autorités préparent une campagne publique de condamnation des émeutes. Le chef du gouvernement de la "Région autonome du Tibet", Qiangba Puncog, a d'ailleurs promis de "relever le défi de ce complot fomenté par des séparatistes" et accusé la "clique" du dalaï-lama d'être responsable des troubles.

Le chef de l'Eglise tibétaine, dont le gouvernement en exil siège en Inde depuis 49 ans, a aussitôt nié toute responsabilité dans les émeutes. Ces dernières, a-t-il dit, sont l'expression d'"un profond ressentiment" des Tibétains à l'égard du pouvoir chinois. Le dalaï-lama a appelé la population tibétaine à la retenue et demandé aux autorités chinoises de ne pas recourir à "l'usage de la force" contre la population.

Tout le centre historique de la ville a été placé sous couvre-feu. Les touristes sont désormais interdits de séjour. Les autorités ont annoncé que les permis spéciaux requis pour voyager en Région autonome du Tibet sont suspendus, a fortiori pour les médias étrangers.

L'agence chinoise de presse a assuré que le calme était revenu, samedi, précisant que de nombreuses traces de violences - vitres brisées, voitures renversées, véhicules incendiés - étaient visibles dans les rues. Depuis lundi, période marquée par plusieurs manifestations de moines bouddhistes, Lhassa a connu des violences sans précédents depuis les dernières émeutes de 1989.

A cette époque, l'actuel président Hu Jintao, réélu samedi, dirigeait le Parti communiste pour la région autonome. Il avait alors choisi la manière forte pour ramener l'ordre sur le "toit du monde" en imposant notamment la loi martiale.

Il est difficile de se faire une idée précise de ce qui s'est passé, vendredi. Les témoignages sont épars. Le gouvernement tibétain en exil a communiqué "des informations non confirmées faisant état d'une centaine de morts et de l'instauration de la loi martiale à Lhassa".

Il semble que les heurts les plus violents, qui ont commencé dans l'après-midi de vendredi dans le marché de Tromsikhang, au centre-ville, aient mis aux prises des Tibétains avec des commerçants chinois han - l'ethnie principale de Chine - et avec des Hui, une minorité musulmane. Les émeutiers s'en sont pris par la suite aux échoppes, aux bureaux, aux restaurants tenus par des Han ou des Hui. Une mosquée a été brûlée. Joint par téléphone, le directeur chinois d'une auberge de jeunesse à Lhassa juge que "si les Tibétains essaient de faire sécession, c'est normal qu'on en tue quelques-uns". "Je suis pour que la police tire sur eux !", dit-il.

Plusieurs centaines d'émeutiers ont ensuite affronté un millier de policiers et des membres des forces de sécurité venus en renfort. Radio Free Asia rapporte que ces dernières "ont tiré sur les manifestants antichinois alors que ces derniers mettaient le feu à des voitures et envahissaient les rues." Contactés par téléphone, des infirmiers du service d'urgence d'un hôpital de Lhassa ont confirmé que "de nombreux blessés étaient en train d'être soignés". Désormais, ont indiqué des témoins à des agences de presse étrangères, les rues de la ville sont patrouillées par la police, les forces paramilitaires de la Police armée populaire (PAP) ainsi que par l'armée.

Ces troubles sont un sérieux motif d'inquiétude pour le régime chinois à moins de cinq mois des Jeux olympiques de Pékin. Des répercussions ont été notées dans le monde tibétain, hors de la région autonome. Dans la province frontalière du Gansu, partiellement de culture tibétaine, quatre mille moines bouddhistes ont ainsi manifesté, vendredi, autour du célèbre monastère de Labrang.

 

 

L'Union européenne et les Etats-Unis ont fait part de leurs préoccupations. La Maison Blanche a publié un communiqué appelant les autorités chinoises à "respecter la culture tibétaine".   Source : http://lemonde.fr/

 

16:06 Écrit par Lpv dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

27/11/2007

Birmanie : après la répression

Birmanie: la sourde colère des bonzes


file_294037_58885 

A Rangoun, le 1er octobre. Reuters.

 

Birmanie. A Rangoun, les moines oscillent entre résignation et espoir d’une remobilisation.

Assis sur leurs talons, une trentaine de novices drapés dans leurs robes rouge sombre récitent des soutras bouddhiques en pali en balançant la tête, sous le regard débonnaire de deux bonzes plus âgés. Dans le centre de méditation attenant, des femmes assises sur le sol en teck, leurs jambes repliées, méditent dans un silence total devant une statue dorée du Bouddha. D’autres marchent avec une extrême lenteur, dans un mouvement coulé et ralenti, selon les préceptes de la «méditation de pleine conscience».Dans ce monastère du centre de Rangoun, comme dans les autres aux alentours, la vie normale a, en apparence, repris son cours, deux mois après la répression sanglante des manifestations de bonzes. Des chiens sont assoupis sur les marches de béton qui mènent à une statue colossale du Bouddha, un lieu prisé par les touristes de passage. Torses nus, des bonzes s’aspergent de seaux d’eau pour leur douche du soir.«La paix est revenue, tout est tranquille», assure un guide édenté qui propose ses services aux visiteurs étrangers.Amertume. Il suffit pourtant de gratter un peu la surface pour se rendre compte que cette normalité n’est qu’une façade. Assis sur sa couche, l’abbé du monastère compulse une pile de livres sur le dhamma – les enseignements du Bouddha – qu’on lui a apportés. Visage rondelet et regard vif derrière ses lunettes, il laisse immédiatement fuser son amertume. «Je hais le gouvernement. Je ne pourrais jamais leur pardonner d’avoir fait tirer sur des bonzes. Nous avons enduré trop de souffrances», assène-t-il, alors que le guide lance des regards nerveux par-dessus son épaule.Les bonzes de ce monastère, dont nous tairons le nom par mesure de sécurité, ont participé aux manifestations de septembre. Celles-ci avaient pour objectif de protester contre les hausses de prix et de dénoncer les violences commises au début septembre contre des bonzes de Pakokku, un des deux centres d’enseignements du bouddhisme dans le pays. Après la répression de la fin septembre, 100 des 500 bonzes du monastère ont été arrêtés. «Les militaires sont entrés dans la pagode avec leurs armes et leurs bottes. Ils se sont conduits de manière honteuse», raconte un autre bonze après avoir fait monter le visiteur à l’étage pour être à l’abri des oreilles indiscrètes.Cette colère sourde est présente dans la plupart des monastères de l’ancienne capitale, même si elle est rarement exprimée ouvertement par crainte d’être dénoncé. Des vidéos intitulées «Monks versus Devil» circulent par milliers sous le manteau. Ils rassemblent les scènes les plus spectaculaires des manifestations saisies par la BBC ou Al-Jezira. «Nous voulons nous réorganiser et reprendre les manifestations. Mais c’est difficile car des agents du gouvernement ont été infiltrés dans notre temple. Ils ont troqué leur uniforme pour revêtir nos robes», lance à la dérobée un jeune bonze avant de s’engouffrer dans le dortoir. La peur est palpable et, le plus souvent, les bonzes refusent de répondre à toute question sur la situation politique. Dans la foulée de la répression des manifestations les 26 et 27 septembre – répression qui aurait causé 10 morts selon un bilan officiel, bien plus selon des diplomates –, la junte militaire a procédé à un nettoyage des monastères les plus actifs politiquement.Des bonzes progouvernementaux ont été enrôlés pour y créer une atmosphère de défiance, ainsi que des agents de renseignements déguisés en bonzes. Dans le monastère de Ngwe Kyar Yan, le plus mobilisé lors des manifestations de septembre, l’abbé et son adjoint ont été emprisonnés. Dans la soirée du 27 septembre, des soldats ont pénétré dans ce temple, y ont sauvagement battu des moines avant de les embarquer dans des camions. «Depuis, les militaires ont tout refait à neuf. Ils ont remplacé les images du Bouddha, refait la peinture et ont remplacé tous les bonzes par d’autres venant de l’extérieur», explique un journaliste birman.D’autres monastères à la périphérie de Rangoun sont vides de tout occupant, le plus souvent parce que les moines ont quitté le froc et sont entrés dans la clandestinité dès le début de la répression. «Il y a probablement encore des centaines de bonzes en prison», précise le journaliste. Aucun des bonzes directement impliqués dans les manifestations n’a encore été libéré.Donations. Toutefois, la communauté monastique n’est pas unanime dans sa volonté de relancer la confrontation avec la junte au pouvoir. Dans un monastère isolé dans la forêt, à une dizaine de kilomètres de Rangoun, l’abbé – un septuagénaire squelettique, à l’air sévère – qualifie les manifestations de septembre d’«inacceptables». «Ce n’est pas le devoir d’un bo nze de participer à des manifestations. Son devoir est de suivre les enseignements du Bouddhaet de s’astreindre aux 227 règles de la discipline bouddhique», assène-t-il. Un habitant vivant près du monastère confie : «Ces bonzes avalent sans réfléchir la propagande du gouvernement. Ils considèrent que si certains des leurs ont été tués en septembre, c’est parce qu’ils ont commis des actes de violences, comme de casser des vitrines.» A l’occasion de la fin du carême bouddhique, qui marque la période où traditionnellement les bonzes sortent de leur temple après la saison des pluies, les généraux ont multiplié les donations d’argent, de nourriture et de médicaments pour tenter de réparer leurs relations avec la sangha, la communauté des moines. Mais il est clair que la majorité des bonzes n’est pas prête à passer l’éponge sur les violences commises par les autorités. La déchirure semble irréversible.«Tout peut exploser à nouveau, il suffit que quelqu’un actionne le détonateur», indique un bonze célèbre pour ses pouvoirs divinatoires dans un monastère du quartier de Mayangon. Mais dans l’immédiat, la capacité opérationnelle des bonzes a été détruite. Les dirigeants des deux organisations qui étaient derrière les manifestations – la Young Monks Union et le United Front of Monks – sont en prison ou en fuite. «Pour l’instant, nous sommes faibles. Nous n’avons que l’amour et la compassion contre les armes. Mais dès que nous le pourrons, nous repartirons à l’attaque», prédit l’abbé du monastère. Source : http://www.liberation.fr/

14:56 Écrit par Lpv dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

01/11/2007

Histoire de plumes

_30_eletrob

Greenpeace allume Electrabel

Onze milliards d'euros, telle est la somme qu'Electrabel devrait « rendre » aux consommateurs belges, selon Greenpeace.

Tous plumés par Electrabel. » Aux escalades de tours de refroidissement, aux banderoles déployées au milieu d'installations nucléaires, Greenpeace a substitué un film. Un pamphlet animé plutôt. « Tous plumés. » Pas moins. « Tous » ? Les Belges. « Plumés » ? Onze milliards d'euros de « larcin », selon Greenpeace. Le coupable désigné par l'organisation écologiste : Electrabel.La campagne a débuté ce mardi par trois diffusions à Bruxelles : aux abords des gares du Nord et du Midi ainsi qu'à la Porte de Namur. La suite sera virtuelle (www.eletrobel.be). Que découvrira l'internaute ? L'organisation écologiste raconte « l'histoire » de l'électricité nucléaire en Belgique. Résumé : sept réacteurs atomiques ont été construits (trois à Tihange, quatre à Doel) ; le principal gestionnaire en est Electrabel ; des tarifs électriques « parmi les plus élevés d'Europe » ont été « imposés » aux consommateurs belges en vue d'amortir plus rapidement, en vingt ans (au lieu de trente ou quarante) lesdites installations. Selon Greenpeace, ce mécanisme a permis à la filiale du groupe Suez de dégager des « profits illégitimes » qui dépassent les 3 milliards d'euros et atteindront 11 milliards d'euros en 2025, date théorique de l'extinction du dernier réacteur. Des chiffres que l'organisation écologiste a puisés dans un document de la Commission de régulation de l'électricité et du gaz (Creg).

Gains « illégitimes »

« Le but de ce film est d'envoyer un message aux consommateurs mais aussi aux politiques », explique Fawaz Al Bitar, responsable de la campagne climat/énergie chez Greenpeace qui plaide pour une récupération immédiate de ces profits et de leur utilisation exclusive en faveur des moyens de production d'électricité renouvelable. Comment récupérer ces gains « illégitimes » ? « Plusieurs moyens existent », indique Jan Vande Putte, également responsable de campagne, qui rappelle qu'un projet de loi a été déposé au Parlement visant à taxer les centrales nucléaires. « Le maintien du monopole d'Electrabel hypothèque le développement d'autres sources d'énergie, à tel point que l'on peut se demander comment la Belgique parviendra à répondre aux objectifs européens définis en matière de renouvelables ou d'efficacité énergétique. »Aussi, Greenpeace demande au futur gouvernement de fixer des objectifs à long terme de réduction des émissions de gaz à effet de serre (– 80 % en 2050) et de ne pas remettre en cause la fermeture des centrales nucléaires – l'Orange bleue envisage de maintenir plusieurs réacteurs en service au-delà des délais de fermeture actuellement prévus par la loi.

Cible à de multiples reprises de Greenpeace, Electrabel n'apprécie guère cette nouvelle escarmouche verte : « Les onze milliards ? C'est un modèle théorique basé sur des éléments qui ne correspondent pas toujours à la réalité. La réalité, c'est que le consommateur belge paie, en comparaison des pays voisins, son électricité moins chère », rétorque Lut Vande Velde, porte-parole de la filiale de Suez. Quant à la forme : « C'est une attaque non seulement contre la société mais aussi contre ses employés. Nous étudions comment réagir. » Les avocats d'Electrabel plumeront-ils Greenpeace ? Source :  http://www.lesoir.be/                   

11:58 Écrit par Lpv dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

10/09/2007

Une propriétaire aux méthodes mafieuses

Une propriétaire fait tabasser ses locataires

La propriétaire d’une habitation de Marcinelle, mécontente de ce que ses locataires ne payaient pas leur loyer, leur a envoyé samedi deux comparses armés de battes de base-ball pour les menacer et les tabasser.

Les deux hommes ont porté des coups aux locataires. La propriétaire et ses deux hommes de main ont été interpellés et privés de liberté, dimanche à Charleroi. Aucune des identités des personnes en cause n’a été rendue publique.

Un litige existait entre les locataires et leur propriétaire, une habitante de Châtelet. Les rapports s’étaient encore davantage tendus quand la propriétaire n’avait pas reçu les montants de loyer attendus. 

Elle a alors décidé d’envoyer chez ses locataires deux hommes armés de battes de base-ball. Les deux individus se sont présentés à cette habitation samedi après-midi, et ils ont frappé les deux occupants, leur occasionnant des blessures sérieuses. Ils ont également dégradé les lieux avant d’exiger que les locataires leur signent une reconnaissance de dette, et de prendre la fuite.

La propriétaire et ses deux comparses ont été entendus dimanche par le substitut de garde au parquet de Charleroi, qui a fait déférer le trio devant le juge d’instruction pour coups et blessures volontaires et extorsion.

Source : http://www.lesoir.be/ (d’après Belga)

17:18 Écrit par Lpv dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

23/08/2007

Bye bye

ID828066_23-leterme-thienpont_00CQE8_0
Ainsi donc le (dé)formateur quitte les bacs à sable de Val Duchesse (on le retrouvera sans doute 1er ministre dans quelque temps).   Faire et défaire ainsi que diviser pour régner; un beau programme...  a+Lpv

 

 

20:11 Écrit par Lpv dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : gouvernement, belgique |  Facebook |

09/06/2007

Bonne question...

_09_kroll

Merci à Pierre Kroll

08/06/2007

Question essentielle au G8

KEcrobsem

Merci à Erby : http://erby.free.fr/

18:44 Écrit par Lpv dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : g8, actualite, politique |  Facebook |

15/05/2007

Il y a déjà 20 ans...

13187558_p

Merci à sarkozix : http://sarkozix.canalblog.com/

18:48 Écrit par Lpv dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

11/05/2007

W sans son toutou...

blair

Merci à Chappatte : http://www.globecartoon.com/

16:55 Écrit par Lpv dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : actualite, blair, politique, dessin, presse |  Facebook |

06/05/2007

France : Pompier un métier d'avenir !!!

... Président Sarkozy

18h34. Selon nos dernières estimations, Nicolas Sarkozy est le nouveau Président de la République française. Il devance assez nettement Ségolène Royal avec plus de 53% des votes.

Nicolas Sarkozy Président n'est pas vraiment une surprise si l'on regarde la dernière ligne de cette campagne présidentielle qui n'aura jamais autant passionné les foules françaises et... belges. Le candidat de l'UMP avait pourtant lancé le sprint de loin, de très loin même puisque dès 2003 il avouait penser au poste de Président "pas uniquement en se rasant". En face, le Parti Socialiste connaissait une crise interne après l'échec sévère de Lionel Jospin en 2002. Les sympathisants socialistes allaient alors mettre en avant Ségolène Royal plébiscitée au sein de son parti. Mais pas par tous... Un choix qui ne va pas s'avérer payant.

Des cris de joie ont éclaté dimanche vers 18H15 parmi les partisans de Nicolas Sarkozy, alors que des informations non confirmées officiellement circulaient au sein de son parti sur une victoire du candidat de droite à la présidentielle française, a-t-on constaté.  Source : http://lalibre.be/

 

sarkozyfranceflammeik0

Source : ???

18:57 Écrit par Lpv dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : actualite, france |  Facebook |

17/03/2007

Si si, je vous assure c'est moi...

Clipboard01

Merci à Pierre Kroll

21/02/2007

Propos de carême

L’homme reflet de Dieu

 

 

Chaque homme a potentiellement les mains et le visage de Dieu,  c’est l’après Jésus-Christ.

 

Sans les mains de l’homme, Dieu ne sait pas faire de miracles…     Lorsque nous voyons à la télévision des carcasses humaines déambulant devant les camions d’aide humanitaire, nous ne sommes pas uniquement en présence d’une tragédie humaine, nous sommes également  en présence de nouvelles crucifixions, et d’un  S.O.S. venant de Dieu.  Nous devons comprendre et voir Dieu à partir de la personne humaine : chaque personne possède une petite parcelle de Dieu. 

 

Jésus a été l’incarnation de Dieu sur terre, et l’homme a voulu montrer sa supériorité en le crucifiant !  Deux mille ans après, les crucifixions ont toujours lieu sous d’autres formes : passivité, inaction, chaise électrique, pendaison, décapitation…  Les bien-pensant ont pris l’habitude d’attendre Jésus ; François en eu marre d’attendre, maintenant c’est au quotidien qu’il voit Jésus partout : il lui suffit de regarder les nouvelles du monde.  C’est plus qu’une différence de conception de Dieu, ce n’est pas le même Dieu !  Le Dieu des bien-pensant, est le même que celui des pharisiens.

 

Ce qui devrait différencier les chrétiens des autres religions, c’est la proximité de  Dieu avec les  hommes. 

Nous ne devons pas attendre des signes extraordinaires venant de Dieu, cela a eu lieu il y a vingt et un siècles lorsqu ’il a envoyé son Fils Jésus au… casse pipe. 

Durant sa vie, Jésus a manifesté son espoir en l’homme, sa confiance  en son Père.  La libération de l’homme par l’homme est un des thèmes préférés du message de Jésus.  Un autre est le pardon ; en effet sans celui-ci, toute tentative de vie fraternelle est impossible.

A l’aube de ce troisième millénaire, le christianisme a plus que jamais sa place ; et si comme François, nous pensons que l’humanité doit se transformer en fraternité, ce n’est pas le travail qui manque.

Ancien post du 17.04.06

18:01 Écrit par Lpv dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : religion, careme, actualite |  Facebook |

17/02/2007

Il en fera une fois de plus à sa (tête)

Vote symbolique de la chambre des représentants contre l'envoi de renforts en Irak 

 

 

La Chambre des représentants, à majorité démocrate, s'est exprimée vendredi 16 février contre l'envoi de renforts militaires américains en Irak, défendu par le président républicain George W. Bush. Votée après trois jours de débat, la résolution adoptée par 246 voix contre 182 n'est toutefois pas contraignante pour le président américain, qui compte envoyer 21 500 militaires en renfort afin de stabiliser l'Irak, près de quatre ans après le début de l'intervention militaire américaine.

Dix-sept des 201 élus républicains se sont joints à la quasi-totalité des 233 démocrates pour faire passer cette résolution. Un symbole de l'isolement croissant du président américain sur le dossier de la guerre en Irak.

Les défenseurs de ce texte espèrent que, malgré son caractère non contraignant, sa portée symbolique amènera le président à revoir ses projets et à commencer le rapatriement des militaires américains déployés en Irak. "L'adoption de cette législation va indiquer un changement de direction en Irak, qui mènera à la fin des combats et au retour de nos soldats", a déclaré la présidente de la Chambre, la démocrate Nancy Pelosi.

LE BRAS DE FER CONTINUE

Après leur victoire symbolique vendredi, les démocrates souhaitent continuer à gêner le président. Samedi, le Sénat doit décider s'il se prononce sur la résolution de la chambre des représentants. L'enlisement des débats à la chambre haute l'avait poussée à laisser la priorité du vote à la chambre basse, contrairement à l'habitude en matière de politique étrangère.

Si la Maison blanche paraissait résignée au vote de défiance vendredi, le président Bush s'apprête à en combattre toutes les éventuelles conséquences sur le financement de la guerre, seul réel levier d'action pour le Congrès.

"Bientôt, le Congrès aura l'occasion de manifester son soutien aux troupes en Irak en approuvant les fonds requis par le président et sur lesquels comptent nos hommes et nos femmes engagés au combat", a rappelé Tony Snow, le porte-parole de Bush. Les dirigeants démocrates se sont engagés à ne pas réduire les fonds des forces américaines à l'étranger mais ils souhaitent attacher des conditions à ce financement, afin de contraindre Bush à renoncer à tout renforcement des effectifs.

Le "vote de défiance" de vendredi "pose les bases d'un affrontement encore plus sévère et lourd de conséquences", entre le Congrès et le président, prédit le New York TimesSource : http://lemonde.fr/

10:20 Écrit par Lpv dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : actualite, presse, w, usa, irak |  Facebook |

02/02/2007

Sport-dit-vert

sport dit vert

Merci à : http://www.humour.com/

19:27 Écrit par Lpv dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : humour, photo |  Facebook |

31/01/2007

Coupure de presse

Une écologie sans politique
Guy LEBOUTTE

Mis en ligne le 31/01/2007
- - - - - - - - - - - 

Le discours de Nicolas Hulot se veut "transpolitique". Illusoire. Sous un prétexte écologique, il ne fait surtout que renforcer les inégalités toujours plus criantes entre les populations. 

Membre d’ "Une Autre Gauche"

 

L'appui unanime des médias aidant, Nicolas Hulot fait un tabac avec les malheurs de la planète. Sous le titre d'un "pacte écologique", qu'il veut "transpolitique", son livre et son site (1) font recette. Nicolas Sarkozy et Ségolène Royal ont annoncé leur adhésion : voilà toujours entre ces deux-là une pomme de discorde écartée, un bout de terrain déminé - à moins que ce ne soit une vraie convergence.

 

Sophie Divry a publié (2) une excellente mise en perspective des actes et discours de l'animateur vedette, ses pompes et ses oeuvres, amis et projets. Marketing et sponsoring, produits dérivés, lignes de véhicules 4x4 labellisées Ushuaïa... l'argent, le pétrole et le CO2 coulent à flot dans le sillage du télé-écologiste de TF1.

 

Il faut, face à cette grande machine médiatique, recentrer la question écologique, loin de l'image du monde lénifiante que nous construit jour après jour l'industrie omniprésente du spectacle. Il faut rendre leur place à quelques constats massifs et accablants, qui pèsent sur l'humanité mais sont quotidiennement marginalisés dans la représentation collective. Si, comme on peut le penser, la question climatique est en passe de secouer, outre nos paysages, nos modes de vie et de vivre ensemble, tout enjeu tenu secret ou inconscient pourra prêter à des manipulations considérables.

 

Or un interdit "transpolitique" hante la politique officielle, consensuelle et télévisuelle. Chacun le respecte. Il porte sur les vraies causes de la pauvreté.

 

Prenons un exemple. En 2002, des enfants sont morts de faim en Argentine. Pourtant, ce pays au nom emblématique, de 38 millions d'habitants, assure une production agroalimentaire permettant de nourrir 180 millions de personnes, d'après "Le Monde", ou 300 millions d'après "L' Humanité" . D'autres cas sont répertoriés, de contrées connaissant des famines mortelles alors qu'elles exportent du riz ou des biens de subsistance. L'Indochine française en était, vers 1947. Comment comprendre ces drames ?

 

Réfléchissons. La seule explication satisfaisante réside dans les rapports d'appropriation qui permettent aux uns, de disposer de la production, et aux autres, de vivre dans la misère. (Au passage, les discours patriotiques de solidarité nationale montrent ici leur fausseté, qui est leur vérité.)

 

La faim dans le monde n'a pas d'autre logique. Aujourd'hui, l'Inde exporte des céréales alors que la moitié de ses enfants souffrent de malnutrition (3). Et sur une planète où la production alimentaire est de taille à largement suffire à l'humanité, 24 000 personnes meurent chaque jour des conséquences de la faim (4).

 

Chacun comprendra qu'il en va ainsi pour la question sociale dans son ensemble. La faim et la misère ne sont dues, ni à un manque de croissance économique, ni aux limites de la productivité agricole, elles sont un effet de la répartition sociale des ressources, une conséquence des rapports sociaux. Leur résorption n'est pas un défi technique ou scientifique, mais un problème de société, l'affaire de tous, une interrogation éminemment politique. La question sociale ne relève pas de l'expertise, mais du débat.

 

Alors débattons. Certaines vérités sont soigneusement occultées. Depuis l'Antiquité, les élites ont consacré des efforts constants à travestir la réalité de la pauvreté, à l'adresse des gouvernés bien entendu, mais aussi pour leur propre paix de l'âme. John Kenneth Galbraith, économiste honnête alors au sommet d'une carrière où il a connu tous les honneurs, un Joseph Stiglitz avant la lettre en somme, l'affirme dans un article célèbre, "L'Art d'ignorer les pauvres". Il nous explique comment, de tout temps, les pouvoirs se sont attachés à "évacuer la pauvreté de la conscience publique".

 

L'ami des multinationales, Nicolas Hulot, s'inscrit sans conteste dans cette lignée ancestrale trop respectueuse - et trop profiteuse ! - des injustices sociales. Il travaille avec d'autres à un capitalisme vert qui sauvera l'essentiel : les inégalités. Rien de plus. Les Grünen allemands sont déjà largement gagnés à cette mouvance, et avec eux un nombre chaque jour croissant de patrons intelligents ou cyniques. Sophie Divry nous donne la liste des marchands de canons et de pollution qui soutiennent l'animateur de TF1.

 

Dans une page aujourd'hui disparue de son site figurait la question : "Les Parisiens fortunés qui se rendent chaque week-end à Marrakech cesseront-ils d'y aller parce que leur billet d'avion coûtera 400 euros de plus ?" Audacieuse franchise ! La réponse donnée était positive, en raison d'un "effet d'entraînement" prétendument déjà observé... L'argument a été abandonné.

 

Si nous suivons des recommandations présentées comme techniques, à l'instar de celles, non pas transpolitiques, mais apolitiques, de Nicolas Hulot, les vrais pouvoirs seront libres de tout questionnement. A ce titre ils imposeront d'autant plus aisément des solutions inéquitables faisant payer le prix de l'ajustement, une fois de plus, aux plus pauvres. On ne pourrait alors qu'assister à une reconduction de la domination sous des formes inédites, avec une mystification idéologique renouvelée, où l'argument d'une contrainte écologique non socialement analysée remplacerait peu ou prou l'actuelle et supposée intangible loi des marchés.

 

Telle est, pauvres de tous les pays, la nouvelle nécessité que les grands médias vont vous vendre, tel est le plan des élites triomphantes.

 

Vous croirez sauver vos descendants, mais vous assurerez leur sujétion au salariat, régime qui a mené l'espèce au bord du suicide. Vous croirez faire des sacrifices pour la Vie et pour la Planète, mais vous nourrirez Moloch. Alors qu'ils iront travailler en bicyclette, vos petits-enfants, par leurs impôts et par leurs achats, financeront la jet society, "carbon dioxyde authorized", des héritiers de Monsieur Hulot et ses soutiens.

 

Les élections sont libres. Elles ne présagent aucune réelle mise en question tant que les dominés font leurs les règles de la domination. Ainsi règne la servitude volontaire, énoncée en 1549 par un Etienne de la Boétie âgé de dix-huit ans. Presque cinq siècles plus tard, vous lui promettez, chers admirateurs de Nicolas Hulot, une gloire éternelle.

 

(1) Web www.pacte-ecologique-2007. org.

(2) "Nicolas Hulot, le pacte médiatique", Cahiers de l'IEESDS n°1. Le premier bulletin de l'Institut d'études économiques et sociales pour la décroissance soutenable est offert en supplément à "La Décroissance" du 22/11/06. voir www.decroissance.org/index.php?chemin = textes/hulot.htm.

(3) Martine Bulard, "L'Inde reprend son rang", "Le Monde diplomatique", janvier 2007.

(4) Allocution d'ouverture du secrétaire général des Nations unies au Sommet alimentaire mondial, Rome, 10 juin 2002.

Source : http://lalibre.be/

19:20 Écrit par Lpv dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : ecologie |  Facebook |

27/01/2007

Enfin !

Après 4 mois et demi, Belgacom à envoyé un technicien à mon domicile...

Je souhaite beaucoup de chance à ceux qui attendent.   Ce blog va donc pouvoir à nouveau vivre.  a+Lpv

19:16 Écrit par Lpv dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

22/11/2006

VW et Europe...

Il est une fois de plus évident que les impératifs du marché capitaliste jouent entre construction et dé-construction de leur Europe.

Les discours de nos responsables n'y changeront rien.

Le fossé séparant Europe du fric et l' Europe solidaire se mue en volcan.

Jusque quand allons nous accepter cette DICTATURE économique ???

 

J'espère de tout coeur une prise de conscience concernant notre manière de consommer. Notre pouvoir est réel, il est indispensable d'acheter de manière raisonnable.

 

Extrait d'un ancien post intitulé : Restaurer la responsabilité 

 

Notre système économique a créé des richesses et permis des avancées sociales.

Lorsque les sociétés s’aperçoivent que les coûts de production sont trop élevés, pas de place pour les sentiments, et les dé-localisations  pleuvent. 

Les drames sociaux et les détresses humaines, ne sont pas prévus dans leurs statuts. 

Le seul paramètre que tous les systèmes économiques n’ont jamais réussi à contrôler totalement est : l’être humain.   Or, nous participons pleinement et passivement à la création de véritables bombes sociales à retardement.

Le paradoxe c’est que nous en serons également les victimes.

 

Nous ne saurions plus  inverser la vapeur. Tout au plus  pouvons-nous atténuer les conséquences  en agissant et reconnaissant  notre responsabilité envers un non-acte. 

a+ Lpv

 

12:26 Écrit par Lpv dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : vw, europe, capitalisme |  Facebook |

12/08/2006

D'un côté une résolution, de l'autre 30.000 soldats...

Source photo : http://www.lesoir.be/

 

Après une résolution votée à l'ONU, la réponse de l'état Hébreux ne c'est pas faite attendre : 30.000 soldats envoyés au sud Liban.  Les bonne intentions et la réalité sont une fois de plus à l'opposé !

 

Le but réel d'Israël est-il de stopper le Hezbollah ?

A ce stade du conflit, je commence à douter, et, espère me tromper.

Ce qui est sûr à mes yeux en tant que citoyen Européen, c'est que UE doit s'affranchir des USA, pas par plaisir d'être anti ceci ou cela, mais simplement avoir une chance d'exister dans cette grande foire mondialisée qu'est devenue notre terre.

a+ Lpv

 

18:06 Écrit par Lpv dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : israel, onu, liban, guerre |  Facebook |

09/07/2006

Quinze jours après...

"Nous les immigrés, on est français quand on gagne le Mondial. Mais 15 jours après..."

LE MONDE | 08.07.06 | 16h24  •  Mis à jour le 09.07.06 | 08h38

 

Le rituel est désormais bien rodé. A chaque match de l'équipe de France en Coupe du monde, quelques jeunes de la cité des 3 000 à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) se retrouvent au coeur de la cité : ils installent une télévision dans la cour, au milieu des immeubles, et improvisent un barbecue collectif. A chaque but français, des explosions de joie. Pour chaque victoire, de longs concerts de klaxons et, pour ceux qui disposent d'une voiture, la descente sur les Champs-Elysées afin de fêter Zidane et les siens. Dans ce quartier qui a connu des affrontements extrêmement violents pendant les émeutes d'octobre et de novembre 2005, le soutien à l'équipe de France ne fait aucun doute. Mais ne s'accompagne d'aucune illusion sur l'impact réel du football sur la société française.

Badir, 22 ans, par exemple, est à "200 %" derrière l'équipe de France. Ce vendredi 8 juillet, dans l'après-midi, le jeune homme traîne avec ses copains en bas d'un immeuble, à proximité d'un groupe d'enfants qui jouent au football parmi les déchets éparpillés : "Sarkozy, il dit : "La France, tu l'aimes ou tu la quittes !". Mais nous, on l'aime, surtout quand elle gagne, et on veut y rester." La présence de nombreux Noirs et maghrébins dans l'équipe finaliste est pour eux un incroyable motif de fierté. Une revanche sur une société qui leur semble cantonner habituellement aux seconds rôles les banlieusards des cités. "Cette équipe, c'est le tiers-monde, avec plein de Noirs et d'Arabes. Comme nous ! Et ils gagnent contre tous les autres", s'extasie Nordine, dit Nono, 20 ans.

COHABITATION DES IDENTITÉS

Certains se sont procuré des drapeaux français - ou algériens, pour célébrer le dieu Zidane - ou ont acheté le maillot bleu à un prix officiel (65 euros) qui ressemble pourtant à du racket. Rachid, lui, 21 ans, attend la finale pour se procurer la tunique bleue : "Je fais écrire "93" ou "3KS" (pour 3 "Keu$", c'est-à-dire 3 000, en référence au nom de la cité) dans le dos. Après, je vais au Maroc pour leur montrer !" Une histoire de maillot qui en dit long sur la cohabitation des identités : celle du quartier, la plus concrète, avec une forte solidarité au quotidien mais l'envie, pas toujours assumée publiquement, d'aller vivre ailleurs ; et l'identité française, qui fait hurler de joie lorsqu'un but est marqué mais qui semble disparaître aussitôt.

Car personne ne doute que la bulle sportive se dégonflera aussi vite qu'elle est apparue. "Nous les immigrés, on est français quand on gagne le Mondial. Mais 15 jours après, on n'est plus français : Chirac, Sarko et tous les autres nous oublient", explique Badir. Ses camarades acquiescent : "On se sent plus français pendant le Mondial, on est fiers, on aime bien la France. Mais le reste du temps, on s'en fout : ça va trop mal", complète Abdel, 20 ans, étudiant dans une école de commerce à Paris et symbole, aux yeux de ses voisins, de la réussite scolaire comme de la difficulté à s'insérer après des années d'études supérieures.

Très loin des illusions de la France "black, blanc, beur", ils stigmatisent un pays qui les valorise dans le sport mais se garde bien de leur faire de la place à l'Assemblée nationale. "En 2002, on a fait l'erreur de ne pas aller voter et Le Pen s'est retrouvé au deuxième tour. On ne ratera pas la prochaine élection présidentielle", prévient Sofiane, 20 ans, très fier de montrer la page du Parisien où figure son nom parmi les bacheliers de l'année. Un pays qui les incite à consommer, comme les autres. "Mais seulement en crédit, en dix fois sans frais", comme dit l'un d'entre eux. Dans ce contexte, plusieurs disent rêver de quitter la France. Aller au Canada par exemple ou en Grande-Bretagne, deux sociétés jugées plus ouvertes et plus dynamiques.

Ce désir de fuite ne signifie pas qu'il n'y ait plus d'espoir. Les émeutes, disent-ils, ont eu le mérite de rappeler l'existence des banlieues. Le football, ajoutent-ils, permet de montrer que les "racailles" sont utiles au pays. Reste le chômage, qui continue de noyer les cités sous la pauvreté. Et des rapports avec la police toujours aussi désastreux, où chacun se toise - la veille encore, une voiture a été incendiée à 50 mètres de là.

Badir pense savoir comment agir : "Tout ça, c'est la faute de l'Etat qui a enlevé l'autorité aux parents. Un gamin, aujourd'hui, il a plus peur des flics que de son père parce que les claques ont été interdites. Redonnez l'autorité, une vraie autorité, aux parents et ça ira mieux", conclut le jeune homme. Qui plébiscite l'idée popularisée par Ségolène Royal de faire appel à l'armée pour redonner de la discipline : "La prison ne fait plus peur à personne. A l'armée, tu te lèves à 4 heures et tu fermes ta gueule."

Luc Bronner

Article paru dans l'édition du 09.07.06

Source : http://lemonde.fr/

 

Un article résumant très bien le "sentiment" d'appartenance national...

Bon dimanche et a+.  Lpv

10:59 Écrit par Lpv dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

16/06/2006

La poésie et l'humour; un artiste...

Merci à FLO : http://www.florian-roulies.info/

11:56 Écrit par Lpv dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

15/06/2006

Au-revoir Monsieur le funambule

 

Les ris et les pleurs

 

Tant qu'à faire des bombes atomiques, on devrait en inventer une qui détruirait tout de l'homme sauf... les yeux !

Ce qui permettrait aux hommes dont le visage serait méconnaissable de continuer de pleurer toutes les larmes de leur corps.

Pendant qu'on y est, ne pourrait-on pas aussi sauver du désastre la bouche et les dents, ce qui permettrait aux personnes qui n'auraient plus que leurs yeux  pour pleurer de continuer de rire de leurs malheurs ?

Il n'est pas impossible qu'à partir de ces ris et ces pleurs, les hommes qui ont, Dieu merci, l'esprit imaginatif puissent se recomposer un visage humain...

Extrait du livre : Un jour sans moi - Raymond DEVOS

 

 

14:51 Écrit par Lpv dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

03/06/2006

Pour ne pas être "dépassé" : vocabulaire...

Signification


* * * * * * * Balle (C'est de la) :
Exprime l'enthousiasme, quelque chose de bien, de beau, de positif. Cette meuf, c'est de la balle (Je ne suis pas insensible aux charmes de cette demoiselle).

* * * * * * * Bouffon :
Qui ne s'apparente pas au clan.
Nique lui sa race à ce bouffon ! (Rabats lui son caquet à cet individu qui ne s'apparente pas à notre milieu !).

* * * * * * * Carotte :
Du verbe carotter (extorquer, voler), mais dans une forme invariable. Il m'a carotte un zedou de teuchi, l'bâtard, tu vas voir comment je vais le niquer grave (Le scélérat m'a dérobé douze grammes de cannabis, il va s'en mordre les doigts).

* * * * * * * Chelou :
Bizarre, inhabituel. Par extension, qui ne s'apparente pas au clan. La prof d'anglais elle a des veuch tout chelous (Ce n'est pas tous les jours que l'on voit une coupe de cheveux aussi inhabituelle et cocasse que celle de la professeur d'anglais, qui par extension ne s'apparente pas à notre milieu).

* * * * * * * Comment :
Exprime l'intensité. Comment je lui ai niqué sa race à ce bouffon ! (Je sors indéniablement vainqueur du combat qui m'a opposé à cet individu qui ne s'apparente pas à notre style de vie, ceci dit en toute modestie, s'entend, et avec la sportivité qui s'impose en de pareilles circonstances).

* * * * * * * Foncedé :
Se dit d'une personne qui vient de consommer du cannabis. Je suis foncedé (Mon regard est vitreux, je perds mes mots, un mince filet de bave s'écoule sur mon menton et je rigole comme un décérébré, sans aucune raison. J'ai payé assez cher pour me mettre dans cet état. Bref: je viens de consommer du cannabis).

* * * * * * * Gun :
Arme à feu. Ziva prête moi ton gun, l'aut'batârd y m'a manqué de respect (Pourrais-tu s'il te plaît me prêter ton arme à feu, afin que je règle son compte à l'importun qui n'a été qu'à moitié urbain à mon égard).

* * * * * * * Kiff (er) :
Apprécier. Comment je kiffe trop son cul (Le sien postérieur n'est pas sans éveiller chez moi des pulsions bien naturelles, qui me mettent dans une humeur joviale, pour ne pas oser dire gauloise).

* * * * * * * Mortel :
Bien, beau, dont on peut se réjouir (invariable). Elles sont trop mortelles tes Nike (Vos chausses s'entendraient fortbien avec mes pieds, aussi vous demanderai-je de m'en faire l'offrande sans opposer de résistance).

* * * * * * * Mito:
Mensonge. Dérivé de mythomane (menteur). On me fait pas des mitos à moi, bouffon ! (Je ne suis pas le genre de crédule à qui vous ferez gober vos sornettes, individu qui n'appartient pas à notre milieu !).

* * * * * * * Race (sa) :
Exprime le mécontentement. Sa race ! (Je suis d'humeur maussade). Sa race, c'bouffon ! (Mon anneau pylorique est complètement fermé. C'est le résultat de la proximité de cet individu).

* * * * * * * Sérieux :
Indique que le propos est grave, solennel, et qu'il faut donc lui accorder le plus grand crédit. Sérieux, j'kiffe trop son cul à votre fille (Monsieur, j'ai l'honneur de vous demander la main de votre fille).

* * * * * * * Tèj :
Jeter, refuser, réfuter, envoyer, promener. T'aurais vu comment Jamel il a tèj la prof d'anglais ! (Le facétieux Jamel ne s'est pas laissé démonter face aux réprimandes de la professeur d'anglais !).

* * * * * * * Trop :
Exprime l'intensité. En cela, synonyme de comment. Trop et comment peuvent éventuellement cohabiter dans la même phrase, pour exprimer une intensité très élevée. Trop la honte, ce blouson (Ce blouson est ridicule, et dans des proportions considérables).
Trop comment je suis foncedé ! (J'ai fumé une quantité déraisonnable de cannabis. Je crains que mon acuité intellectuelle en pâtisse pour la paire d'heures à venir).

* * * * * * * Truc-de-ouf :
Désigne une chose peu commune, qui dépasse l'entendement.
C'est un truc de ouf ! (Mon dieu, mon entendement est tout dépassé !).

* * * * * * * Zyva :
Indique que la demande est pressante.
Zyva, fait méfu, sale chacal (Ne sois donc pas si avare de ta cigarette purgative, et fais en profiter ton vieil ami qui trépigne d'impatience).

09:24 Écrit par Lpv dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |